Retour
Sommaire
Section Décodage anthropologique
Contact




Petit dictionnaire de théologie portative à l'usage des hommes politiques
Esquisse d'une anthropologie de la Trinité

 

Les consultants de ce site ont appris comment, à la suite du rejet de la Constitution européenne, j'ai été mis en demeure par les europologues swiftiens réunis en l'île de Laputa de rédiger de toute urgence un petit dictionnaire de théologie portative à l'usage de la classe politique française et européenne, (Compte-rendu du congrès mondial d'europologie dans l'île de Laputa sur le thème: " Europe, réveille-toi").

Ne pouvant satisfaire tant de hâte, je me suis dit qu'une anthropologie de la Trinité suffirait, dans un premier temps, à retirer du moins partiellement le bandeau des yeux d'une politologie mondiale frappée de cécité par son refus de toute profanation psychanalytique de la condition humaine tout entière, parce que la timidité intellectuelle de la philosophie occidentale n'est jamais que l'expression d'un humanisme rendu superficiel et craintif par l'interdit qui la frappe d'observer l'inconscient du "Connais-toi" lui-même . C'est qu'un tel sacrilège conduirait à la connaissance de l'immoralité politique de Dieu. Si la motion finale du congrès de Laputa permettait de briser cette peur-là, nous serions transportés dans la postérité explosive , mais féconde de Darwin et de Freud et nous saurions que la construction de la balance à peser l'encéphale politique de l'humanité est à portée de nos mains .

1 - Qu'est-ce qu'une religion ?
2 - Les praticiens de la Trinité
3 - De l'infirmité d'une Trinité tronçonnée
4 - La confirmation expérimentale
5 - Conclusion de la première leçon

1 - Qu'est-ce qu'une religion ?

Comment vous présenteriez-vous en héritiers et en fécondateurs du siècle des Lumières, Messieurs les congressistes, si vous renonciez à la science des personnages imaginaires que vous appelez des dieux sous prétexte que le matériau doctrinal des orthodoxies n'existe évidemment que dans la tête de leurs défenseurs ? Il n'est pas logique d'avoir du moins appris que les Olympe qui campent dans les encéphales n'ont pas débarqué du haut des nues et de renoncer ensuite à observer le terreau cérébral sur lequel ils sont nés et se sont donné des structures cérébrales stratifiées par les orthodoxies que sécrète la logique interne de leurs révélations respectives. Le chef d'Etat qui ignore pourquoi le singe évolutif a besoin de représentants oniriques de son existence semi vaporeuse ne connaît pas la fraction de l'espèce schizoïde confiée à sa responsabilité politique. C'est pourquoi votre raison vous a enseigné que si tous les Etats sont chapeautés par le Dieu bipolaire de l'endroit, c'est parce que, sans son appui politique , le pouvoir de régner sur les fuyards des ténèbres se passe difficilement du privilège de se trouver légitimé par le sceptre d'un maître biphasé de l'univers.

Mais si votre critique s'est avancée depuis longtemps jusqu'à connaître les avantages et les inconvénients que vous réservent les autels, votre science des ressorts religieux de notre histoire est demeurée élémentaire, faute du vademecum d'un manuel de théologie dichotomique qui vous mettrait entre les mains et à très peu de frais quelques clés de l'art de diriger les Etats du haut du ciel et de gérer les affaires publiques à l'aide des souverains invisibles et puissants, mais rudimentaires, que vos ancêtres ont installés dans le vide de l'immensité.

Aussi les classes dirigeantes des démocraties dites éclairées ne sauraient-elles oublier que, depuis le paléolithique supérieur, les hommes sont soumis aux verdicts fantastiques des régisseurs éthérés du cosmos dont ils se sont pourvus et que toute politique forge les nations sur l'enclume de leur obéissance aux acteurs imaginaires qu'ils ont logés sous leur crâne. L'outil principal de votre ambition de régner n'est autre que votre science des relations que le sacré entretient avec l'art de diriger notre espèce et qui s'appelle la politique; mais comme votre vocation vous appelle également à défendre les intérêts intellectuels et moraux d'une humanité supérieure, il est de la plus haute importance qu'une documentation cultuelle à l'usage des apprentis vous renseigne sur les programmes des quelques logiciels focaux qui commandent depuis le fond des âges les formes de la science politique et qu'on appelle plus communément des religions.

