Retour
Sommaire
Section Europolitique
Contact



Messages d'adieux du Président de la République aux Français

Premier message : Sur la souveraineté citoyenne

 

Deuxième message : Une élection présidentielle peut-elle se trouver invalidée par le Conseil Constitutionnel?
Troisième message : Le testament politique du chef de l'Etat .

Dans les messages d'adieux aux Français que le Président de la République inaugure sur ce site et dans mon imagination philosophique , le premier concerne la notion de " souveraineté du peuple ". Puisque la citoyenneté moderne commence d'exercer des responsabilités planétaires, il s'agit d'élargir l'horizon du corps électoral afin qu'il s'initie à ses nouvelles compétences. Cette interrogation se révèle intimement liée à celle de l'immoralité de l'histoire.

Le peuple de 1789 est-il porteur de l'éthique politique du monde de demain ?

1 - Partir n'est pas déserter
2 - Un sceptre maculé de sang
3 - Une France aux yeux dessillés
4 - La politique et la connaissance de l'humanité
5 - Votre apprentissage du monde
6 - Le vocabulaire de la vassalité
7- L'âge mental de l'humanité et la démocratie
8 - Une pantalonnade planétaire
9 - L'âge mental de l'humanité et l'éthique
10 - La France et l'avenir de l'éthique du monde

1 - Partir n'est pas déserter

Mes chers compatriotes,

Comment un pays qui ne défendrait ses idéaux qu'en paroles se rendrait-il crédible sur la scène internationale ? Le rang de la France dépend de votre capacité non seulement de défendre, mais d'incarner votre identité intellectuelle et votre éthique politique. C'est la raison pour laquelle mon premier devoir est d'avertir notre pays des dangers qui menacent son prestige culturel et moral, donc sa place dans le concert des nations ; mais c'est à vous qu'il appartient d'acquérir une connaissance sérieuse de la place que la France civilisatrice occupe dans le monde . Je demande donc en tout premier lieu à votre cœur et à votre raison de recevoir par la voix du Président de votre République la documentation secrète sur l'état moral de la planète à laquelle, jusqu'à présent, la démocratie n'avait pas pris la responsabilité de vous accorder un libre accès. A l'heure de vous faire mes adieux, j'entends vous présenter le bilan de mon mandat, mais également me mettre une dernière fois au service de la France de la raison en vous faisant partager avec le chef de l'Etat la connaissance du monde réel sans laquelle la vassalisation progressive de notre continent sera rendue irréversible .

C'est une heure solennelle , pour la démocratie française, de déclencher la seconde Révolution des temps modernes, celle d'informer le peuple de 1789 de ses responsabilités à l'échelle du globe. En vérité, la vocation de la pensée française est devenue mondiale depuis près de quatre siècles, avec la parution du Discours de la méthode, qui a fondé l'universalité de la raison politique sur les évidences de la pensée logique. Quelle logique de l'action internationale la planète de demain attend-elle de votre citoyenneté? Votre initiation à la connaissance de la nature et des droits de votre souveraineté fondera la raison politique de demain. Je ne m'adresserai pas à des citoyens inspirés par la mission universelle d'incarner la vocation politique de la France dans le monde dans les mêmes termes qu'à des votants dont mes successeurs solliciteront avec un empressement toujours occasionnel l'approbation de la bonne gestion de leurs affaires courantes. Naturellement, mes responsabilités à votre égard s'en trouvent alourdies, parce que l'Europe d'hier ne contraignait pas encore la République à vous préparer dès les bancs de l'école à faire face à de grands périls . Aujourd'hui, les dangers que vous courez relèguent au second plan les soucis , ô combien pressants , que vous rencontrez dans votre vie quotidienne , tellement la défense de vos intérêts supérieurs s'étend désormais à la guerre de votre langue et de votre cerveau pour la sauvegarde d'une civilisation dont le champ de bataille planétaire est devenu celui de l'intelligence scientifique , donc de l'esprit critique.

L'heure a sonné, pour moi, de vous servir plus efficacement en esprit qu'au jour le jour de l'action. Permettez-moi de le faire avec simplicité et à cœur ouvert. Je m'adresserai à vous comme à des confidents .Je crois rendre bien davantage hommage au peuple de 1789 à vous quitter les yeux ouverts sur la France qu'à emporter dans le silence de la tombe les gages les plus précieux de votre avenir.

