Retour
Sommaire
Section Actualité
Contact



LETTRES PERSANES

13 - L'aporie simiohumaine

Le 11 de la lune de Gemmadi,

Usbek à Rhedi

Les anthropologues français du nouveau siècle des Lumières qui ont observé de l'extérieur le cerveau du genre simiohumain et qui ont étudié l'histoire et la politique de notre espèce dans la postérité de Darwin et de Freud, ont remarqué que la moitié onirique des encéphales occidentaux veut demande qu'un Etat naisse par la seule volonté de son ciel, tandis que l'autre moitié refuse obstinément qu'un si grand prodige débarque sur le globe terrestre. La démocratie planétaire est donc réputée la servante et l'otage d'un royaume du sacré qui contraindrait les peuples à diriger leurs pas en se mettant à la pieuse écoute d'une mythologie politique.

Dans le même temps, les Etats biphasés qui se sont engagés dans cette aventure savent parfaitement qu'une nation s'étend fatalement par la force de ses armes, et qu'elle n'arrête sa progression qu'à l'heure où le glaive d'en face la contraint à battre en retraite; tous les Etats du globe savent parfaitement que jamais Israël ne reculera de lui-même jusqu'à retrouver ses frontières de 1967 et encore moins celles de 1948 ; tous les Etats de la terre savent parfaitement qu'Israël n'acceptera jamais le retour dans leurs foyers des populations qu'il en a chassées continûment depuis soixante ans. Mais tous les Etats de la terre savent non moins pertinemment que la roue de l'histoire tourne sur l'essieu bien huilé de la fatalité et que la démographie a depuis longtemps commencé son œuvre - celle de remplir de la chair et du sang des vivants le réservoir des générations en attente de leurs retrouvailles avec leur patrie ; tous les Etats de la terre savent pertinemment que l'occupant dont l'encéphale bipolaire ne répond pas au modèle de scission de celui de l'endroit et qui ne saurait ni s'y acclimater, ni s'y implanter à demeure sera expulsé du sol qu'il aura conquis à la vaine école de ses massacres et de ses carnages.

Mais simianthropologues français disent que le spectacle le plus saisissant, dans cette expérimentation internationale et sur le vif de la double nature du cerveau de l'humanité est celui du déroulement même des événements; car, au nom de l'encéphale angélique des démocraties insidieusement bibliques d'aujourd'hui, qui sont construites sur le même modèle que les théologies d'hier, le peuple palestinien a été appelé à énoncer, par la voix sacrée du suffrage universel, le statut politique idéal que sa candeur entendait se donner dans le ciel des enfants de la liberté ; et comme le Démon, qui a l'oreille fine, en a été averti, il a suggéré aux fils d'Allah de prendre au mot la sainteté affichée du dieu de justice et de vérité. Aussitôt les démocraties dévotes du monde entier ont jeté leurs idéalités aux orties pour proclamer illégitime d'une seule voix et toutes affaires cessantes une déclaration du suffrage universel, certes effrontément évangélique et naïvement célestiforme, mais fort contraire aux intérêts réels, donc terrestres de l'occupant du pays.

La richesse de l'interprétation anthropologique d'une apostasie mondiale aussi subite que générale est dans sa vérification expérimentale. Les anthropologues français ont pris acte de ce que le cerveau du monde se donne depuis longtemps l'alibi tartuffique de fournir quelque nourriture à un peuple expulsé de son ciel et de sa terre et que la charité n'est que le masque qui permet à une piété onirique par définition de se donner des griffes et des dents. La démocratie est donc le mime du créateur qui précipite aux enfers et livre aux tortures d'une expiation éternelle les malheureux qui s'étaient imaginé que le paradis de la liberté se révèlerait moins bifide que celui du christianisme . Tel est mon cher Rhedi, le point auquel la politologie et l'anthropologie de Paris sont arrivés en ce moment dans l'art et le génie de spectrographier de l'animal séraphique qui coupe les vivres aux hérésiarques et les condamne à la famine, comme l'écrivait déjà leur Montesquieu, si j'ai bonne mémoire : qu'importe à la France, disait-il, que le bon sens campe dans ses murs si cette faculté n'est pas à la mode .

15 avril 2007