Retour
Sommaire
Section Actualité
Contact



LETTRES PERSANES

8 - Un peuple disparu peut-il réapparaître ?

Le19 de la lune de Maharram,

Usbek à Rhedi

Je t'écrivais, il y a peu, du bon cœur des Français. Car leur commisération est grande pour tout ce qui est étranger ; mais sache que leur pitié ne porte jamais que sur des bagatelles, tellement ils se méfient d'eux-mêmes sur les affaires d'importance. Aussi veulent-ils bien s'enchaîner aux lois d'une nation rivale ou même ennemie jusqu'à se dégrader, pourvu que leurs perruquiers décident de la forme des perruques sur toute la terre. Rien ne paraît plus décisif aux législateurs du royaume que d'asservir du septentrion au médian l'univers au règne de leurs cuisiniers.

Le plus grand dommage qui en découle pour leur nation est la condescendance dont ils font preuve à l'égard de ceux de leurs grands hommes dont le génie mérite de s'étendre à toute la terre. Il y a près de trois siècles, leur Montesquieu s'est exercé à étudier l'esprit des lois de tous les peuples de l'univers et les formes singulières que prennent les Etats. Or, la folie du siècle présent ne résulte que de l'oubli de ses écrits . Comment se fait-il que tout ce qui s'arme d'une plume en fasse fi ? C'est que les Français confessent de bon cœur que les autres peuples de l'Europe peuvent bien se montrer plus raisonnables que Paris pourvu qu'ils se reconnaissent mal vêtus et mal chaussés.

Voici, parmi cent autres, un exemple de l'indifférence de ce peuple pour ceux de leurs compatriotes dont le malheur est d'avoir fécondé le cerveau de l'humanité . Il y a une soixantaine d'années, un décret de l'ignorance et de la sottise de toutes les tribus de la terre a subitement décidé de réinstaller le peuple de Moïse sur le sol dont il avait été si injustement chassé par les Romains il y a quelque deux mille ans. Crois-tu qu'il se soit trouvé un seul Gaulois pour rappeler à ses compatriotes et à tout l'univers que les mœurs , les lois et la religion de cette peuplade avaient été étudiées soixante lustres plus tôt par l'un de leurs auteurs les plus illustres et que si les descendants de Vercingétorix demeurent le peuple le mieux cravaté du Vieux Continent, il compte également dans ses rangs des Hippocrate de la folie dont aucune autre nation n'a seulement songé à égaler les écrits.

Qu'ont donc enseigné au monde les Esculape français de la politique ? Qu'un peuple transporté sur le territoire de ses ancêtres par un coup de baguette des magiciens Cujas ou Galien y fera grossir les deux cerveaux dont le genre humain se partage les sortilèges, celui qui s'attache à bénir la terre et celui qui fait monter des parfums dans les airs. Il faut savoir que les Etats sont à l'image des peuples qui les font mouvoir et qu'il n'est pas de nation qui ne tente, non seulement d'étendre son territoire à l'appel de son Dieu , mais également de se vaporiser dans les nues. De cette collaboration sont nées les idoles construites à la taille des empires. Qu'en est-il de la coalescence des effluves dont les rêves et les armes de l'humanité sont issus ?

10 avril 2007