2 - Un sceptre maculé de sang

Françaises, Français, voici les raisons secrètes pour lesquelles j'ai décidé, il y a près de quatre ans, en 2003, de faire appel au soutien moral et diplomatique des démocraties du monde entier afin de tenter de briser l'ambition non seulement avouée, mais ouvertement proclamée des Etats-Unis de soumettre l'Irak à un carnage sur un champ de bataille convoité, celui du pétrole que ce pays produit en abondance. Le prétexte invoqué par l'agresseur était habituel dans ce genre de guerre, donc connu depuis longtemps de toutes les chancelleries : il s'agissait de faire étinceler les glaives de tout l'éclat des valeurs démocratiques, afin d'imposer au vaincu le poids des chaînes peintes aux couleurs de la liberté, il s'agissait de conduire à coups de canon le pays des Mille et une Nuits à s'affubler d'un gouvernement prosterné aux pieds du souverain d'une fausse justice, il s'agissait de ficeler une nation de trente millions d'habitants aux intérêts des compagnies pétrolières du Nouveau monde , il s'agissait d'engloutir les profits de l'extraction de l'or noir dans le puits sans fond du marché , il s'agissait de maculer de sang les idéaux de l'humanité.

Le scénario était classique, mais nous n'étions nullement convaincus, à l'époque, qu'à brandir pour la première fois le sceptre de notre droit de veto au Conseil de sécurité des Nations Unies - cet organisme international au sein duquel toutes les nations sont chargées de défendre une éthique minimale de la politique mondiale - nous n'étions nullement assurés, dis-je, que l'empereur mondial de l'or noir craindrait suffisamment d'entendre le vent de l'histoire faire claquer la bannière du droit à l'ONU pour nous trouver écoutés de toutes les démocraties censées hisser le drapeau de la liberté. Nous espérions, cependant, n'avoir pas besoin de recourir effectivement à l'arme de dissuasion absolue du veto, qui signifie " je refuse " en latin, bien que les Etats-Unis s'en fussent servis deux cent trente cinq fois , et toujours à seule fin de défendre leurs intérêts nationaux. Mais quelles chances avions-nous de faire triompher le droit et la justice à l'aide des seules armes du droit et de la justice ?

3 - Une France aux yeux dessillés

Certes, jusqu'à Nikita Krouchtchev, en 1956, l'organisation des Nations Unies avait feint d'arborer les couleurs d'une démocratie au service des valeurs universelles de l'humanité ; mais, naturellement, cette institution s'était révélée, en réalité, un instrument docile de la suprématie mondiale des Etats-Unis, d'abord consécutive à la victoire de cette nation sur l'Allemagne de Hitler en 1945, puis liée à la substitution au tyran vaincu d'un tyran plus redoutable encore , parce que plus messianique que le précédent, Joseph Staline. Mais sachez que, depuis la chute de l'empire soviétique, l'indépendance apparente de l'ONU dépend principalement du degré d'asservissement à la Maison Blanche de son Secrétaire général, dont l'évangélisme politique penche tantôt du côté d'un troisième messianisme, celui des Etats-Unis d'Amérique, tantôt du côté d'une Europe résurrectionnelle et qui bénéficie de plus en plus du soutien de la Russie, de la Chine et de l'Amérique du Sud. Et pourtant, nous avons été suivis massivement par les peuples libres sur les cinq continents. Pourquoi cela ? Parce qu'aux yeux du monde entier, la France est aujourd'hui la seule nation qui a lavé son honneur de la honte dont le drapeau de la nouvelle Europe se trouve maculé, celle de se trouver occupée par un puissant réseau de bases militaires de l'étranger, alors qu'aucune menace militaire ne légitime un protectorat vassalisateur.

Mais c'est alors que les Etats-Unis se sont démasqués à la face du monde, puisqu'ils ont décidé de griller le feu rouge du droit international et de déclencher une guerre illégale - donc de rejeter d'un haussement d'épaules l'autorité morale que les Nations Unies avaient conquise en un demi siècle. Quelle leçon devez-vous tirer de la bénédiction qui a ouvert tout grands vos yeux sur les réalités du monde ? Car, depuis lors, vous n'êtes plus des enfants de chœur de l'histoire et de la politique, vous n'êtes plus des apprentis à l'école des idéalités de la démocratie . Je salue votre citoyenneté nouvelle, celle qui est condamnée soit à se ruer dans la naïveté volontaire, soit à entrer dans l'âge adulte de l'humanité .

