Retour
Sommaire
Section Europolitique
Contact

Discours imaginaire de Mme Angela Merkel devant le Bundestag
sur la future souveraineté de la nation allemande

 

Les lecteurs de ce site connaissent un exercice politique quelque peu inédit , celui de mettre dans la bouche des hommes d'Etat en activité un discours porté par un regard souverain sur l'avenir, une connaissance interne de la logique de l'histoire et une éthique de l'action qui donneraient un autre cours au destin de la planète . Pour armer d'éloquence et de profondeur les grands acteurs du monde, j'ai tenté de remédier à mon infirmité par un pillage de Shakespeare, de Confucius, de Swift, de Tacite, de Machiavel, de Thucydide, de Cervantès et tutti quanti. Ce sont eux qui ont fait prononcer le 1er mai 2002, à GW Bush un discours au peuple américain qui aurait illustré le réalisme des grands visionnaires. (La guerre picrocholine)

Le 19 août 2004. j'ai mis dans la bouche de Jacques Chirac un discours sur la nécessité d'initier les masses modernes aux enjeux de la politique internationale qui, s'il avait franchi la barrière de ses lèvres, aurait évité l'échec du 29 mai 2005 (Discours aux Européens du Président de la République française, M. Jacques Chirac L'accouchement d'une conscience politique européenne)

Le même jour, 19 août 2004 j'ai donné la parole à un Gerhardt Schröder dont le génie aurait redonné à la nation allemande la fierté et l'ambition d'une vraie souveraineté. (Discours aux Européens de M. le Chancelier d'Allemagne, M. Gerhardt Schröder, L'accouchement d'une conscience politique européenne)

Je donne aujourd'hui la parole à Angela Merkel, dont la sagesse, la fermeté et la franchise galvaniseraient le peuple allemand si elle demandait aux Etats-Unis d'abandonner ses quarante huit forteresses inutiles sur le sol de la patrie de Siegfried, ce qui provoquerait un effondrement instantané de toutes les garnisons américaines dans le monde . Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages .

J'ai imaginé le grain de folie d'une Angela Merkel que sa stature naturelle élèverait au rang du grand homme d'Etat qu'attend notre continent.

1 - L'Allemagne et la souveraineté
2 - L'Allemagne et le temps
3 - La naissance de l'Allemagne
4 - La démocratie et le secret diplomatique
5 - L'Allemagne, prophète de l'après marxisme
6 - Où se cache la souveraineté allemande ?
7 - Les mauvais génies de l'Allemagne
8 - Qu'est-ce que la myopie en politique ?
9 - Qu'est-ce que la vassalité ?
10 - La solitude et l'angoisse de la liberté
11 - L'histoire nous regarde

Mesdames et Messieurs les députés,

C'est pénétrée d'une conscience pleine et entière de la responsabilité de mon gouvernement devant vous et devant une nation allemande désormais réunie non seulement en un seul Etat, mais par une coalition, unique dans notre histoire, des deux principaux partis de notre pays, que j'appelle les citoyens de notre démocratie à s'ouvrir aux grands espoirs et à connaître les vrais les dangers du combat qui nous attend, celui de remettre notre patrie sur le chemin de son âme et de son génie. Mon gouvernement sait que son premier devoir sera de se montrer fidèle au destin de l'Allemagne que chaque génération a vocation d'enfanter dans les deux royaumes entre lesquels l'histoire se partage, l'apostolat d'une action publique féconde et celui des combats cachés de l'intelligence politique. C'est sur ce socle que je vous demande de bâtir l'avenir de notre nation .

Il appartient en tout premier lieu au Bundestag d'inspirer l'humble servante qui s'adresse à notre nation à travers vous. Aidez-moi à tourner nos regards vers le peuple allemand tout entier C'est à lui et à lui seul qu'il appartient de nous ouvrir la route. Puissions-nous entendre sa voix monter des profondeurs de notre histoire; puissions-nous devenir les gardiens, les annonciateurs et les précurseurs de l'Allemagne de demain. Mon gouvernement se montrera à l'écoute du chœur des élus du peuple allemand; mon gouvernement n'oubliera jamais que nous devons orchestrer en commun une seule et même partition sur la scène internationale. Ce sera désormais à l'échelle du monde que notre nation se voudra la pionnière de la raison politique de l'Europe. Sachons nous rendre dignes d'une patrie qui a fait de la pensée l'arbitre du dialogue de l'humanité avec ses ciels.

C'est dans cet esprit que j'entends vous informer des relations que notre patrie entretient avec la liberté politique d'aujourd'hui, c'est dans cet esprit que je vous convie à vous placer au cœur des difficultés que la démocratie allemande rencontre actuellement sur le théâtre de l'histoire.

1 - L'Allemagne et la souveraineté

Puisque votre enceinte est celle où les savoirs et les volontés conjoints du peuple et du Parlement se confondent , apprenons à battre ensemble les cartes du premier siècle d'un nouveau millénaire, et, pour cela, livrons-nous sans tarder à une réflexion de fond sur la notion de souveraineté. Je m'y suis initiée à l'école de ma formation première de physicienne ; car c'est elle qui m'a fait connaître les relations orageuses que les tyrannies entretiennent avec la pensée scientifique.

