Retour
Sommaire
Section Actualité
Contact



LETTRES PERSANES

29 - Les fondements sacrés de la cécité

Le 27 de la lune de Gemmadi

Usbek à Rhedi

C'est un spectacle riche en surprises aux yeux des philosophes d'Ispahan que celui des chemins de l'abêtissement politique des peuples de l'Europe qu'emprunte la vassalisation accélérée de ce continent sous le regard éteint des partis qui se partagent leurs opinions publiques; car tu n'en entendras aucun glisser un mot sur leur servitude à l'oreille des nations, alors que, par un contraste étonnant, non seulement l'Occident affiche sa fierté d'avoir retrouvé l'esprit civique des grandes démocraties d'autrefois, celles d'Athènes et de Rome, mais, de surcroît , d'avoir fondé la citoyenneté d'aujourd'hui sur l'alliance de l'humanité civilisée avec les droits de la raison proprement humaine ; car, deux siècles seulement plus tôt, les orthodoxies religieuses faisaient encore peser le joug d'un créateur mythique du cosmos sur l'autonomie et l'autorité des jugements de ses créatures quand leur raison s'armait de logique .

Comment se fait-il que, pendant des millénaires, les régimes monarchiques avaient soumis les droits de la pensée rationnelle aux verdicts associés du ciel et des rois ? Comment se fait-il que la France ait dût mener une guerre internationale de l'intelligence de près de deux siècles pour tenter de libérer quelque peu tous les peuples de la terre du sceptre d'un démiurge à la fois terrifiant et patelin ? Comment se fait-il qu'une victoire si lente et si partielle de la raison humaine bafouée ait seulement démontré l'immensité de l'obstacle à franchir, de sorte que le triomphe actuel des droits de l'intelligence ait laissé tous les peuples du monde aussi aveugles et aussi sots qu'auparavant ?

Pour expliquer ce désastre, l'école de simianthropologie générale dont s'enorgueillira la France de demain fait valoir que la ruse et les chausse-trape du ciel étaient plus faciles à déjouer que celles de la perfidie et de la trahison des démagogues habiles à flatter l'ignorance des foules. C'est pourquoi le peuple français n'a guéri de la candeur théologique de ses ancêtres qu'au prix d'une enflure de sa naïveté d'enfant de chœur de la politique. Mais comment les historiens raconteront-ils une Europe rendue infantile à l'école même de la liberté et qui aura assisté bouche cousue , les yeux bandés et les oreilles bouchées aux grandes enjambées d'un empire étranger sur son sol ? Comment les simianthropologues de demain observeront-ils le tout venant des hommes politiques d'aujourd'hui, comment expliqueront-ils leur mutisme face à l'installation sous leurs yeux de la puissante cuirasse des garnisons et des places fortes du Nouveau Monde en Italie, en Allemagne, en Pologne , au Kosovo, en Irak, au Liban ? Pas un froncement de sourcils des peuples, pas un clignement de paupières de leurs dirigeants ne signale ces immenses événements . C'est sous le regard tranquille de tous les Etats de l'Europe qu'une campagne électorale décisive se déroule en France : sache que, dans quelques jours, le peuple des Gaulois sera censé avoir exprimé la souveraineté inaliénable de ses droits politiques, la légitimité des décisions de sa puissance sur la scène du monde et la sagesse de l'autorité avec laquelle il aura adoubé le guide de sa diplomatie pour le lustre à venir.

