Retour
Sommaire
Section Décodage anthropologique
Contact

L'anthropologie expérimentale et la théologie politique de l'Angleterre

 

Max Weber avait introduit l'étude de la théologie protestante dans l'interprétation de l'essor économique de l'Occident. L'anthropologie expérimentale fonde la connaissance de l'Histoire et de la politique sur l'étude de l'encéphale onirique de l'homme qu'illustrent les mythes sacrés et les autres formes de la vie de notre espèce dans l'imaginaire.

1 - Les masques de la raison
2 - La politique de Blanche Neige
3 -Par delà la politique de la candeur
4 - La barbarie messianisée
5 - Insularité psychique et régression morale
6 - Aux sources anthropologiques de l'insularité psychique
7 - L'inconscient théologique du politique
8 - La sous-information anthropologique de la diplomatie française

1 - Les masques de la raison

Le 28 avril 2003 Tony Blair a prononcé un discours truffé d'arguments censés réfuter la volonté politique de la France et de l'Allemagne de se soustraire progressivement à la domination américaine. Le recours tardif à la mise en place d'une force de défense européenne pose une question décisive aux yeux d'une connaissance de l'histoire dont l'ambition est de se fonder sur des analyses anthropologiques des comportements politiques de notre espèce et de ses constructions théologiques. C'est dans cette perspective que se situe l'étude expérimentale du cerveau dédoublé entre le réel et des mondes imaginaires dont l'évolution a doté le genre humain et notamment l'examen de la diplomatie actuelle de Downing Street. Est-elle réellement candide ou s'agirait-il d'une naïveté aussi astucieusement apprêtée que possible, mais embarrassée par l'impossibilité de jamais doter une argumentation de la servitude d'un minimum de rationalité et de crédibilité politiques ? Dans ce cas, l'inconscient de l'insularité britannique se placertait au premier rang.

L'enquête anthropologique se révélera encore plus décisive si l'on songe que la nécessité de connaître les motivations en profondeur de la politique d'un État sera d'autant plus impérieuse que la faille apparaîtra plus grande entre, d'une part, l'argumentation réputée la légitimer aux yeux de la raison politique courante et superficielle, et d'autre part, l'examen critique des impératifs réels qui la guident en profondeur. L'anthropologie expérimentale a pour vocation de mettre en lumière et d'expliciter les masques de la droiture que la raison banalisée tente d'emprunter. A ce titre, la volonté de l'Angleterre de se rendre vassale obéit logiquement à des intérêts psychobiologiques non seulement jugés tangibles , mais vitaux - ce qui explique qu'il faille les défendre en jetant par-dessus bord toute rationalité politique immédiatement accessible au sens commun. La politique anglaise présente une excellente illustration de l'infirmité d'une science politique au quotidien et qui n'aura pas conquis une connaissance rationnelle de l'inconscient anthropologique des peuples et donc de l'Histoire entière.

Qui niera que M. Blair n'aurait pas accédé au poste de Premier Ministre de sa Gracieuse Majesté si son regard sur la politique mondiale était celui d'un enfant de dix ans ? Mais puisque l'analyse anthropologique démontre que ses raisonnements semblent répondre à cet âge, il convient de prendre la mesure des difficultés que rencontre l'Angleterre officielle pour cacher les vrais enjeux de sa diplomatie sous des raisonnements publics qui la condamnent à heurter de front le bon sens et qui prêtent à rire si l'on y prête une vraie attention. Qu'on en juge dans l'ordre de leur énoncé à la Chambre des Communes au cours de la conférence de presse mensuelle du chef de l'exécutif en avril 2003.

2 - La politique de Blanche Neige

1 - Comment prendre au sérieux la demande présentée à la France de travailler avec elle dans une harmonie idyllique en matière de défense militaire ? Il s'agit, en réalité, de faire ramer les deux nations sur la même barque afin qu'elles fassent triompher d'un même élan l'hégémonie de l'Amérique dans le monde entier. Ce tandem zélé jouirait du statut de rameurs associés pour la plus grande gloire de leur souverain commun. Personne ne peut croire qu'une vision aussi puérile de la géopolitique fournisse la clé des intentions réelles de l'Angleterre. Mais pourquoi infantiliser la politique jusqu'à la caricature ? La connaissance anthropologique du politique a pour vocation de décrypter les livres d'images de la diplomatie.