Alors que tout au long de nos siècles théologiques, nous avons cru que nous étions tombés dans le temporel, la physique de l'inconnu m'a appris que le temps est la forme mystérieuse de l'univers qui permet au genre humain de conjuguer le verbe être. Mais puisqu'il faut déjà exister pour choir dans le temps, comment aurions-nous précédé notre chute dans la durée ? Puisque le verbe être n'existait pas avant l'apparition du temps, seul le temps est le véritable créateur du monde.

Rassurez-vous, non seulement je n'ai pas quitté la politique, mais je vous y ai fait entrer ; car si la tyrannie interdit de penser en profondeur le rapport du temps à la politique , c'est parce que la liberté des peuples et des nations s'appelle la souveraineté et parce que les patries n'existent pas avant que leur souveraineté les ait enfantées. C'est pourquoi nous devons nous demander si notre pays est tombé dans la geôle des heures ou s'il est entré dans le royaume d'une durée respirante, si notre patrie est une patrie de la lumière, si notre peuple est un peuple éclairé par un ciel. Quelle est la source d'une souveraineté vivante?

2 - L'Allemagne et le temps

Peut-être la parturition des Etats par l'histoire ne répond-elle pas au modèle de la Genèse, selon laquelle un Dieu aurait dit : " Que le temps soit ", et aussitôt un temps respectueux des ordres de son démiurge se serait soumis à son sceptre. Car il se peut que l'enfantement des patries dans le temps créateur soit progressive , il se peut qu'il existe des embryons de peuples et de nations. Dans le cas où les heures de l'histoire nous joueraient des tours, nous devons nous interroger sur la hâte ou la paresse de l'Allemagne à entrer dans le temps de la politique. Alors seulement nous saurons si nous avons été accouchés instantanément par notre souveraineté ou s'il nous faut attendre longtemps encore le jour de notre véritable naissance.

Regardons donc notre patrie droit dans les yeux : puisqu'un territoire, un peuple, un Etat privés de la souveraineté ne sont pas encore inscrits au registre d'Etat civil des nations , nous devons déposer notre jeune démocratie sur un plateau de la balance de notre destin et notre servitude diplomatique sur l'autre, afin que l'aiguille de notre existence dans le monde réel s'arrête sur le cadran à l'endroit exact où le poids du peuple allemand sur cette planète décidera de notre sort. Je serai le premier chef d'un gouvernement démocratique de notre pays à vous poser la question de l'autorité politique de l'Allemagne dans le monde, la première dirigeante de ce pays à poser cette question à la nation allemande tout entière, la première navigatrice à observer le sillage de l'Allemagne sur l'océan de la durée, parce que je sais que la souveraineté n'est pas davantage un blason surajouté au corps des peuples que le temps ne se greffe après coup sur la création divine: la souveraineté des Etats est immanente à leur existence et sa vocation politique innée lui commande d'accoucher des acteurs de l'histoire qu'on appelle des citoyens.

3 - La naissance de l'Allemagne

Sachez donc et enseignez au peuple allemand qu'en cette année 2005, l'Allemagne d'après la guerre de 1940 à 1945 n'est pas encore pleinement apparue à la lumière du jour. Certes, elle a commencé de venir au monde quand le Chancelier Konrad Adenaeur l'a contrainte à quitter l'état fœtal dans lequel elle avait été plongée. Alors seulement sa mère porteuse, la démocratie américaine, a quelque peu perdu le pouvoir de la rappeler à l'ordre à tout moment. Dans son rôle de sage-femme, la France a contraint Washington a feindre de prendre acte des premiers pas de notre souveraineté. Mais nous avons continué longtemps encore à rentrer dans le rang d'un signe de la main. Notre Parlement n'était-il encore qu'un pantin sur un théâtre de marionnettes ou bien avait-il déjà pris pleinement conscience de ce qu'il se trouvait entièrement entre les mains de la puissance occupante ? Nous consulterons seulement plus tard nos obstétriciens sur le point de savoir si, en ce temps-là, nous étions encore en bas âge et trop inexpérimentés pour examiner cette question. Pour l'instant, mon propos n'est en rien de vous entraîner dans une polémique inutile, parce que prématurée, mais d'examiner à vos côtés et sous les yeux de tout le peuple allemand la question la plus décisive, celle de savoir si un peuple dont le territoire se trouve entièrement quadrillé par un puissant réseau de garnisons étrangères, et cela soixante ans après sa défaite sur le champ de bataille, si un tel peuple , dis-je , dispose des instruments d'une souveraineté réelle ou si celle-ci demeure toute nominale.