4 - La politique et la connaissance de l'humanité

Français, Françaises, croyez-en un chef de l'Etat qui a passé par l'école de guerre de Saint-Cyr, un Président qui a mené ses hommes au combat et qui en a perdu au feu, un lieutenant qui a appris l'histoire à l'école de la mort, un homme enfin qui connaît le glaive et le sang: je vous le dis, une nation qui aurait oublié que l'apprentissage de la géopolitique passe par l'initiations au métier des armes regarde l'Amérique réelle avec des yeux crevés. Car ce géant découvre à son tour que l'effondrement politique passe toujours par le naufrage militaire.

Je ne réussirai à mettre votre citoyenneté nouvelle à l'écoute de votre souveraineté véritable que si je vous initie aux secrets de la puissance de feu qui nourrit l'influence diplomatique réelle des Etats . Votre Président n'ignorait pas davantage que le Chancelier Schröder et le Président Poutine que les Etats-Unis iraient jusqu'à fouler aux pieds l'éthique pseudo démocratique de la civilisation mondiale et qu'ils déclareraient sans sourciller une guerre qui violerait les fondements mêmes du droit international ; mais votre Président n'ignorait pas non plus que le naufrage moral de la plus grande démocratie du monde servirait de révélateur à une science historique et à une politologie anesthésiées depuis un demi siècle par les vapeurs d'une mythologie des idéalités.

5 - Votre apprentissage du monde

Quelle sera donc la première leçon que vous devrez retenir de ces événements ? Voici : que tout César préfère défier l'évangélisme politique des peuples démocratiques du monde entier, et cela par le recours à la torture au besoin, plutôt que de croiser le fer avec le veto de l'un des cinq membres du Conseil de Sécurité. La vraie voix de votre souveraineté n'est donc pas celle d'une France séraphique et qui parlerait au monde dans l'odeur d'encens des idéaux de l'humanité.

Quelle sera la seconde leçon que nos historiens aux yeux dessillés tireront du naufrage des démocraties utopiques sur la scène du monde? Voici : l'Europe véritable ne naîtra que de l'alliance d'une France en armes avec les membres du Conseil de Sécurité dont le droit de veto est demeuré effectif pour le seul motif que leur territoire n'est pas davantage occupé par des garnisons étrangères que le nôtre. Ils ne sont que deux, la Russie et la Chine . Quelle sera la troisième leçon qui fera de vous des citoyens armés d'un vrai savoir politique? Voici : que le seul des cinq membres du Conseil de Sécurité qui n'a pas su libérer son sol des forces armées de l'étranger, à savoir une Angleterre orpheline de Churchill, est également le seul à se trouver réduit au rang d'un acolyte ectoplasmique de l'Amérique. Quelle est la quatrième leçon qu'il vous faudra retenir ? Voici : que les bases des Etats-Unis à l'étranger sont devenues l'instrument d'asservissement dont ils disposent à l'échelle mondiale depuis qu'ils sont parvenus à en faire reconnaître le statut légal au cœur des constitutions dites démocratiques des membres de l'Union européenne, parce que la décision du Général de Gaulle de redonner à la France sa souveraineté sur son propre territoire a si bien terrifié la diplomatie du Nouveau Monde que son département des affaires étrangères, qu'on appelle le Département d'Etat, s'est appliqué, depuis 1966, à faire signer aux gouvernements vassalisés de toutes les autres nations de la vieille Europe des traités d'assujettissement perpétuels à la tutelle militaire du vainqueur de 1945. C'est pourquoi la chute du mur de Berlin lui-même, survenu il y a dix sept ans, n'a modifié en rien l'asservissement politique et diplomatique désormais institutionnalisé de notre continent - sujétion qui se trouvait également pérennisée en toutes lettres et à titre statutaire dans le projet d'une Constitution européenne gangrenée par l'Angleterre et que vous avez rejetée le 29 mai 2006.