2 - De même, qui peut croire qu'elle ne serait pas feinte, la naïveté de sembler promouvoir une Europe puissante , mais qui n'en deviendrait pas pour autant rivale des États-Unis ? M. Tony Blair n'ignore évidemment pas qu'il sera impossible de préciser à quel moment l'empire américain froncera les sourcils et contraindra ses collaborateurs subalternes à rentrer dans le rang. Du reste, le Premier Ministre britannique souligne clairement que l'alliance euphorique projetée avec une France devenue docile aux vœux de son protecteur n'autorisera jamais que des actions militaires collatérales à l'OTAN et qui ne devront en aucun cas " miner" cette institution, c'est-à-dire l'instrument d'un guidage américain éternel de la planète.

3 - Ce n'est pas en enfant de chœur de la politique que M. Tony Blair insiste sur l'évidence que l'Europe devra obligatoirement se ranger du côté du souverain chaque fois que celui-ci jugera utile, opportun ou nécessaire d'évoquer la prééminence de ses intérêts particuliers sur la scène internationale. Hobbes a montré le premier que le vrai maître est celui qui interprète les " circonstances exceptionnelles " en les pliant à ses vues, ce que toute la politique mondiale ne fait que confirmer à une plus vaste échelle et plus spectaculairement depuis le 11 septembre 2001 .

4 - Pourquoi un État ancien et puissant comme l'Angleterre joue-t- il à afficher une incompétence politique titanesque, et cela au point d' affecter l'effroi à la perspective qu'un monde multipolaire engendrerait des centres de pouvoir en rivalité entre eux ? Downing Street n'ignore en rien la rivalité entre les serviteurs qui caractérise l'asservissement général à un seul maître - compétition dans laquelle l'Angleterre aura conquis d'avance une position privilégiée et qu'elle comptera bien exploiter à son seul avantage. Occuper le premier rang dans la hiérarchie des zélateurs de la servitude n'est pas une mince aventure. Le " partenariat stratégique " comptera plusieurs candidats à la qualification principale aux yeux du souverain: tous les trônes flattent leurs favoris.

5 - Comment expliquer le double jeu d'accorder à César un règne sans partage tout en prétendant conjurer son omnipotence par le soin qu'on prendra de ne jamais le défier ? Certes, le lion ne vous fera aucun mal si vous évitez son territoire de chasse. Mais en sera-t-il rendu moins puissant ?

6 - Il serait donc ridicule de peindre Tony Blair sous les traits d'un enfant en bas âge quand il s'amuse à faire croire que le monde serait séraphiquement dirigé par des " valeurs communes " et que ce paradis serait à portée de main si seulement l'Europe voulait bien se plier aux volontés du maître d'école d'Outre-Atlantique, parce que le désordre dans la classe serait un " désastre ".

3 - Par delà la politique de la candeur

L'anthropologie historique enseigne que le poids qui fait pencher la balance du côté de César est ailleurs. Où cela ? Dans le cauchemar qui hante la politique de l'Angleterre non seulement depuis Charles Quint, mais depuis Jules César, Claude et Domitien. Napoléon et Hitler ont seulement réveillé la hantise, pour une île, de voir se dresser un continent massif, uni et souverain face à ses rivages. Là est le vrai secret psychobiologique de l'Angleterre. Aussi longtemps que la science politique ignorera la profondeur des mentalités insulaires, elle demeurera précopernicienne. Comment s'opposer à l'Europe si la perspective d'y entrer est ressentie comme un suicide national dans les arcanes de l'inconscient collectif ?