L'heure de sommer le vocabulaire actuel de notre politique de répondre à cette question a sonné aux oreilles du peuple allemand. C'est les yeux braqués sur nous qu'il nous demande. " Pourquoi ne parlons-nous jamais de notre souveraineté? Quel est le bâillon qui nous empêche d'en débattre ? Pourquoi toute notre classe politique garde-t-elle un silence apeuré sur le réseau serré des bases militaires américaines implantées sur notre sol ? Si notre existence devait demeurer seulement verbifique sur la scène internationale, qu'est-ce qu'une scolastique de la souveraineté au service d'un spectre d'Etat ? Existe-t-il des peuples fantomatiques , existe-t-il des démocraties ectoplasmiques?"

4 - La démocratie et le secret diplomatique

Mais si nous entendons ouvrir les yeux du peuple allemand sur la question de la nature des Etats réels, il faut nous demander au préalable quelles sont les relations que toutes les démocraties du monde entretiennent avec l'information de leurs citoyens sur le terrain décisif du rang diplomatique de leurs nations respectives. Les peuples libres sont-ils demeurés aussi incapables que sous la monarchie de comprendre les enjeux de la politique étrangère de leur pays? Est-ce pour ce motif qu'on ne leur en parle jamais? La tradition du secret diplomatique est admise depuis des siècles et dans le monde entier. Pensez-vous qu'il appartient au peuple allemand d'ouvrir la voie à une véritable éducation politique des citoyens dans les démocraties modernes? Pensez-vous que le rétrécissement de la planète et l'ubiquité de l'image télévisuelle contraindront nécessairement des pédagogues du suffrage universel à initier non seulement les classes dirigeantes moyennes , mais toute la nation aux arcanes des relations réelles entre les Etats?

C'est tous les jours que j'ai souffert de l'inexpérience et de l'ignorance du peuple en Allemagne de l'Est ; c'est tous les jours que je souffre aujourd'hui de ce que la chute du mur de Berlin n'a ouvert en rien les yeux de mes concitoyens sur la nature des empires et sur les lois qui régissent leur expansion, puisqu'un autre empire a réussi instantanément et sans coup férir à prendre la relève de celui qui s'est effondré sous nos yeux il y a quinze ans déjà. Certes, il est sans doute plus aisé aux tyrannies qu'aux démocraties de maintenir les foules dans l'ignorance de la vérité politique, celle qui traite essentiellement du rang, de l'autorité et de l'action des grandes nations sur la scène internationale - donc ce que signifie pour elles le verbe être - parce que, sous tous les despotes, la parole officielle tient lieu d'agence de renseignements des masses.

Mais puisque la planète sert à nouveau de théâtre aux tensions politiques et religieuses d'autrefois sur les cinq continents, puisque les grandes démocraties se métamorphosent sous nos yeux en empires messianiques qu'entoure le halo de leurs satellites, puisque l'esprit de croisade est redevenu la clé de l'expansion fanatique de gigantesques acteurs de leur ciel, une Allemagne encore novice aussi bien dans le maniement de l'arme de la liberté démocratique que dans l'usage de ses masques n'est-elle pas appelée par toute sa culture du tragique à inaugurer une civilisation informée de ce que la politique ressortit désormais à la science anthropologique et de ce que le peuple doit apprendre les rudiments de la connaissance scientifique du fonctionnement de l'encéphale de l'humanité ?

5 - L'Allemagne, prophète de l'après marxisme

J'ai appris très tôt à sonder le béton des murs de Jéricho. Croyez-moi, si la sortie du messianisme marxiste s'est révélée difficile, l'entrée du capitalisme dans l'après-marxisme sera l'épreuve la plus périlleuse que le monde entier devra affronter. Qui peut croire que le capitalisme prendra le relais du communisme comme si le monde n'avait pas changé d'un iota depuis Karl Marx ? Si le socialisme ne se réconciliait pas avec le patriotisme et le patriotisme avec le socialisme , la planète entière deviendra une gigantesque poudrière, parce que l'industrie moderne n'est viable que d'écouler sa production dans les masses . Mais croyez-vous que des masses privées d'attaches avec les nations ne deviendront pas des bateaux ivres ? Croyez-vous que le rêve et la folie ne les ballotteront pas de ci , de là sur l'océan de l'Histoire ? Comment l'après-marxisme ne sonnerait-il pas l'heure où les peuples devront se trouver relativement informés de la vie politique de la planète ?

Nelson Leirner , Museu de Arte contemporânea (MAC), Niteroi (Etat de Rio de Janeiro, Brésil) Nom de l'exposition : "Why Museum?"

Le communisme de l'Est m'a également appris que l'Allemagne de demain est appelée à faire tomber les murailles qui se dressent au sein des empires de l'argent. Que valent les banderoles que brandissent des messies de la liberté, de la justice et du droit si l'encens des idéalités de la démocratie a seulement remplacé celui des Eglises et si des concepts évangéliques ont pris le relais des servitudes de l'autel ? C'est les yeux fixés sur le peuple allemand de demain que je joue les Cassandre à vos côtés , afin que nous avertissions ensemble notre peuple des dangers que présentent les empires revêtus des chasubles dorées des démocraties militaires. Je vous appelle à ouvrir les yeux sur le véritable statut de notre souveraineté, parce qu'il nous faudra enseigner à la nation à devenir notre tribunal et parce que ses verdicts devront juger sévèrement le rang actuel de l'Allemagne dans une Europe démilitarisée et livrée à un souverain armé jusqu'aux dents.