C'est pourquoi les simianthropologues français se sont demandé pourquoi les dangers que leur naïveté politique fait courir aux peuples sont encore plus difficiles à écarter de leur chemin que ceux dont leurs autels menaçaient leur raison d'autrefois . C'est que les peuples sont naturellement plus moraux que pervers . Aussi, les preuves de la duplicité de leurs meneurs les laisse-t-elle plus incrédules que ne les désarçonnait la tromperie des dévotions sagement apprises de leurs pères. Je n'en veux pour exemple que le traître Ganelon, qui avait condamné l'arrogance des fils de Roland à Roncevaux et qui suit maintenant des pistes et des sentiers d'une perfidie mieux cachée . Sans doute a-t-il appris que l'honnêteté native des peuples est tellement inexperte qu'elle ignore les rudiments de l'art de trahir. Voici comment Ganelon épaissit la taie que le peuple français se met sur les yeux, voici avec quel zèle il égare des enfants au berceau, voici comment il agite le leurre d'une " harmonisation fiscale et sociale " de l'Europe, voici par quelle sottise feinte ce bon apôtre s'attache au " grandes questions économiques ". C'est qu'il s'agit avant tout, pour Ganelon, d'éviter le péril que le peuple français, qui a chassé de son sol les troupes étrangères il y a plus de quatre décennies, n'ouvre les yeux de l'Europe sur son sort. Jamais, se dit ce serviteur de son maitre, le globe oculaire des enfants du Vieux Monde n'embrassera le spectacle d'un empire en marche sur les cinq continents, à moins que le peuple de Descartes ne lui ouvre les yeux et les oreilles .

Tu vois, mon cher Rhedi, que les chemins de la trahison sont plus subtils que les faux miracles des autels ; car pour faire croire à la multitude que le pain et le vin de la messe se changeraient en la chair et le sang de la victime du sacrifice des chrétiens sur les offertoires qu'il dressent à leur divinité, il suffit d'offusquer si fort la raison des hommes qu'elle se laisse tétaniser par l'énormité même de la sottise qu'on lui met sous les yeux. Mais à nous, Allah a enseigné que Mahomet n'est pas une idole en chair et en os, à nous, Allah a enseigné que le génie des prophètes se mesure à la profondeur de leur raison politique. C'est pourquoi je me demande si la vocation de l'islam de demain ne sera pas de sauver du naufrage de sa raison une Europe livrée aux barbares qui bâtissent sur son territoire, sans même qu'elle les voie, les forteresses de fer et de feu de leur idole .

De nos jours, ce n'est plus la méfiance des philosophes français les plus illustres d'autrefois, dont tu sais qu'ils étaient fort vigilants à déjouer les pièges que le créateur de l'univers tendait à l'encéphale de ses sujets, de nos jours, dis-je, ce n'est plus le soupçon des penseurs européens à l'égard d'une divinité qui en a beaucoup rabattu de son ambition passée de piloter la boîte osseuse de l'humanité qui met le Vieux Continent sur ses gardes, mais les périls que fait courir au continent du "Connais-toi" une orthodoxie de l'asservissement " démocratique " des nations et des Etats à un empire étranger.

Mais les simianthropologues français se sont aperçus que les ressorts psychiques qui rendent les peuples aveugles aux armées étrangères campées sur leurs territoires sont les mêmes que ceux qui commandent les sottises de la piété, parce que la politique du Dieu des chrétiens était construite sur un habile mélange de la terreur qu'inspirait à ses domestiques la menace de ses châtiments éternels avec les félicités mirifiques qu'il leur promettait à titre posthume . Or, telle est en tous points la théologie à laquelle l'Europe se trouve désormais asservie par le Hercule qui l'enserre: si elle chasse de son sol les armées de son maître, elle en sera châtiée par sa relégation économique dans le banlieues de l'univers et si elle accepte de servir les intérêts de l'empire qui la vassalise, non seulement elle demeurera placée sous la bannière d'un chef de guerre du Nouveau Monde , mais elle servira la puissance de son glaive , puisque c'est sous la pieuse armure de l'OTAN qu'il lui est maintenant demandé à la fois d'encercler la Russie et de la bercer des patenôtres de la démocratie. Mais comment l'Europe verra-t-elle jamais le monde avec des yeux dessillés si c'est la sainteté américaine qui rend évangéliques son heaume et sa cuirasse ? Aussi, les fils d'Averroès porteront-ils demain, aux côtés de la France, l'armure de l'Europe de la pensée.

1er mai 2007