6 - Le vocabulaire de la vassalité

Peut-être ai-je eu tort, à l'époque , de croire que ces garrots seraient aisés à desserrer ; peut-être ai-je sous-estimé la capacité et la volonté de Londres et de Washington de rassembler une seconde fois une partie de l'Europe sous leur houlette après l'humiliation des armes de huit transfuges en Irak . J'ai mieux compris , depuis lors, que l'habileté politique principale d'un peuple dominant est de faire admettre aux peuples dont il contrôle la politique étrangère le principe selon lequel la distinction entre les partisans de leur propre vassalisation et les patriotes se laisse banaliser par un lavage de cerveau conforme aux usages mêmes des démocraties.

C'est sur ce modèle que la presse collaborationniste a écrit que la politique d'un M. Prodi contraint d'emboîter le pas à son prédécesseur sur les chemins de la servitude aurait seulement "ravivé dans l'opinion italienne le clivage traditionnel entre pro et anti américains" ; c'est également sur ce modèle que M. Berlusconi a pu accuser le gouvernement son successeur de mener une politique "anti américaine et anti occidentale" ? Autrement dit, il ira de soi que la défense authentique et vertueuse de la civilisation mondiale exigera le sacrifice de la souveraineté des peuples sur l'autel de leur assujettissement à un empereur planétaire de la liberté . La notion de trahison s'évapore dans l'atmosphère ; elle n'est plus qu'une affaire d'opinion. Le Japon et l'Allemagne se croient des démocraties. Mais toute la presse d'outre-Rhin s'est élevée contre M. Schröder à la suite de son refus sacrilège de suivre les Etats-Unis en Irak et cet homme d'Etat n'a pas pu empêcher les bases militaires américaines installées sur le sol allemand d'assurer l'acheminement des troupes du Nouveau Monde vers le champ de bataille du Moyen Orient . C'est sur ce modèle de la vassalisation moderne que l'Allemagne de Hitler n'a pas eu besoin d'envahir la Suisse : Berne avait autorisé le passage des armes de la Wehrmacht vers l'Italie et l'Afrique par le tunnel du Gothard .

7- L'âge mental de l'humanité et la démocratie

Sachez donc qu'en 2003, votre Ministre des Affaires étrangères et moi-même ne pouvions proclamer crûment la vérité à la face du monde entier : à savoir que l'Irak ne disposait évidemment en rien des armes de destruction dites massives et censées sur le point d'anéantir l'univers d'un instant à l'autre. Nous savions également que les Etats-Unis s'en trouvaient plus convaincus, si possible, que nous-mêmes, et qu'ils ne comptaient que sur la complicité à toute épreuve ou sur la complaisance négociée ou non de leurs vassaux dans le monde entier pour crédibiliser la menace du fantastique nucléaire dont les théologiens des fourrages de la folie politique tentaient alors d'alimenter le cerveau simiohumain .

Telle est la servitude intellectuelle à laquelle les chefs d'Etat les plus réfléchis sont condamnés à payer à leur tour le tribut le plus lourd. Ce n'est pas en raison de leur contamination qu'ils se trouvent contraints d'arborer la faiblesse cérébrale infamante des nations de leur temps ; car il leur faut biaiser afin de se faire une alliée et même une arme de combat de la parcelle de la vérité toute nue qu'ils peuvent jeter à la figure de l'adversaire. A leur manière, les chefs d'Etat partagent votre condition de citoyens livrés à la jungle sociale et pourtant capables de se défendre avec habileté, mais toujours à condition de respecter les limites imposées à l'expression de la vérité par les lois , les usages et les coutumes de leur époque . Votre Président tente donc d'user des armes de votre intelligence véritable face aux puissants ; mais il se voit contraint, comme vous, de recourir bien souvent aux ruses les plus plates de la raison quotidienne et quelquefois de paraître le complice et l'otage de la sottise du monde même la plus titanesque, pour peu que l'opinion publique en soit dupe. Car aucun Etat de sens rassis n'a dénoncé Staline ou Hitler en temps de paix . Si un fou s'emparait du monde , croyez bien que les chancelleries n'en diraient mot. Pourquoi cela, sinon parce que l'arme du rire qui tue n'appartient qu'au génie des Rabelais, des Swift, des Molière. Si la diplomatie des Tartuffe de la démocratie disposait de la plume de l'auteur d'Alice au pays des Merveilles ou des Contes d'Andersen pour attribuer la palme d'or du ridicule aux idiots de village qui se portent quelquefois à la tête des plus grands Etats, vous n'auriez pas à entendre de la bouche du jury d'un festival ou d'un prix Nobel de littérature les paroles qui vous rappellent que le génie n'exprime jamais qu'un bon sens terrifiant.