Mais l'intérêt anthropologique du paradigme anglais tient précisément à l'aspect caricatural du naufrage de la raison politique immédiate et ordinaire dont ce paradigme offre le spectacle . Une naïveté politique apprise et que tout le monde voit de ses yeux se croit habile à se déguiser en Blanche Neige, mais conduit à un cynisme dont l'infantilisme cache mal la prétendue cécité. En ce sens, l'anthropologie expérimentale permet de mettre en évidence la nécessité d'une éthique minimale de la raison politique des États civilisés, parce qu'après la chute du nazisme, un empire construit sur un gigantesque subterfuge - celui d'une guerre contre un terrorisme international mythifié et sous le drapeau d'un simulacre de démocratie - tombera inévitablement sous le coup de ce jugement de Valerio Evangelisti : " Les complices de M. Bush ne seront pas vaincus sur le terrain, certes non, mais le leadership mondial [de l'Amérique] est voué à s'effondrer dans l'ignominie et sous la forme d'un suicide. " ( Valerio Evangelisti, Pulsion de mort, Le Monde diplomatique, mai 2003)

Mais, encore une fois, sans une connaissance anthropologique de l'histoire, Clio ignore les secrets du cerveau bipolaire qui fait de l'aventure humaine dans le temps une entreprise chaotiquement scindée entre les armes de l'imaginaire messianique ou idéologique et celle de la terre et qui s'épuise à manier le double glaive des anges et du monde .

4 - La barbarie messianisée

L'anthropologie historique scrute les sources psychiques de la première insurrection contre le naufrage planétaire du droit international que la civilisation post coloniale aura connue et dont un intellectuel américain stupéfait du désastre moral qui a frappé l'Amérique néo-colonialiste écrit : " Je ne peux me souvenir d'une condamnation aussi universelle. " (Amitai Etzioni , Déchirements américains, Le Monde, 30 av. 2003

Peut-être la vraie connaissance anthropologique de l'histoire mythifiée par l'alliance de la démocratie avec le messianisme religieux est-elle dans le déchiffrage psychobiologique de la barbarie. On sait que le pillage du musée de Bagdad a été organisée de longue date par un groupement de marchands d'art anglo-saxons et réalisé avec la participation active des forces armées américaines. La poétesse irakienne May Muzaffar écrit : "Les Mongols étaient des tribus barbares et non les maîtres du monde. " (Le Monde diplomatique, mai 2003) De son côté, l'artiste peintre sculpteur irakienne Nuha Al-Radi écrit que les Américains et les Britanniques " ont fait pire que le Mongol Houlagou, qui a eu la décence, lui, de ne pas prétendre venir libérer les Irakiens ". ( L'amertume des intellectuels arabes, Le Monde, 2 mai 2003)

5 - Insularité psychique et régression morale

Mais que sont les barbares de la démocratie messianisée, sinon les naufrageurs du droit international, et qu'est-ce que le naufrage de la loi, sinon le refus de sceller une alliance de la politique avec l'éthique ? C'est sur ce point que le passage de l'insularité psychique du protestantisme à l'angélisme politique de Tony Blair révèle toute sa portée anthropologique: car en faisant appel à un empire étranger afin de paralyser à jamais l'unification de l'Europe, Downing Street ne pouvait parachever son entreprise et donner toute sa cohérence théologique à l'ambition pseudo édénique de l'Angleterre qu'en couvrant une régression mondiale du droit international d'une couronne de lauriers - celle d'une contrefaçon de légitimation morale : l'ONU serait chargée de se donner en spectacle à la face du monde dans le rôle d'un docile porte-drapeau du gigantesque subterfuge politique d'armer la guerre pour le pétrole d'une conscience para religieuse.

La République ignore les arcanes psychiques de la politique anglaise, parce qu'elle ignore l'inconscient théologique des îles britanniques. Mais en refusant de sacraliser une falsification de l'idée de justice à l'échelle planétaire, la France s'est donné la seule contre-force politique ouverte sur l'avenir et qui assurera la résurrection prochaine de la civilisation du droit. La seule arme indispensable à la reconquête des pouvoirs de l'esprit est l'alliance de l'action diplomatique internationale avec l'éthique. Si l'Europe avait accepté, même du bout des lèvres, de poser la tiare de la justice sur un cambriolage international, la disqualification morale de l'Occident aurait été irrémédiable et le désastre politique qui en aurait découlé se serait révélé irréparable.

Au lieu de cela, nous voyons courir au milieu des ruines du musée et de la bibliothèque de Bagdad des barbares titubants et désemparés. Qui sont ces matamores interloqués ? Qui sont ces fantômes de leur propre forfanterie ? Ils errent parmi les vestiges de feu la conscience morale de la démocratie américaine. Le monde entier regarde gesticuler les dévots désarçonnés. Ils prétendent qu'ils ont vaincu un tyran . Ils disent que le terrorisme gît à leurs pieds. Ils soutiennent qu'ils ont apporté la liberté à une population hagarde - mais le monde voit les puits de pétrole cracher pieusement l'or des Mongols.