Ne soyons pas seulement les représentants de nos électeurs, mais aussi leurs prêtres, leurs éducateurs et leurs serviteurs. Disons-leur que la démocratie est un temple dans lequel il faut entrer revêtu de lin blanc , disons-leur que l'autel de la liberté se dresse dans la nef d'une église de la vraie justice, disons-leur que l'Allemagne lavée des souillures de deux tyrannies , celle de Hitler et celle de Staline, ne doit pas tomber sous le joug des grands évangélistes dont la dictature porte les mêmes armes du salut par la torture que les despotes que nous avons vaincus ; disons-leur que la démocratie s'apprend à l'école de l'expérience et que le monde entier est encore en apprentissage de la science politique. Alors seulement les citoyens de ce pays se voudront des vigies et des stratèges de leur souveraineté ; alors seulement nous connaîtrons les périls que font courir à notre liberté les forces d'occupation américaines dont notre territoire demeure truffé. Etes-vous informés de leurs effectifs exacts, de leur armement avoué ou caché, des arcanes de leur commandement ?

Mariali : La politique étrangère des Etats-Unis

Si le peuple allemand continuait d'ignorer tout cela , il découvrirait bientôt qu'une démocratie fondée sur l'ignorance n'est qu'une autre tyrannie . La plus grande chance politique pour l'Allemagne d'aujourd'hui, c'est précisément que mon gouvernement sert de socle commun aux socialistes et aux chrétiens enfin réunis pour mener le vrai combat de la nation, celui que nous livrons pour la grandeur et la puissance de notre démocratie. Loin de nous diviser et de nous affaiblir, ce sont des pouvoirs gouvernementaux régulés par un suffrage universel sagement équilibré qui assurent l'unité du pays et qui lui redonneront sa haute vocation internationale.

6 - Où se cache la souveraineté allemande ?

Voici la liste des garnisons américaines implantées sur notre territoire depuis le milieu du siècle dernier: Ansbach, Bad Aibling ,Bad Kreuznach , Bamberg , Baumholder , Darmstadt, Freiberg, Garmisch, Geilenkirchen (Geilenkirchen Air Base) Giebelstadt, Grafenwoehr, Hanau, Heidelberg, Hohenfels, Illesheim, Kaiserlautern, Kitzingen, Mannheim, Rammstein (Ramstein Air Base), Rhein-Main (Rhein-Main Air Base) , Schweinfurt, Spangdahlem (Spangdahlem Air Base), Stuttgart, Vilseck, Wiesbaden/Mainz, Wuerzburg .

Nelson Leirner , Museu de Arte contemporânea (MAC), Niteroi (Etat de Rio de Janeiro, Brésil) Nom de l'exposition : "Why Museum?"

Je vous rends attentifs à l'évidence que si l'Allemagne se réveillait, ce serait l'Europe tout entière qui se trouverait réveillée en sursaut. Car le peuple espagnol découvrirait subitement que la nation des conquistadors est jugulée par La Jota (Rota Naval Station), Moron, Saragosse , le peuple grec par Souda Bay en Crète ( Naval Support Activity Souda Bay), l'Italie saurait soudainement qu'Aviano (Aviano Air Base) , Gaeta (Naval Support Activity Gaeta Italy) , La Maddalena (Sardaigne) (La Maddalena Naval Support Activity) , Livorno (Camp Darby) , Naples (Naples Naval Support Activity) (Naval Hospital Naples), Sigonella (Sicile), Pise , Vérone , Vicenza sont tombés aux mains de l'empire américain.

La souveraineté allemande est la poudrière de la planète. Si ce lion pacifique s'évadait de sa cage, le sort du monde en serait changé. Comment l'empire américain résisterait-il à une explosion thermonucléaire auprès de laquelle la bombe des physiciens fait figure de jouet ? Car l'apocalypse atomique ressortit à l'imaginaire parareligieux des démocraties . Elle est inutilisable par définition, mais de nature à faire respecter par les géants qui l'entourent tout Etat moyen qui s'en trouvera pourvu. La souveraineté de l'Allemagne réside dans la capacité de réflexion que lui donne le fait qu'elle ne dispose pas de l'arme fantomatique de l'excommunication majeure du Moyen-Age, que l'atome a rendue plus illusoire encore d'être suicidaire. Croyez-moi, c'est la physicienne qui vous le dit : la bombe théologale, c'est la bombe atomique, la bombe réelle, c'est la souveraineté allemande, parce que la mèche de cette bombe-là s'appelle la démocratie mondiale. Voulez-vous que nous en essayions le détonateur ?

