Retour
Sommaire
Section Décodage anthropologique de l'histoire contemporaine
Contact

 

Un animal inconnu

 

 

 

Au premier abord, quoi de plus simple et de plus naturel que de confier à une science que nous appellerions l'anthropologie la conquête de la connaissance de l'anthropos? Mais il se trouve que la connaissance de l'identité du mystérieux animal que nous appelons l'anthropos se révèle piégée de diverses manières.

Premièrement, l'anthropos s'est distingué des autres animaux par le souci qu'il a manifesté d'aménager l'habitat le plus moelleux possible de sa vie posthume; et il a rendu cet aménagement tellement bavard qu'il discutait de ses affaires dans une vaste étendue qu'il appelait des Champs Elyséens. Mais parallèlement, il a imaginé qu'il se trouvait entouré de personnages fantastiques et attentifs à son sort, qu'il appelait les dieux, et qu'il faisait bénéficier de la vie éternelle. Pendant quinze siècles environ, il les a rassemblés sur une montagne, l'Olympe, où ils ripaillaient à plaisir, mais leur existence ne s'est révélée pleinement florissante que durant cette courte période.

A force d'accabler ses premiers dieux de sarcasmes sous la plume acérée de Lucien de Samosate, les Immortels de l'Olympe sont tombés dans le ridicule et le besoin est devenu quasiment universel d'imaginer un dieu unique et plus intelligent que tous ses prédécesseurs, lequel tiendrait en tous lieux un discours immuable et résolument unifié.

Las, ici encore l'animal inconnu a trompé toutes les espérances qu'on avait placées en lui: le dieu unique et unifié, le dieu monocorde , le dieu à la parole irréfutable s'est divisé en trois théologies principales et non seulement rivales et incompatibles entre elles, mais bien décidées à s'entre-étriper avec ardeur au gré des climats et des lieux.

Aujourd'hui, trois géants aux jambes molles mais au sermon percutant, se disputent la planète d'un animal définitivement capturé d'avance par des mondes fantastiques et qui s'est révélé catéchétique de naissance, donc par nature et par définition.

Il y a quelques jours Régis Debray s'est trouve invité par France Inter à s'expliquer sur la laïcité. Il était convié à donner sa définition du contenu de la loi de 1905 sur la séparation entre l'Eglise et l'Etat, c'est-à-dire sur la possibilité d'élaborer une science, donc une connaissance objective d'un animal supposé capable de conquérir une connaissance rationnelle de lui-même. Et qu'a-t-il répondu? Que la laïcité avait une vocation catéchétique universelle, celle d'aboutir à une paix éternelle sur la terre .

Mais si les croyants de toutes les religions du monde sont appelés à bavarder entre eux, afin de confirmer leur vocation catéchétique originelle, autrement dit si l'animal inconnu est censé connaître d'avance l'option confessionnelle censée l'élever au sein de la raison elle-même, il nous faudra mettre en question le statut épistémologique des concepts mêmes de science et de raison que l'animal inconnu s'est forgés à l'école de sa propre image.

Décidément, plus nous avançons sur le chemin de la pensée, plus nous découvrons que ce bipède ignore son identité et qu'il n'est pas près de la découvrir. Et la preuve de cette ignorance n'est autre que sa volonté de rendre l'univers catéchétique.

11 mai 2018