L'anthropologie expérimentale voudrait sceller une alliance nouvelle du "Connais-toi" avec une science politique informée de l'inconscient religieux de l'Histoire. L'insularité psychique de l'Angleterre est un cancer politique né de l'individualisme protestant. Le conquérant américain demeure un barbare franc du collier. Mais l'insulaire calviniste se recroqueville sur sa petitesse. Il achète son nid à l'ombre du conquérant du monde qui le couvre de ses ailes et qui assure le salut de tout l'univers. Quel trophée de la minusculité que de courtiser un sceptre ! Mais ce sceptre est calqué sur celui du ciel.

L'anthropologue de la politique ouvre Tacite aux pages où Agricola conquiert l'Angleterre sous Domitien . Déjà l'identité tribale des îles britanniques n'opposait à la romanité qu'un repli sauvage sur son insularité. Il faudra attendre Guillaume le Conquérant pour tenter de donner l'âme d'une nation aux prisonniers des remparts qui leur servent de rivages; mais, de l'empire américain lui-même, ils ne feront jamais que la forteresse de leur seule éternité - celle de leur insularité.

6 - Aux sources anthropologiques de l'insularité psychique

Faute de psychanalyse de l'enracinement de l'inconscient religieux des nations et des peuples protestants dans l'insularité de leur théologie, la science politique européenne est encore à la recherche des informations anthropologiques élémentaires sans lesquelles la conduite d'une diplomatie sur le long terme et notamment l'ambition de construire une Europe politique est vouée à un échec certain.

Deux exemples. Lorsque le bétail anglais fut atteint de la maladie dite " de la vache folle ", le Premier Ministre de l'époque, M. John Major, demanda, tout naturellement et sans penser à mal à la Commission de Bruxelles d'accorder à l'Angleterre l'autorisation de faire consommer la viande suspecte par les peuples du tiers monde et de l'Europe centrale. Les Ministres européens se contentèrent de hausser les épaules, mais aucun d'entre eux ne disposait d'une connaissance anthropologique des identités closes et de leurs formulations théologiques. M. John Major s'exprimait dans l'esprit le plus rationnel , donc le plus pragmatique qui caractérise les philosophes anglo-saxons de Hume à Locke et de Berkeley à William James.

Mais l'approfondissement de la connaissance anthropologique du psychisme insulaire auquel des rivages déserts servent de murs d'enceinte donne le vertige si l'on songe qu'au cours de la seconde guerre mondiale, les services secrets anglais ont inventé une forme de viande contaminée fort originale, qui serait constituée d'espions anglais de seconde zone, dont la mission politique serait de servir d'appâts au contre espionnage allemand. L'Intelligence Service a donc systématiquement leurré des espions britanniques en faisant croire à ces vaillants patriotes qu'il les informait en grand secret des lieux où les troupes du Royaume uni étaient censées se préparer au débarquement. Ces dupes de leur propre État ont ensuite été infiltrées sur le continent et secrètement livrées au contre espionnage nazi. On comptait que, sous la torture, ces citoyens livreraient à l'ennemi les faux renseignements dont ils étaient détenteurs. Quelques-uns sont morts sans parler, alors qu'ils auraient inconsciemment servi l'Angleterre s'ils s'étaient montrés moins naïvement héroïques .

7 - L'inconscient théologique du politique

Un cynisme au service de l'identité auto-défensive des îles britanniques se révèle si profondément enfoui dans l'inconscient collectif insulaire qu'on en trouve l'expression la plus fidèle dans la théologie en forme de forteresse de la Confession de Westminster au XVIe siècle . En vertu de la toute puissance de sa méchanceté et de sa fausseté , Dieu aurait , de toute éternité et irrévocablement, prédestiné tels hommes aux flammes éternelles et tels autres à la félicité posthume. Pascal a bien résumé la doctrine : " L'opinion des Calvinistes est : Que Dieu, en créant les hommes, en a créé les uns pour les damner et les autres pour les sauver, par une volonté absolue et sans prévision d'aucun mérite. Que, pour exécuter cette volonté absolue, Dieu a fait pécher Adam, et non seulement permis, mais causé sa chute. " (Ecrits sur la grâce , Premier écrit, Pléiade, p. 951)