Voici : sachez que le monde entier se trouve enserré par les bases américaines. En Corée du Sud, vous avez Séoul (Camp Humphreys) (Camp Eagle) (Camp Long) (Osan Air Base) , Chinhae (COMFLEACTS Chinhae), Dongduchon (Camp Casey) ,Kunsan (Kunsan Air Base), Pusan (Camp Hialeah) , Taegu City (Camp Henry) ,Yong-San (Yongsan). A Cuba vous avez la trop célèbre base de Guantanamo. Au Japon, Atsugi (Atsugi Naval Air Facility) , Camp Zama , Iwakuni (MCAS Iwakuni) , Kadena (Kadena Air Base) , Misawa (Misawa Naval Air Facility) (Misawa Air Base), Okinawa (Naval Hospital Okinawa) (Camp S.D. Butler) (Torii Station), Sasebo (Sasebo Fleet Activities), Yokosuka (Yokosuka Fleet Activities), Yokota (Yokota Air Base). Et puis, il y a Diego Garcia, Guam, Porto Rico, Hawai.

Mais revenons au cœur de la poudrière politique qui s'appelle l'Allemagne . C'est sur notre territoire, à Ramstein, que se trouve la plus grande base aérienne et atomique de l'empire américain sur tout le globe terrestre, ce qui lui a valu de nombreuses visites de propagande de tous les présidents des Etats-Unis en exercice. Croyez-vous vraiment que si nous ordonnons à Washington de l'évacuer , l'Espagne, l'Italie et même la Hollande demeureraient longtemps les fidèles gardiennes d'une occupation américaine désarticulée et réduite aux séquelles de l'empire ? Les vassaux ne restent pas longtemps l'arme au pied d'un maître en déroute.

Que dirait l'Italie si une Allemagne redevenue souveraine sur son sol lui rappelait jour et nuit qu'elle n'est qu'un gigantesque porte-avions de l'Amérique ancré au centre de la Méditerranée ? Le peuple italien sait-il que les forces américaines les plus importantes dans la péninsule se trouvent dans le Nord-Est, dans le Frioul et en Vénétie, qu'à quelques kilomètres au nord de Pordenone dans le Frioul , la gigantesque base aérienne et atomique d'Aviano contient le dépôt d'armes nucléaires le plus important d'Europe ? Sait-il qu'il ne s'agit en rien d'une survivance de la guerre froide? Aviano est en plein agrandissement depuis cinq ans. La servitude est le fruit de l'habitude : les retrouvailles de l'Allemagne avec sa souveraineté rappelleraient brutalement aux descendants des Romains que le commandement naval américain de toute la Méditerranée est installé à Naples depuis soixante ans et qu'il est relié à des forteresses annexes - Gaeta , la Maddalena et Sigonella - auxquelles il faut ajouter les bases terrestres, aériennes et navales des Pouilles, de Taranto et de Gioia del Colle.

Voulez-vous que nous démontions le détonateur plus avant ? Savez-vous que quatre cent quatre-vingts bombes nucléaires américaines se trouvent stockées dans six pays de l'Union ? Savez-vous que le nombre de ces armes de destruction massive peut être porté en deux heures à huit cent soixante, parce qu'elles se trouvent réparties sur treize plateformes stratégiques considérables et équipées pour assurer leur stockage ? Car elles disposent de chambres fortes qu'on appelle WS3 (weapon storage and security system). Je vous le dis : la vraie bombe atomique, la bombe de la liberté, c'est la souveraineté allemande, parce que notre nation est devenue le noyau des retrouvailles de la terre entière avec la vraie démocratie, et cela en raison de sa position centrale en Europe et du poids de sa population, qui en fait la seule puissance en situation d'arracher le monde entier au long cauchemar de l'hégémonie planétaire de notre libérateur de 1945. C'est une vocation digne de l'Allemagne des souverainetés de l'esprit, celle qui a donné, avec Luther, un ciel de la raison au peuple de la raison, que de redevenir le berceau de la liberté du monde.

7 - Les mauvais génies de l'Allemagne

Mais les mauvais génies de la vassalité se dressent encore sur le chemin des retrouvailles de l'Allemagne avec sa souveraineté. Ecoutons les refrains de la peur et de la cécité et ne craignons pas de porter une oreille attentive aux liturgies de la servilité: " L'Allemagne n'aurait-elle donc pas retrouvé sa souveraineté pleine et entière en 1945 ? Qui ne voit qu'elle est devenue le moteur de l'Europe aux côtés de la France ? Ne s'étalent-elles pas à tous les regards, les dernières conquêtes de l'indépendance et de la puissance de notre nation ? Nous avons armé notre continent d'une monnaie qui lui est propre, ce qui nous permet de combattre sur toutes les places financières de la planète l'omnipotence d'un dollar dont la souveraineté exclusive nous écrasait depuis les accords de Bretton Woods . Nous sommes également sur le point de vaincre le monopole insolent de Boeing sur les cinq continents. A l'heure de la massification du transport aérien, notre A380 nous permet de transporter autant de voyageurs sur de longues distances que les trains à grande vitesse, et nous venons de placer sur orbite le premier satellite au service de Galileo.