2 - Les praticiens de la Trinité

Je commencerai ce petit dictionnaire de toute théologie à l'usage des Etats dits démocratiques par un chapitre succinct sur la Trinité, personnage si capital que la courtoisie à son égard me fait un devoir de lui conserver sa majuscule ; car un guide pratique de la religion trinitaire qui ne vous éclairerait pas sur le système de pilotage principal qui commande l'art de gouverner la terre soit à l'école du ciel, soit à celle d'une idéologie, vous laisserait errer dans une cécité que les croyants appellent les " ténèbres du temporel ".

Sachez, en premier lieu, que les théologies et les idéologies sont construites sur le même modèle, mais que les promesses des premières sont différées, tandis que celles des secondes font valoir immédiatement leurs créances. C'est dire que les songes politiques de type religieux, élèvent au rêve une science des affaires de ce monde mieux casquée que celle des incroyants enivrés par des idéalités. Rome sait depuis le premier siècle, mais Moscou l'ignorait encore, que toutes les oligarchies sont tentées par la tyrannie, que toutes les démocraties sont menacées par des démagogues dont l'ambition sans frein les font tomber dans l'ochlocratie, que, dans les deux camps, le despotisme des chattemites du salut terrestre ou extraterrestre produit des orthodoxies armées jusqu'aux dents, que les clergés du ciel et de la glèbe mettent en service des tribunaux dévoués à leurs catéchismes et que l'encéphale schizoïde de notre espèce oscille depuis quelques millénaires entre des délires relativement canalisés par la sagesse politique des Eglises et des évangélismes de l'utopie dont les déchaînements meurtriers ne se laissent mâter que par la répression sanglante de leurs hérésies.

La curie romaine est l'anthropologue avant la lettre dont la science de l'homme n'ignore en rien que toutes les hérésies sont, par nature, des divagations politiques et que les plus démentes d'entre elles menacent la survie même de l'espèce, comme celle des cathares, dont la sainte chasteté entraînait l'extinction pure et simple du malheureux animal affligé d'un cerveau scindé entre la terre et l'ange qu'il voudrait devenir.

C'est pourquoi les théologiens du genre humain sont des anthropologues machiavéliens en ce qu'ils combattent les loups sur un front et les moutons sur l'autre, les premiers parce qu'ils dévorent les moutons, les seconds parce que les moutons n'ont pas de tête et que leurs bêlements appellent des guides de leurs troupeaux. Rome a combattu à la fois Staline et les théologiens de la libération, parce qu'il ne suffit pas de vaincre les fauves, encore faut-il éviter la débandade des brebis dans l'anarchie et le délire. Protéger un animal semi acéphale à la fois de ses carnassiers et de sa propre errance exige un recul de la science anthropologique que l'Eglise confie à la vigilance d'un maître mythique du cosmos. Mais l'encéphale de ce souverain reproduit fidèlement celui de ses serviteurs : lui aussi tient un rameau d'olivier d'une main et une lance de l'autre.

Ces quelques observations préliminaires suffiront amplement à vous mettre sous les yeux les mécanismes psycho théologiques originels dont la foi et les idéologies expérimentent ensemble les ressources politiques. Votre initiation sera encore plus rapide si vous examinez dans la foulée les trois formes fondamentales de l'art de gouverner qu'illustrent les Etats dont le trio symbolique du Père, du Fils et du Saint Esprit assurait la mise en scène; car chacun de ces trois acteurs de l'histoire agit en son propre nom, mais sous une triple enseigne. Votre préparation anthropologique à la conduite des affaires de l'Europe de demain sera accélérée si vous vous instruisez des vertus et des vices de la politique qu'illustrent les apanages respectifs des trois régimes de l'action publique dont la théologie de la Trinité a creusé les sillons dans l'inconscient de l'histoire de l'humanité .