La Constitution ecclésiastique élaborée en cinq mille huit cent quinze heures - il y fallut mille cent soixante trois séances de cinq heures chacune - témoigne bien des relations que le pragmatisme anglais entretient avec la théologie de l'omnipotence, donc de la gratuité de la grâce divine. Car cette Constitution ecclésiastique élaborée par une assemblée de cent vingt et un hommes d'Église , de dix lords et de vingt membres de Communes siégea de 1643 à 1648 et se prolongea jusqu'en 1652 par une commission d'examen et d'ordination du clergé, tandis que la nouvelle Confession, dite de Westminster ne fut entreprise qu'à la suite de l'arrivée de cinq théologiens écossais. Elle fut menée à bien en dix-neuf mois seulement , de mai 1645 à décembre 1646. Ses trente neuf articles furent approuvés un par un par le Parlement. Il est significatif qu'elle étendait aux anges la doctrine centrale de la prédestination. Celle-ci est viscéralement insulaire en ce qu'elle est fondée sur un individualisme exacerbé et hanté par une peur panique de la damnation, tandis que le luthéranisme est plus ouvert sur la communion, parce que continental : on y conserve même une eucharistie inversée - le pain de la messe ne se change plus en chair du Christ, mais sa chair en pain, ce qui véhicule un tout autre symbolisme des relations humaines.

On observera que l'insularité théologique anglaise s'exprimera par un individualisme de Dieu dont la Confession de Westminster illustrera le despotisme: " Par décret de Dieu, et pour la manifestation de Sa gloire, tels hommes […] sont prédestinés à la vie éternelle, tels autres voués à la mort éternelle. " (Chapitre III, Des Décrets éternels de Dieu, n°3)

Pourquoi la sainteté divine livrait-elle d'avance les uns aux péchés mortels qui les vouaient aux flammes éternelles et les autres à l'innocence immaculée d'Abel le juste, sinon parce qu'une théologie de la fatalité du bien et du mal fondait la souveraineté absolue et gratuite du ciel anglais sur le tour de force de duper le diable en personne, mais au prix de l'immolation de la créature à la " gloire de Dieu ". Du seul fait qu' un coupable privé de la faculté de se racheter est une coupe vide et qui trompe le Démon lui-même, Lucifer se voyait livrer des damnés en toc . Mais, du coup, le pécheur et l'innocent se trouvent tous deux changés en poupées de son. À se voir réduits au rang d'instruments inertes d'une politique pragmatique jusqu'au cynisme, à l'instar des espions pré-programmés au cours de la seconde guerre mondiale afin de piéger le contre espionnage allemand, ou plus récemment, d'empoisonner un tiers monde voué à consommer de la viande avariée à seule fin d'assurer la prospérité économique de l'Angleterre.

On voit que Dieu est lui-même devenu un insulaire angélisé dont la sainte férocité s'exprime en ces termes : " Les autres d'entre les hommes (the rest of mankind), il a plu à Dieu - conformément au dessein insondable par lequel à Son gré Il accorde ou refuse la miséricorde, pour la gloire de son souverain pouvoir sur Ses créatures - de les écarter et de les destiner pour leur péché au déshonneur et au courroux ; et cela à la louange de Sa glorieuse justice. " (chap. III, n°7)

L'inconscient collectif des peuples se réfléchit dans ces miroirs parfaits de leur politique que sont leurs théologies. Aussi n'y a-t-il pas de science diplomatique à la mesure des réalités du monde d'aujourd'hui sans une spectrographie de la prise en charge par le ciel de la vengeance des nations. " Nous sommes d'autant mieux vengés qu'en ne nous vengeant pas nous-mêmes sur le prochain, nous le livrons au Dieu vengeur. Plus on se venge soi-même , moins Dieu s'en charge à votre place. " (Hoornbeck , Theologia pratica, I, p.882)

