Retour
Sommaire
Section Décodage anthropologique
Contact


DiisDiscours aux Européens du Président de la République française, M. Jacques Chirac
L'accouchement d'une conscience politique européenne

 

Inutile de se mettre un bandeau sur les yeux : telle qu'elle a été constituée par José Manuel Barroso, organisateur de la rencontre des Açores entre MM. Bush, Blair et Aznar, la Commission de Bruxelles se trouve entre les mains des États-Unis et au service de leurs intérêts. Dans ces conditions, comment imaginer un discours de J. Chirac et de G. Schröder qui illustrerait ce drame et qui, dans le même temps, répondrait à la science anthropologique de la politique qu'appelle l'avenir de l'Europe ?

Dans l'état actuel d'immaturité des peuples européens, ni l'un, ni l'autre de ces discours ne sont prononçables ; mais ils reposent tous deux sur une connaissance post-darwinienne de l'encéphale d'une espèce divisée entre le réel et le songe. Les deux chefs d'État feignent de croire qu'il existerait un citoyen idéal en mesure de comprendre les enjeux réels de la politique internationale ; mais ils se montrent des pédagogues avertis . A ce titre, ils savent qu'il faut délivrer un message positif si l'on entend donner un destin aux espérances de la raison et du cœur.

Une Europe appelée à confédérer vingt-cinq nations de tailles diverses, donc appelée à conquérir le poids de la plus grande démocratie de la planète à partir d'une assise confuse et instable de nains et de géants confondus soulève nécessairement la difficulté d'élever un demi milliard de femmes et d'hommes à une conscience politique inaccessible même à la classe politique moyenne . La " Guerre du Péloponnèse " entre l'Amérique et l'Europe est ouverte . La science politique de demain conjurera-t-elle la fatalité que Thucydide a dû se contenter de décrire.

1 - " Vous avez quitté l'étroite enceinte des politiques municipales pour défier en souverains de vous-mêmes les empires aveugles des idoles et des rois. "
2 - " Écoutez ce que notre expérience directe de l'histoire nous a appris "
3 - " Méfiez-vous des alliances dévotes de l'artillerie avec les faux séraphins de la politique. "
4 - " Si vous n'acquériez la science des sceptres… "
5 - " Je m'adresse à vous avec humilité … "

1 - " Vous avez quitté l'étroite enceinte des politiques municipales pour défier en souverains de vous-mêmes les empires aveugles des idoles et des rois. "

Nous sommes les citoyens de la nouvelle Europe, les témoins de l'histoire de la plus grande démocratie du monde, les gardiens et les continuateurs de la première civilisation qui ait trouvé sa demeure, son espérance et son destin dans l'aventure de la raison. Devenus les citoyens du continent né avec la pensée, nous sommes tous embarqués dans l'aventure d'une humanité qui n'a jamais séparé l'action politique des conquêtes du savoir et de l'intelligence. Et pourtant, nous cherchons encore les voies de l'avenir intellectuel de nos États . M. le Chancelier d'Allemagne et moi, nous nous adressons à vous d'une seule voix, afin de vous parler de cela, non point au nom de nos nations respectives, mais au nom des cités et des peuples de l'Europe entière.

Certes, vos suffrages ont mis sur nos épaules une responsabilité immense. De toutes nos faibles forces, nous essayons de nous rendre dignes du mandat que vous nous avez confié, mais dont nous ne sommes responsables qu'en nous mettant à l'écoute de vos voix. Nous avons entendu celle de l'Europe, celle de la patrie de nos peuples enfin rassemblés. Quelle est votre espérance ? Quel visage donnerez-vous au destin, dont l'appel est en vous ? Laissez vos cœurs et vos esprits habiter votre vraie demeure ; donnez-nous seulement le courage, la foi et la force de représenter fidèlement vos vœux et votre volonté. Nous ne sommes que des lecteurs attentifs de votre message, celui par lequel vous nous demandez de vous donner un destin digne de l'Europe, nous ne sommes que les mandataires et les serviteurs de votre souveraineté. Les vrais accoucheurs des promesses de votre liberté, c'est vous. Mais pour que vous nous aidiez à progresser sur le chemin que vous nous avez tracé, nous devons apprendre à déchiffrer le message que vous nous avez adressé. Dictez-nous l'ambition dont nous voudrions devenir les serviteurs .

Nous vous demandons de nous dire quel est l'esprit de raison, quel est l'esprit de justice, quel est l'esprit de liberté que notre civilisation attend de nous. Pour le comprendre ensemble, nous devons vous confier des renseignements politiques que nos démocraties d'hier , qui étaient plus petites, ne pouvaient vous faire connaître. L'Europe de quatre cent cinquante millions de citoyens est appelée à instruire l'âme et l'esprit de citoyens informés des affaires du monde et décidés à exercer les prérogatives qu'ils ont conquises. Vous êtes devenus les interlocuteurs de la terre. C'est désormais à l'échelle des continents que vous tenez le rang de citoyens dignes de faire valoir l'autorité nouvelle dont vous êtes investis . L'Europe que vous portez en vous et qui attend vos directives politiques et morales nous renvoie à la civilisation dont nous sommes tous les fils ; car la Grèce a déposé la démocratie de la justice et de la liberté dans notre berceau, mais aussi l'ordre d'apprendre à nous connaître nous-mêmes, donc le levain de la liberté qui s'appelle la vérité. Qu'en est-il de l'enseignement selon lequel une démocratie privée du secours de la vérité n'est qu'un royaume des songes ? Vous avez quitté l'étroite enceinte des politiques municipales pour défier en souverains de vous-mêmes les empires aveugles des idoles et des rois.