Que votre apprentissage des peuples et des nations ne perde pas un temps précieux à flâner en chemin : l'initiation à toute allure que je vous conseille vous permettra de focaliser d'emblée toute votre attention sur les branchements qui rattachent les uns aux autres les acteurs théologiques du cosmos et qui doivent nécessairement tripler leur efficacité. Le génie religieux commun au christianisme et aux utopies politiques les a lancés sur le théâtre du monde sous la plume de la plus réaliste et de la plus séraphique des têtes politiques: celle de saint Augustin.

3 - Des infirmités d'une Trinité tronçonnée

Exercez-vous d'abord à imaginer un Etat fondé sur un Père solitaire, donc privé d'acolytes de sa grandeur et de sa majesté dans le cosmos. Certes, un souverain érémitique jouirait d'une autorité impressionnante par son étendue, son austérité et sa raideur ; mais ces vertus demeureraient d'une rigidité inféconde, parce qu'elles ne disposeraient pas de la souplesse d'un relais dont la vocation médiatrice rassurerait des sujets terrorisés par l'omnipotence de leur maître. Des relations directes et chaleureuses des gouvernés avec un créateur triphasé sont plus payantes et plus durables que la froideur des despotes monocordes. Le mythe chrétien installe sagement un intendant de l'intérêt général au timon des affaires publiques. Ce conciliateur recopie le prototype de Moïse . Mais un népotisme cosmique réduit au maigre attelage d'un père tout puissant et d'un fils réduit au rôle d'amortisseur de ses colères ferait un duo asthmatique s'il n'était enflammé par le souffle des grands voyants. Un Etat privé du feu du " surnaturel " des prophètes serait déconnecté du génie orphique des poètes et son drapeau pendrait aussi tristement au mât de l'Histoire que celui d'une Suisse transportée dans le ciel en berne de sa neutralité éternelle.

Il est donc indispensable à votre science des ressorts profitables à la fois aux Etats et à leur ciel de connaître les trois colonnes vertébrales de la vie internationale du singe évolutif que sont le rude magistère de la loi, un pouvoir charitable et la vocation enflammée des visionnaires. Car si vous diagnostiquez maintenant l'impuissance politique d'un Saint Esprit réduit à ses seules forces sur la terre, puis le naufrage du Fils amputé des personnages qui l'aspirent dans le vide, vous comprendrez l'autorité d'un Père fulminatoire, tellement un Saint Esprit livré aux anges et aux séraphins prendra le large et volera à tire-d'ailes vers le royaume des saintes utopies que la sagesse et l'esprit de mesure du timonier central du cosmos avait prudemment attachés à son sceptre. Les Eglises ouvertes à tous vents déclinent et disparaissent, celles dont la théologie tient en laisse la folie du genre humain prospèrent, tellement la fossilisation de leurs dogmes les rend plus durables que leur évaporation dans l'anarchie. Quant au Fils qui rompt ses attaches avec son géniteur, il fera figure de bouée de sauvetage des apeurés de la vie ; et il réduira le cosmos à la neutralité de ses petits gestionnaires du salut. Le protestantisme est devenu un orphelinat de la rédemption .

4 - La confirmation expérimentale

Et maintenant, rouvrez vos livres d'histoire et livrez-vous à la vérification expérimentale de la nature et du fonctionnement du mythe de la Trinité. Que manque-t-il au catholicisme, sinon une théologie de l'Esprit Saint qui donnerait son feu au tandem relâché d'un Père et d'un Fils rabaissés au rang de juristes tour à tour laxistes et précautionneux ? Que manque-t-il à l'alliance du Fils avec le Paraclet dans le protestantisme, sinon une organisation politique fermement hiérarchisée et bien articulée avec la discipline de fer sans laquelle il n'est pas d'orthodoxie? Que manque-t-il à l'église orthodoxe , sinon un père prudent et averti du danger de " christifier " à l'excès - donc d'évangéliser à outrance - des sociétés humaines tout juste évadées du règne animal et de les hisser précipitamment dans les airs, ce qui ne peut que renforcer la pavane d'un clergé voué à plastronner dans le séraphique et censé participer de la descente du feu céleste parmi leurs congénères mal lotis?

