Retour
Sommaire
Section Les défis de l'Europe
Contact

Sanda Stolojan
Mais où sont les Américains d'antan?

 

Sanda Stolojan, poète et essayiste franco-roumaine , qui a accompagné le Général de Gaulle lors de sa visite à Bucarest , expose ci-après le naufrage du prestique culturel des Etats-Unis.

Quand on regarde le visage de la politique américaine, inspirée par les conseillers du plus malencontreux des présidents des USA, on ne peut que soupirer avec le poète: "Mais où sont les Américains d'antan?" : les pauvres pères de la liberté - pauvre Jefferson, pauvre Abraham Lincoln, pauvre George Washington -, les grands artisans de la démocratie américaine pour laquelle se passionna Alexis de Tocqueville.

Mais où sont aujourd'hui les Américains au grand souffle, dont nous aimons les précurseurs, Henry Thoreau, le conteur du lac de Walden, le merveilleux Edgar Allan Poe qui fascina Baudelaire, les grands romanciers du nouveau monde, les Melville, les Faulkner, les Henry James, les Scott Fitzgerald, les Salinger, les poètes et les chanteurs, la brillante Edith Wharton, mais aussi Margaret Mitchell la romantique, avec son "Autant en emporte le vent", et le Hollywood qui nous faisait rêver?

Pourquoi ce silence du côté des penseurs, des poètes, de l'intellighentsia américaine? Se peut-il que l'esprit de la grande Amérique faite pour inspirer un idéal aux peuples du monde se soit laissé engloutir par les intérêts des lobbies, les marchands d'armes, les pétroliers du Texas, les financiers de Wall street, les faiseurs de pollution de l'industrie qui a fichu par terre l'Amérique du sud? Quelle tristesse de voir un grand pays sombrer dans les plus sinistres arcanes du siècle!

Les événements se précipitent, la guerre commencera paraît-il le 15 mars s'il faut en croire les augures spécialisés qui habitent de préférence en Israël. Alors? Nos pauvres soupirs ont-ils des chances d'atteindre quelques coeurs égarés dans le monde de la realpolitik? Ne sommes-nous que des doux rêveurs?

Des soldats américains ont déja commencé de débarquer dans le port de Constantza, sur la mer Noire, l'ancienne Tomis où fut exilé le poète Ovide voici deux mille ans! Les locaux roumains sont heureux d'accueillir les Américains attendus depuis cinquante ans! Les voilà enfin faisant escale en route vers l'Irak! La Roumanie n'aura pas signé en vain la lettre de soutien aux Etats-Unis à côté des sept autres pays candidats à l' entrée en Europe! Quelle aubaine pour les jolies filles de l'endroit qui pourront gagner des dollars en restant chez elles! Vive Bush! Vive la grande prêtresse de la géopolitique Condoleezza Rice! Vive la guerre!

Sanda Stolojan

26 février 2003