2 - " Écoutez ce que notre expérience directe de l'histoire nous a appris "

La vérité que l'histoire a enseignée à ses intendants et sans laquelle un continent de la liberté demeurerait un enfant piétinant dans l'arène des siècles est celle qui va à la rencontre de votre maturité politique. Écoutez ce que notre expérience directe de l'histoire nous a appris , apprenez quelles ambitions inspirent les empires, sachez de quelles armes de la servitude ils maîtrisent l'usage afin de mâter leurs vassaux, sachez que leur sceptre subjugue les esprits serviles et fait, de leur docilité, le domestique de leurs ambitions . Le Chancelier d'Allemagne et le Président de la République française ont le devoir de porter à votre connaissance et de soumettre à votre jugement l'essentiel ce que vos États vous cachaient, afin que l'étendue nouvelle de la terre qui s'appelle l'Europe unie obéisse à la vocation planétaire de notre civilisation.

Un événement décisif nous a convaincus que l'heure a sonné à l'horloge de l'histoire d'élever votre attention lucide et vaillante à la connaissance de la vérité de la politique internationale dont témoigne le gigantesque défi que l'empire américain lance aux civilisateurs : sachez que le Nouveau Monde a décidé de se lancer, les armes à la main, à la conquête de tout le pourtour de la mer intérieure qui a donné depuis trois millénaires son assise à notre civilisation. Certes, la montée de l'Islam au VIIIe siècle avait provoqué une scission du tissu marin qui reliait l'Afrique à l'Europe. Mais à partir de la Révolution de 1789, c'est à la pointe de l'épée que nous avons apporté le ferment de notre liberté politique à nos frères musulmans ; et c'est au nom de la liberté que nous leur avons enseignée qu'ils ont su reconquérir, par la force de leurs armes l'indépendance que nous leur avions ravie.

Depuis un demi siècle, leur civilisation et la nôtre ne cessent de se rapprocher et d'entretenir des relations de plus en plus fécondes. Si nous parvenons à nous vivifier réciproquement, nous étendrons demain à l'Afrique nos civilisations en voie de devenir communes ; car nous devons à l'Islam des géomètres et des savants de nous avoir fait connaître Aristote, Archimède et Euclide, dont nous avions oublié les découvertes ; et de nous avoir arrachés aux ténèbres de l'ignorance dans lesquelles le christianisme du Moyen Âge nous avait ensevelis. L'histoire est faite d'une succession de chutes dans le gouffre de l'oubli et de résurrections des courages de la connaissance. Notre tour est venu de sauver de l'abîme un Islam auquel nous devons nos retrouvailles avec la physique et les mathématiques.

3 - " Méfiez-vous des alliances dévotes de l'artillerie avec les séraphins de la politique. "

C'est pourquoi votre statut de citoyens de l'Europe de la pensée exige en tout premier lieu votre initiation à la science des songes religieux qui servent de masques sacrés à tous les royaumes de la terre depuis qu'Alexandre a signé un pacte d'alliance trompeur entre la gloire militaire et les démocraties impériales. L'Amérique s'est lancée à l'assaut de l'Irak revêtue de la parure resplendissante de la liberté et de la justice. Sachez que ces vêtement ne sont pas seulement ceux des empires guerriers ; ils sont habilement brodés des fils d'or et de pourpre d'une liberté contrefaite. Leur rutilance est celle des missionnaires avides et rusés qui habillent les conquérants des couleurs du ciel et font briller leurs armures depuis vingt-trois siècles. Athènes la première a étendu son empire au nom de la liberté, puis l'Église a pris la relève angélique du fils de Philippe de Macédoine, et enfin nous-mêmes à l'heure où un Empereur né de la Révolution de 1789 lançait à coups de canon une République de croisés à l'assaut de l'Europe. Méfiez-vous des alliances dévotes de l'artillerie avec les séraphins de la politique. Aujourd'hui, c'est au prix de la torture et sous le tonnerre des bombes que la bannière étoilée s'est emparée de la caverne d'Ali Baba. Souvenez-vous que les saints missionnaires de la démocratie suent l'or et le sang des tortures.