"Vous prétendez que nous serions devenus de tristes chansonniers d'exploits passagers, vous soutenez que nous ne faisons sonner aux oreilles de la nation que des airs qui font se retourner nos poètes de la liberté dans leurs tombes. Mais ne sommes-nous pas sur le point de contraindre notre prétendu maître d'au-delà des mers à nous accorder de gré ou de force l'autorisation de nous servir de la victoire spatiale de Galiléo à des fins de renseignements militaires ? N'avons-nous pas maîtrisé le lancement des satellites depuis si longtemps que la fusée Ariane domine ce marché depuis belle lurette ? Nos chemins de fer sont devenus plus rapides que l'aviation civile à hélices d'il y a un demi siècle.

"La France, notre grande alliée a obtenu l'installation de Iter sur son territoire et, suprême habileté, nous sommes parvenus à intéresser le Japon au développement du projet que nous l'avons contraint d'abandonner. Tout cela n'est-il pas digne de l'Europe souveraine? Où se cache-t-il, le Gessler dont vous nous rebattez les oreilles? Et puis, que nous racontez-vous des contraintes que les garnisons américaines exerceraient sur notre souveraineté, alors que leur inutilité militaire les rend fantasmatiques ? Comment le fantasmatique entraverait-il la souveraineté de l'Allemagne et de toute l'Europe ? Prêtez-nous un instant les précieuses longues vues de votre génie politique ; sans doute vous font-elles apercevoir la tumulte et la poussière que soulèvent à l'horizon les régiments russes, chinois et turcomans en marche vers une Europe sans force. Mais nous ne voyons aucune armée de Martiens ou de Mongols faire étinceler leurs cuirasses dans l'éclat du soleil . Vous devriez, tout au contraire, vous féliciter bruyamment de ce qu'un protecteur lointain, mais au cœur généreux, fasse preuve de tant de charité à l'égard de l'Allemagne qu'il a délivrée qu'il entretient désormais à ses frais des forteresses tellement dispendieuses sur le territoire de sa belle prisonnière que ses finances en pâtissent grandement et que ses marchés boursiers s'affaiblissent. Que vous plaignez-vous d'un amoureux tellement éperdu que, soixante ans après avoir arraché l'Allemagne des bras d'un tyran, il y conserve son cheval tout harnaché et rempli de vaillants Achéens? Saluons bien bas notre saint protecteur. Ne vient-il pas d'étendre jusqu'à la Mer Noire ses garnisons d'anges et de séraphins afin de protéger la Roumanie à son tour ? Où sont-elles les divisions tumultueuses prêtes à monter à l'assaut du Vieux Continent ? "

8 - Qu'est-ce que la myopie en politique ?

Qu'en est-il de la vraie clarté d'esprit qu'exige la scène politique ? Elle enseigne que jamais la puissance économique n'a suffi à forger la souveraineté d'une nation et encore moins d'un continent. Croyez-vous que la grandeur jaillit des chaînes de montage et de la fumée des hauts fourneaux ? Seule la chaleur des cœurs, seule la trempe des volontés, seul l'acier des courages forge une nation. Nous, les Germains , c'est cela et d'abord cela que nous avons le devoir de rappeler sans relâche à une Europe demeurée naïve et tentée de se soumettre à la domination d'un empire étranger, à une Europe heureuse de masquer sa démission politique sous les rutilants alibis de ses exploits techniques, à une Europe tellement apeurée et tellement ignorante qu'un Nouveau Monde onirique exerce désormais sur son encéphale une domination qui échappe encore au regard fasciné de toutes ses élites politiques .

Que dirons-nous des litanies ennemies dont une lucidité illusoire endort ou grise l'Allemagne de néophytes de la démocratie? Ce n'est pas seulement le peuple allemand que vous représentez dans cette enceinte, mais les promesses de la reconquête d'une souveraineté dont l'espoir nourrit l'Europe entière. C'est pourquoi je vous demande de mettre l'Allemagne au service de la raison que le monde entier attend aujourd'hui de notre nation. Notre peuple veut entendre la voix de ses pédagogues. Soyez les initiateurs de ses responsabilités nouvelles dans l'histoire. Devenez les informateurs des périls qui guettent encore une Allemagne d'apprentis de la politique. Votre tâche est d'enseigner au peuple allemand un autre réalisme que celui de la candeur.

Mais voyons d'un peu plus près ce que vaut l'aune de la souveraineté de l'Europe sous le sceptre et la férule d'un Titan mondial du commerce et de l'industrie dont les garnisons nous enserrent de la Suède à la Sicile et de la Hollande à la Roumanie. Souvenez-vous de ce que le lobbying de Loocked Martin a acheté Rome, Madrid, Londres, Amsterdam, Copenhague, Lisbonne, Warsovie, Prague, Budapest en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et que l'Europe dite souveraine que vous évoquez s'est rangée en un tournemain sous la bannière d'un empire que l'usage de la torture des prisonniers n'a pas tardé à souiller entre le Tigre et l'Euphrate.

