Retour
Sommaire
Section Actualité
Contact



LETTRES PERSANES

23 - Le démon de la servitude

Le 26 de la lune de Saphar,

Usbek à Rhedi

Mon cher Rhedi, nous n'aurons rien compris de l'aveuglement et de la sottise de l'Europe aussi longtemps que nous ignorerons les secrets parareligieux de la trahison politique des élites, tellement la vassalisation des civilisations passe par l'engloutissement de leur cerveau dans les brumes et les vapeurs de leurs croyances. J'ai lu ce matin dans les journaux de Paris: " Les représentants des vingt-six pays de l'OTAN réunis à Bruxelles pour évoquer le projet américain de bouclier antimissile en Europe se sont accordés pour dire que celui-ci n'était pas dirigé contre la Russie , mais qu'il visait à contrer la menace de missiles balistiques dont pourrait se doter l'Iran. Les participants ont ainsi manifesté , face aux critiques formulées par Moscou contre ce projet, une unité de vues qui contrastait avec les désaccords apparus ces derniers mois en Europe sur cette question. "

Comment expliquer que l'Europe entière se rassemble sous le sceptre du chef américain de l'OTAN dont la mission est de les vassaliser ? Comment se fait-il que toute la classe politique européenne feigne de ne comprendre goutte à la véritable stratégie de l'empire américain ? Le journal le plus influent de Paris, Le Monde, écrit : " Les Etats-Unis , représentés par le secrétaire d'Etat adjoint au contrôle des armements et à la sécurité internationale , John Rood, ont présenté à leurs alliés les propositions qu'ils ont faites à la Russie pour qu'une coopération soit nouée sur le projet antimissile , notamment dans la détection précoce d'engins que pourraient tirer des pays comme l'Iran et la Corée du nord. "

L'expérience de la chute de l'empire byzantin nous a enseigné que les civilisations les plus avancées dans les sciences, la technique et les mathématiques peuvent se trouver frappé d'une régression de leur intelligence politique, comme si les exploits des savants dans la connaissance des secrets de la matière endormaient le bon sens le plus élémentaire, non seulement des peuples, mais également de leurs élites dirigeantes. C'est pourquoi la Russie parle dans le vide à dire, par la voix de Serguei Ivanov : " Je ne vois pas de fondement, à vrai dire, à des discussions sur la possibilité d'une coopération dans la défense antimissile, puisque ce bouclier a un caractère chimérique". Quant au représentant russe auprès de l'OTAN , Konstantin Totskïï il a pu dire sans être entendu de personne : " Il n'y aura ni dans un an, ni dans deux, ni dans une perspective proche, de missiles dans la région du Proche et Moyen Orient susceptibles d'atteindre le territoire européen et, a fortiori, américain."

De plus, les pays européens ont expressément demandé l'extension de leur vassalisation au nom de " l'indivisibilité " de leur servitude ; et les Etats-Unis feignent de se faire tirer l'oreille pour mettre en place les " futurs équipements du bouclier en Europe, Grèce et en Turquie " . Certes, le silence de la France dans ce débat est momentané - tout le monde attend l'élection du nouveau président de la République. Mais les deux candidats restants sont aussi convaincus l'un que l'autre que le peuple français est trop ignorance et trop stupide pour qu'il soit davantage possible de l'entretenir des grandes affaires du monde qu'il n'a été possible à Périclès d'expliquer aux Athéniens la sottise de l'expédition de Sicile. En revanche les nouveaux anthropologues français de la politique jugent que ces circonstances leur donnent l'occasion inespérée de recueillir une documentation simianthropologique précieuse. Cette aubaine les conduit à radiographier les molécules et les atomes qui commandent la capitulation de la raison politique d'un continent.

Les principaux enseignements politologiques que j'ai pu recueillir de leurs observations sur le vif, et pour ainsi dire en bocal des chemins qu'emprunte de la mort politique des civilisations sont les suivants : premièrement , dans les désastres de ce genre, la lucidité des élites supérieures de la politique se trouve privée d'écoute, parce qu'elles se résignent à prendre acte d'une cécité qu'elles jugent devenue irrémédiable du seul fait que le naufrage de la raison résulte de la rechute des élites politiques moyennes de la nation dans les mentalités religieuses propres aux décadences.

C'est pourquoi je m'en vais de ce pas interroger sur ces énigmes les anthropologues d'avant-garde de Paris. Tu en connais déjà les travaux ; mais les derniers événements leur permettront de m'éclairer bien davantage sur les secrets de l'effondrement des intelligences empoignées par le démon de la servitude.

26 avril 2007