4 - " Si vous n'acquériez la science des sceptres… "

Si vous n'acquerriez la science des sceptres qui enivrent les conquérants du ciel et de la terre, jamais vous ne deviendriez des citoyens instruits du destin politique d'une Europe messagère de la raison du monde. Il faut que vous sachiez que l'empire américain, quel que soit son Président, voudra installer ses armées et ses apôtres sur une terre de vingt-cinq millions d'habitants aux fins d'en exploiter à demeure les richesses pétrolières et d'y établir la base de lancement d'une titanesque offensive idéologique et militaire, ce qui conduira la Maison Blanche, si vous ne vous y opposez de toutes vos forces, de l'Arabie saoudite jusqu'à l'Égypte et au delà . De plus, cette nation herculéenne aura la dévote habileté, dont l'invention remonte, elle aussi, à Alexandre, de demander aux serviteurs de ses patenôtres de paraître partager la puissance de ses armes et de se répartir, sous son commandement, quelques prébendes que ses hommes-liges jugeront flatteuses et qui leur fera courber la tête encore davantage.

Sachez aussi que les chefs d'hier et de demain de l'empire américain et de ses évangiles sont tellement convaincus de l'inexpérience politique de votre jeunesse et de l'inertie de votre citoyenneté nouvelle qu'ils ont installé à Bagdad la plus gigantesque de leurs ambassades, qui compte plus de trois mille agents, ce qui rend microscopiques celles de Londres, de Paris, de Moscou, de Pékin. La vérité politique que nous avons le devoir de vous faire connaître est donc si aveuglante qu'il n'est pas de bandeau tellement épais qu'il puisse vous frapper d'une cécité de nature à vous cacher l'étendue de vos responsabilités. Allons-nous nous laisser encercler par une démocratie ambitieuse de s'emparer des rivages de la Méditerranée que nous avons rendus nôtres depuis l'empire romain ?

La vérité politique est toujours simple et cruelle : sans doute savez-vous déjà que Washington a pris possession du port de Naples il y a un demi siècle ; sans doute savez-vous déjà que l'empire américain dispose de puissantes garnisons dispersées dans toute l'Europe, la France exceptée ; sans doute savez-vous déjà que son infanterie est soutenue par des chars de combat dont les canons percent tous les blindages ; sans doute savez-vous déjà que sa flotte navigue en souveraine sur toutes les mers du monde. Mais êtes-vous dûment informés de ce que, depuis soixante ans, l'Alexandre des démocraties a installé sur tout votre continent des gouvernements soumis à ses volontés et que les peuples de l'Europe désapprouvent si massivement l'asservissement de leurs dirigeants à une puissance étrangère que le suffrage universel les balaieraient sur l'heure si seulement ils étaient consultés ?

5 - " Je m'adresse à vous avec humilité … "

Je m'adresse à vous avez humilité, mais avec la conviction profonde d'obéir au devoir politique et moral le plus impérieux qui s'attache à ma fonction, celui de vous informer de la dure vérité du monde. Votre responsabilité en appelle à votre savoir de soldats de la vérité. Un vaste continent compte sur votre vocation de citoyens d'une civilisation assiégée, encerclée, achetée de l'intérieur par les tentations de la lassitude, de la corruption, de la facilité ou de l'ignorance dont vos élites politiques sont devenues largement les otages ou la proie. Mais l'Europe de votre avenir se trouve entre vos mains. Vous êtes dignes de vous initier aux secrets des empires, dignes de regarder en face l'histoire et le monde, dignes de quitter le jardin d'innocence où vous semiez de fleurs les parterres municipaux de la politique, dignes de porter vos regards sur le destin qui se rue sur vous.

Vous regardiez passer le temps à la fenêtre. Un coup de tonnerre de l'histoire vous a transportés dans le vaste palais de la mémoire des nations et des peuples. La terre entière déroule désormais son théâtre sous vos yeux. Sachez que la production de l'industrie chinoise progresse de 10% par an. Avec une population six fois supérieure à celle des États-Unis , les fils de Confucius seront demain sur les bords de l'Hudson. Déjà les stratèges de l'empire du pétrole planifient naïvement une guerre d'hier avec la Chine de demain . Que seront l'Europe et ses neiges d'antan dans vingt ans? Aurons-nous contenu l'expansion du Nouveau Monde au sein de l'Islam et au cœur de l'Afrique ? Aurons-nous scellé une alliance vivante avec l'Inde et avec l'Amérique latine ? La Russie aura-t-elle reconquis les richesses de son sous-sol et compris que son avenir est dans la postérité politique de Pierre le Grand et du Siècle des Lumières? C'est sur tout cela que votre regard de citoyens du Continent de la pensée et de la politique doit apprendre à se porter, tellement l'Europe vous a ouverts à une autre dimension de vous-même et de votre esprit, tellement une autre conscience des enjeux de la vie internationale des États inspire désormais un plus haut courage à votre responsabilité politique.

Le Chancelier d'Allemagne et votre Président sont vos intendants. Écoutez-les : ce sont vos hommes de peine, mais aussi les confidents des millénaires de l'histoire. Ils sont instruits des intrigues qui se trament à tous les coins du palais. Ils vous disent que l'histoire est une grande tragédienne et qu'elle rôde dans nos murs. Nous vous souhaitons un heureux apprentissage de l'histoire réelle des nations et des empires.

le 19 août 2004