Belles démocraties de la liberté, n'est-ce pas, d'attaquer un pays de trente cinq millions d'habitants sous le drapeau d'un maître étranger, belle souveraineté, n'est-ce pas, que celle dont la docilité foule aux pieds le droit international et les lois de la guerre ! Souvenez-vous de ce que votre Europe asservie et salie s'est piteusement retirée de l'Irak au milieu des bagages de son maître; souvenez-vous de ce que seules notre Allemagne et la France ont sauvé les bribes d'une souveraineté de l'Europe des baïonnettes et de ce que l'identité politique d'un continent maculé attend une lessive ; souvenez-vous de ce que nous avons ensuite échoué à lever l'embargo sur les armes à destination de la Chine , parce que Gessler nous a menacés de nous interdire l'exportation de nos avions Airbus pour le motif que des pièces sous licence américaine entrent dans leur fabrication ; souvenez-vous de l'usage politique que les vrais maîtres de l'Europe font de leur puissance industrielle et commerciale pour briser l'essor de notre souveraineté; souvenez-vous de ce que six mille ans de l'histoire du monde ne présentent aucun exemple de nations qui auraient joui d'une souveraineté autre que verbale de se trouver placées sous le protectorat militaire de l'étranger .

Ce que j'ai appris de l'Allemagne de l'Est où je suis née, et qui bénéficiait, disait-elle, du puissant protectorat militaire de l'Union soviétique, c'est que nous devons apprendre à nous méfier des changements d'allure et de coiffure de la servitude. Voilà l'expérience de l'histoire que la première Chancelière de l'Allemagne a le devoir de vous faire connaître, parce que notre nation n'a pas été réunifiée pour changer seulement de protecteur.

Mais l'Allemagne est aussi, et depuis plus de deux siècles la patrie de la pensée philosophique européenne. C'est à ce titre qu'elle réfléchit à nos retrouvailles avec une souveraineté avortée et qui ne scellerait aucune alliance nouvelle de notre intelligence avec la connaissance et l'interprétation de l'histoire du monde. En quoi notre époque n'est-elle comparable à nulle autre, sinon en ce qu'elle achève une ère commencée avec le basculement des nations de l'Europe hors de leurs frontières ? C'est à partir du XVIe siècle que notre continent s'est rué sur d'autres continents - l'Amérique du Nord et du Sud , l'Australie, l'Afrique et enfin l'Asie dont les Indes des conquérants portugais nous ont ouvert les portes. Et maintenant , l'un de nos rejetons est devenu un géant qui ne reflue sur l'Europe que pour lui dicter la loi de son commerce et de son industrie et qui n'occupe aucune place dans le royaume de la pensée.

Reprendrons-nous le combat pour la connaissance du cerveau humain que Kant avait commencé ou bien Goliath nous reconduira-t-il à la superstition et à la peur ? C'est cette connaissance-là de notre histoire qu'il nous faut garder sans cesse présente à nos esprits si nous entendons nous montrer fidèles à notre devoir d'initier l'Europe à la science de nous-mêmes dont elle a besoin pour garder des yeux dessillés.

9 - Qu'est-ce que la vassalité ?

C'est pourquoi une autre vaillance encore nous est cruellement demandée, celle de porter un regard critique sur notre vassalité. Pourquoi la France cartésienne a-t-elle trouvé l'énergie et l'audace de chasser les troupes américaines de son territoire? Pourquoi nous donne-t-elle, depuis quarante trois ans cette année , une leçon de souveraineté qui fait rougir la patrie de Kant et de Hegel? Nous avons attaqué et vaincu nos amis en 1940, parce que nous étions tombés sous le joug d'un tyran. Et maintenant, c'est elle dont la logique et la méthode nous enseignent le courage qui lui a permis d'expulser un occupant qui n'avait nulle intention de jamais quitter les bases militaires qu'il avait implantées sur son territoire. Le courage de la liberté est-il celui qui aura attendu la chute du mur de Berlin pour monter au créneau de l'histoire , ou celui qui aura défié ensemble l'Amérique et la Russie en pleine guerre froide ? C'est que la France a appris à l'école de sa propre histoire qu'un guerrier peut s'emparer du sceptre de la liberté. Mais si, seule en Europe, la France affiche depuis un demi siècle le ton et l'allure d'une nation souveraine, quel regard cette France-là porte-t-elle sur nous?

Et voici que l'Amérique nous abaisse jusqu'à déporter sur notre territoire les camps de concentration dont elle prétend avoir besoin pour affermir sa puissance à nos dépens . La victoire de la démocratie mondiale sur l'Allemagne de Hitler nous imposera-t-elle de tolérer la pratique de la torture sur notre propre sol, tellement la vocation naturelle de tous les empires du monde est de remporter les victoires du glaive à l'échelle de la planète ? Combien de temps l'Allemagne des guerriers de la liberté mettra-t-elle pour se dresser aux côtés de la France afin de remporter avec elle la victoire de l'Europe souveraine ?

Ne vous y trompez pas , cette guerre ne sera pacifique qu'en apparence. Ce serait nous leurrer et leurrer l'Allemagne de nous imaginer un seul instant que nous l'éviterons sous prétexte que l'occupant n'usera contre nous que des armes de rétorsion propres à notre temps, et qui seront " seulement " économiques. C'est pourquoi il nous faut examiner les causes qui rendront inévitable une guerre cachée, parce que le prix que nous paierions à tenter de l'éviter serait la destruction pure et simple de l'Europe politique. Puisqu'un continent des infirmes ne sera jamais qu'un leurre, puisque jamais notre puissance industrielle et commerciale reconquise ne nous donnera la solitude et l'angoisse des peuples libres si nous ne descendons dans l'arène de l'histoire, c'est de l'angoisse et de la solitude des nations responsables de leur destin qu'il me reste à vous entretenir.