Rome est terre-à-terre, Athènes est habile à tirer de riches dividendes de l'innocence des brebis du ciel, Luther est naïf de faire dévaler le don de prophétie dans le petit peuple et de changer les paysans en Isaïes de la glèbe, Calvin est candide à se ligoter au père avare et à laisser hors du contrôle des robins chevronnés le pouvoir d'élection tout gratuit d'un despote de la grâce, Allah est trop retranché dans la forteresse des ténèbres qui protège son mystère pour seulement autoriser ses oulémas à s'organiser en un clergé et à se démuseler sur la terre , ce qui paralyse les lettres , les arts et l'esprit d'examen. Moscou vénérait en Karl Marx un père fondateur dont les Christs successifs ont exercé un pouvoir excessif sur le peuple universel des prolétaires avec Lénine, le Moïse du système, puis avec Staline, le grand Inquisiteur, parce qu'il a manqué à la dualité originelle de Marx et de Lénine un Saint Esprit des utopies politiques. Quant à Jahvé , un Dieu indifférent au sort du genre humain et qui n'élit qu'un seul peuple de fidèles dont il se proclame le stratège, puis le législateur minutieux à la suite de la sédentarisation de ses dévots, ne dispose pas de l'universalité sans laquelle il n'est pas de monothéisme à vocation onirique planétaire. Un monothéisme sélectif est une contradiction dans les termes.

5 - Conclusion de la première leçon

Vous voyez que l'histoire de la planète est commandée par la logique interne qui régit le mythe de la Trinité dans les trois monothéismes, parce que toute théologie de ce type exprime les trois formes originelles de l'entendement triphasé des évadés actuels de la zoologie: le juridique, l'administratif et l'orphique. L'anthropologie critique enseigne que ces trois complexions générales de notre espèce se trouvent le plus souvent incompatibles entre elles. Comment le poète serait-il un laboureur aux yeux fixés sur ses sillons, comment l'homme de loi demeurerait-il tout sourire à l'école des châtiments qu'il inflige, comment le gestionnaire penché sur son soc se voudrait-il un musicien de l'éther ?

C'est pourquoi la divinité triplex figure une synthèse idéale des vertus natives, mais quasi irréalisables sur la terre que réclame pourtant le génie trinitaire de la politique - ce qui facilite la cristallisation stendhalienne que les grands mystiques appellent "l'amour de Dieu ". Mais l'esprit sélectif des peuples privilégie le personnage prédominant d'une théologie à trois voix dont les siècles et les climats sont les orchestrateurs. Apprenez que la spectrographie théologique des infirmités et des grandeurs de la nature simiohumaine écrit le bréviaire d'une politique instruite des ressorts théologiques du monde.

Quels enseignements notre science politique en tirera-t-elle pour l'Europe de demain ? N'a-t-on pas vu le père et le fils s'époumoner côte à côte sur la terre et pousser à hue et à dia une Constitution besogneuse ? N'ont-ils pas crié à pleins poumons qu'ils avaient découvert le saint Graal ? N'ont-ils pas proclamé à cor et à cri que le Vieux Continent n'avancerait plus d'un pas sans le havresac d'une Constitution liée à sa lettre? Mais où était-il passé, le Saint Esprit de la politique, où était-il passé le souffle de la lucidité, où était-elle passée, la brûlure de feu de la liberté ? On ne forge pas le destin d'un Continent sur l'attelage poussif du Père et du Fils, parce que le Saint Esprit de l'action s'appelle la Liberté et que le Père et le Fils sont les myopes du trio.

Si l'Europe un instant dételée du timon des affaires trouvait son second souffle dans la théopolitique ; si une France placée en marge de l'Europe de la servitude refusait de maculer son drapeau à l'école de la vassalisation d'une civilisation, ses brèves heures d'attente assureraient le retour de l'acteur sommital qui symbolise à lui seul l'aventure de l'espèce humaine sur les hauteurs ; si la France de la raison politique découvrait les paramètres anthropologiques de la souveraineté, elle deviendrait le guide intellectuel et moral de l'Europe ; et elle saurait que l'heure approche où l'Europe rougira de honte de s'être si longtemps abaissée . La France peut attendre : elle sait que les civilisations renaissent de leurs allégeance, mais non de leur souillure. La France incontaminée servira de blason à l'Europe retrouvée.

2 juin 2005