8 - Une pantalonnade planétaire

La France de Descartes et du Bourgeois gentilhomme a donc dû feindre de chercher avec ardeur les armes d'une pulvérisation imminente du globe terrestre dont tout le monde savait qu'elles n'existaient pas davantage que les empires infernaux. Mais comment les Etats-Unis auraient-ils accordé aux inspecteurs des Nations-Unies le temps de paraître chercher très sérieusement des bombes effrontément imaginaires, puisqu'au fur et à mesure que passaient les jours et les semaines, le prétexte diplomatique pour déclencher une guerre de l'imagination contre une nation en chair et en os perdait les épices dont toute mythologie politique a besoin pour assurer sa salaison: en l'espèce, il fallait forger la croyance du monde entier en une menace d'apocalypse que seules des mesures de sauvetage d'extrême urgence avait des chances de conjurer. Comment les Etats-Unis allaient-ils frapper le fer d'un affolement planétaire aussi dément que les terreurs de l'an mil, quand la fin des temps était censée s'annoncer par mille signes et présages sur l'enclume de la foi ? En 2003, il était devenu un peu plus difficile qu'au Moyen-Age de peupler le monde entier de courtisans d'un roi de Danemark nu comme un ver, mais dont la cour s'extasiait sur la beauté de ses parures .

Pour réussir la mise en scène d'une tragédie mondiale de l'absurde, il fallait mettre la main sur un Mounet Sully de la politique. Les Etats-Unis l'ont trouvé en la personne d'un avocat d'affaires devenu Premier Ministre de Grande Bretagne, un certain Antony Blair. Depuis les Grecs, la démocratie a su faire de l'alliance de la science politique avec l'éloquence la pierre philosophale de la conduite des nations; mais c'était la première fois que la planète avait besoin d'un acteur de l'apocalypse, c'était la première fois que le globe terrestre se changeait en un prétoire de la folie, c'était la première fois qu'un orateur chevronné prévenait l'univers qu'un tyran allait pulvériser notre astéroïde et l'expédier dans les galaxies en moins de quarante-cinq minutes ; c'était la première fois que le ministre des affaires étrangères de la plus grandes puissance du monde lui faisait chorus à agiter une fiole mystérieuse remplie d'une poudre blanche devant l'humanité médusée . Vous savez que ce gesticulateur suprême avoue aujourd'hui qu'il s'est couvert de honte aux yeux des siècles à venir. Mais sachez que la planète entière de la science a cru un instant que l'heure du jugement dernier avait sonné.

9 - L'âge mental de l'humanité et l'éthique

Vous qui êtes les fils de Descartes et de Voltaire, que devez-vous retenir de la démonstration qui vous a été apportée pour la première fois de ce que l'histoire du monde est une gigantesque pièce de théâtre ? Admettrez-vous que les pilotes actuels du cerveau de notre espèce vous tiennent pour de petits enfants, admettrez-vous que la classe politique mondiale d'aujourd'hui vous accorde entre cinq et sept ans, admettrez-vous que la souveraineté du suffrage universel pose à l'anthropologie moderne la question de la pesée de la boîte osseuse de l'humanité actuelle, admettrez-vous que, cent cinquante ans après Darwin la question du cubage de notre encéphale se situe au cœur de la politique internationale, admettrez-vous que la mission nouvelle de la nation de la raison dans le monde sera de rendre adulte l'encéphale des démocraties ?

Il s'agit maintenant de préciser le contenu mental de votre souveraineté citoyenne. Certes, les événements que je vous ai racontés vous ont initiés à quelques secrets tactiques de l'art de gouverner. Mais le véritable message du "Connais-toi", celui dont vous êtes les héritiers et les continuateurs sur le champ de bataille de la pensée, fait de la France de demain la fécondatrice d'une éthique mondiale de la politique et de l'histoire.

Ce que mon devoir est de vous dire maintenant sera difficile à entendre. Mais comment n'aurais-je pas confiance en votre écoute ? Comment vos oreilles ne seraient-elles pas grandes ouvertes , puisque je vais vous parler de votre dignité ?