La théologie anglaise a peu changé depuis 1647. De toutes façons, le fond des choses reparaît dans les époques de crise où les édulcorations ultérieures se révèlent un vernis trompeur. Il a fallu attendre 1885 pour entendre quelques évêques de la Hight Church se réclamer de la critique scientifique allemande des textes sacrés, mais ils ne tardèrent pas à rentrer dans le rang. Aujourd'hui encore, c'est le Parlement qui décide d'éventuels changements dans les XXXIX articles de 1647. L'Angleterre est théologale de la tête aux pieds . On sait que M. Blair a prononcé, en tant que chef du Gouvernement, un sermon à la cathédrale Saint Paul à l'occasion des funérailles de la princesse Diana ; on sait également que G.W. Bush et lui prient ensemble, et même au téléphone.

C'est pourquoi le chef d'un gouvernement travailliste est aussi convaincu que les conservateurs que Dieu est du côté de la plus grande puissance politique de la terre et qu'il est donc rationnel de se ranger sous la bannière des intérêts du ciel et de l'empire américain confondus. C'est dans cet esprit que, lors d'un entretien du 2 avril avec Peter Stothart , ancien rédacteur en chef du Times, il a déclaré qu'il était prêt à rencontrer Dieu et de répondre devant lui " pour ceux qui sont morts ou qui ont été terriblement mutilés à la suite de sa décision de faire la guerre en Irak. " (AFP 3/05/03, 5h20)

Mais, en bon protestant, il admet, avec nombre de ses coreligionnaires, qu'il pourrait se voir condamné au jugement dernier non point pour avoir pieusement fermé les yeux sur le cynisme du Dieu égocentrique de l'Angleterre protestante, mais pour un mal collatéral : le ciel pourrait le déclarer coupable, " à la louange de sa glorieuse justice " de la mort de sept femmes et enfants à un poste de contrôle par des soldats américains.

8 - La sous-information anthropologique de la diplomatie française

La diplomatie française s'interroge en vain sur les raisons qui ont fait signer à l'Angleterre les accords de Saint Malo, puis à les renier sans explication ni préavis au profit de l'Otan. Elle se demande, perplexe, pourquoi, trente ans après son entrée si difficilement acquise dans le marché commun, l'Angleterre s'en venge en faisant exploser l'Europe avec le concours du lobbying de Loocked Martin, constructeur du F16 américain. Elle ne comprend pas pourquoi Tony Blair se rend en toute hâte à Moscou pour tenter de ruiner l'alliance de la Russie avec la France et l'Allemagne. Comment expliquer qu'il aille jusqu'à invoquer le " très grand danger " que courraient ces deux nations si elles persévéraient dans le péché de lutter contre un monde aussi unipolaire que celui de la grâce et de la disgrâce gratuites du ciel de la prédestination ?

Toutes ces questions témoignent de ce que la pauvreté scientifique de la science politique que l'Europe a héritée de la rationalité superficielle et frileuse de la Renaissance et de Machiavel ne répond plus aux besoins de la connaissance rationnelle qu'appelle le décryptage d'une espèce demeurée viscéralement théologique. Depuis le XVIIIe siècle, les historiens modernes ont négligé d'observer les armes politiques des mythes religieux et les armes religieuses de la politique. Puis, tout au long du XXe siècle, ils ont superbement ignoré les fondements religieux inconscients des idéologies politiques. Le réveil anthropologique de la raison historique lui donnera-t-il la distanciation scientifique nouvelle qui rendra plus intelligible le passé et le présent des fuyards délirants de la zoologie ?

Max Weber, le premier, avait introduit l'étude des théologies dans la connaissance proprement historique - mais son enquête se limitait à l'examen des relations entre le protestantisme et l'essor économique de l'Angleterre et de l'Allemagne. L'heure aurait-elle sonné d'armer la connaissance de l'Histoire tout entière et de la politique d'une science de l'évolution du cerveau bipolaire de l'homme ? La science diplomatique occidentale osera-t-elle approfondir sa connaissance de l'humanité onirique à l'école d'une distanciation nouvelle de la raison scientifique ? L'avenir d'une psychanalyse de l'Histoire nourrie par la connaissance anthropologique de l'évolution du cerveau des évadés de la zoologie dépend d'un seul courage, celui de la raison .

4 mai 2003