Aguerrissez donc votre courage et armez-vous de toutes les ressources de votre intelligence de la France, parce que le carnage dont l'Irak se trouve le théâtre et dont je vous ai relaté le déroulement encore en cours ne vous a pas seulement enseigné que la loi du glaive et du sang demeure le moteur des Etats messianisés par les idéaux de la démocratie : cette longue bataille vous a également permis de peser le cerveau actuel de la démocratie mondiale et de constater que, dans l'état actuel de son évolution, cet organe demeure l'otage des terreurs les plus irraisonnées dont sa folie l'alimente depuis des millénaires. Mais l'immoralité de l'histoire universelle ne se nourrit-elle pas précisément de la faiblesse d'esprit dont témoigne encore l'identité cérébrale des peuples ? Dans ce cas, souvenez-vous de ce que notre nation est la seule qu'une révolution de la raison a portée sur les fonts baptismaux de la connaissance scientifique du monde et de soi-même , et que cette révolution-là, vous l'avez mise en marche il y a près de trois siècles en Europe .

C'est donc que vous avez pour mission d'observer les relations que la barbarie entretient avec la sottise au cœur de la politique et de l'histoire, c'est donc que votre vocation naturelle vous appelle à peser l'éthique du monde sur les balances de votre intelligence . Mais si la terreur naît toujours de la folie, et si vous avez pu assister au spectacle que les plus grandes nations de la terre vous ont présentées de leur épouvante devant une fiole qu'un sorcier brandissait sous leurs yeux , si vous avez vu la Chambre des communes de la vénérable Angleterre frémir d'horreur et d'effroi à l'écoute des prophéties d'un Cicéron de village, si vous vous pincez et si vous n'en croyez pas vos yeux et vos oreilles de vous trouver au balcon d'une tragi-comédie planétaire , votre tâche n'est-elle pas de vous demander à quelle sauvagerie la démocratie des belles âme court à bride abattue sous l'auréole de ses idéalités.

10 - La France et l'avenir de l'éthique du monde

Vous vous trouvez donc à la croisée des chemins où la démocratie mondiale a le choix de féconder l'histoire à l'école de votre souveraineté ou de tomber dans la barbarie à laquelle la logique interne des idéalités saisies par la terreur peut conduire la planète. Mais écoutez bien ceci : en octobre dernier , le président palestinien Mahmoud Abbas, le Laval de Gaza, a déclaré : " Aujourd'hui le pain est plus important que la démocratie. " Que pensez-vous d' un chef de gouvernement qui déclare à son peuple que la vraie loi de l'histoire exige du vaincu qu'il se soumette à la loi de fer d'un vainqueur qui le privera de son pain pour obtenir son obéissance ? Peuple de 1789, l'humanité ne serait qu'une chienne si son souci de manger sa pâtée l'emportait sur sa dignité.

Françaises, Français, voyez comme votre souveraineté est d'actualité. Elle vous rappelle le châtiment qui attend les chiots de la famine . Si le peuple palestinien a cru voter pour la liberté, lui enseignerez-vous que la chaîne qui l'attachera à sa niche sera celle de la faim ? Lui enseignerez-vous qu'on attache les peuples à leur estomac comme on attache les chiens à leur laisse ? Vos belles idéalités diront-elles au monde : " Mangez, parce que votre honte serait de préférer souffrir de la famine que de troubler votre digestion, votre honte serait de voir votre carcasse courir le ventre creux , votre honte serait de voir trembler et cliqueter votre squelette, parce que votre panse pleine passe avant la démocratie.

Françaises, Français, le peuple de 1789 a rendez-vous avec l'éthique de l'histoire , le peuple de France conserve le pouvoir de crier à toutes les nations de la terre que la liberté passe avant le pain. Je ferai de votre royauté citoyenne mon pain de chaque jour ; et je vous dis ma fierté d'avoir partagé votre souveraineté. A l'heure où les classes dirigeantes du monde entier vont assister les bras croisés à l'agonie d'un peuple coupable d'avoir préféré la liberté à la honte, vous êtes la nation de l'éthique qui, de génération en génération, a vocation de faire tomber les chaînes de la tyrannie. Un destin nouveau vous attend, celui qui, au plus profond de votre histoire, vous enseigne qu'on ne mâte pas les hommes à remplir des bedaines avec le pain de leur servitude . L'avenir de l'éthique du monde est entre vos mains.

le 26 janvier 2007