10 - La solitude et l'angoisse de la liberté

En vérité, la souveraineté et la responsabilité des Etats et des peuples sont de même nature que celles des individus : aussi longtemps que le courage et la solitude ne les auront pas intériorisées et portées au tragique, les patries dont les sentinelles ne sont pas les siennes demeurent sans souffle et sans voix. Les démocraties dont le regard sur leur avenir n'est que celui de leur protecteur , les nations qu'un tuteur dépasse des épaules et qui ne tiennent debout qu'appuyées sur leur maître sont pareilles à des enfants qu'un adulte tient par la main.

Mais il existe une grande différence entre les éducateurs des enfants en bas âge et les parrains des peuples asservis à un souverain étranger; car les pédagogues conduisent les générations à l'accomplissement des promesses de leur baptême dans le temps de l'histoire, tandis que les protecteurs casqués s'attachent à paralyser la croissance de nations entières et à les faire avorter. Souvenons-nous de ce que les alliés des empires ne sont jamais que leurs vassaux .

L'Allemagne a mis l'âme du monde à l'école de la musique, l'Allemagne a enseigné à la terre entière à entendre les voix du ciel par delà le culte des idoles . Ferez-vous d'elle la servante d'une civilisation réduite à servir de décharge publique à un empire de la torture ? Sera-ce cela, la souveraineté de l'Allemagne que nous aimons et que nous servons ?

Si nous nous pénétrons de l'évidence que jamais nous ne redeviendrons souverains au milieu des campements de soldats venus de l'étranger s'installer à jamais sur nos terres et assurés d'y rester par des traités internationaux signés sous la contrainte par nos prédécesseurs ; si nous sommes inspirés par l'intime conviction qu'un seul devoir s'impose désormais à l'Europe , celui de renvoyer l'occupant vers l'autre rive de l'Océan, nous redeviendrons les guerriers d'une Allemagne qui a donné son souffle à toutes les guerres de l'esprit européen. Si nous consacrons toute notre volonté à mener ce combat décisif nous serons aidés par notre future alliance avec la Russie, la Chine, l'Inde, l'Amérique du Sud, qui donneront à l'Europe les leviers à l'échelle du globe qu'appelle son destin. Alors seulement un empire qui nous aura tenus dans ses serres pendant plus de six décennies nous aidera indirectement à conjuguer le verbe être ; alors seulement notre dignité et notre courage nous donneront les armes de la reconquête de notre souveraineté !

11 - L'histoire nous regarde

Voici quel serait le verdict de mes juges si je renonçais à défendre la vraie Allemagne sur la scène internationale . "Une nation vivante a des amis, mais il lui est interdit de s'abriter sous le bouclier d'un protecteur étranger. Cette Chancelière, diraient-ils, s'est rendue coupable de haute trahison. Cette Chancelière d'Allemagne a abaissé la représentation nationale, cette Chancelière n'a pas su incarner la dignité du peuple allemand, cette Chancelière, a fait monter le rouge au front de la nation, cette Chancelière nous a interdit de regarder nos amis droit dans les yeux, parce qu'elle a allié la fierté et la franchise d'une Allemagne qui n'a de leçons de liberté à recevoir de personne."

Mais rassurez-vous : l'Europe endormie dans une diplomatie de bergerie n'écoutera pas longtemps les balivernes et les billevesées des Sirènes de la démocratie américaine; car, pour la première fois depuis la fin de la guerre, et en raison même de ses racines dans la Prusse protestante, un gouvernement allemand est appelé à redonner au peuple allemand son regard. Si nous dénonçons la honte et la culpabilité d'un Etat placé par sa seule volonté sous la fausse protection d'une puissance étrangère, si notre démocratie trouve le courage de déboucher les oreilles de notre peuple, comment les élites politiques de la nation garderaient-elles la cire dans les leurs?

En vérité, la pensée allemande attend un traité de la surdité volontaire. Car qui peut croire que l'occupation durera ? Qui peut s'aveugler au point d'imaginer qu'elle s'étendra sur un siècle entier ? Nous ne sommes encore que des prophètes au petit pied à prédire la fin de la prétention à l'éternité des maîtres de l'Europe que la " victoire de la liberté " nous a imposés. En revanche, c'est d'ores et déjà que nous devons nous demander avec inquiétude pour combien de siècles notre mémoire portera la tache de notre humiliation si nous attendons le bon plaisir du nouvel empire du monde pour qu'il retire de nos terres ses légions fatiguées. Par bonheur, notre vraie souveraineté est celle d'une éthique de la politique à l'échelle de l'Europe ; par bonheur, notre vraie souveraineté est celle d'une Allemagne dont la voix est désormais en mesure de déchaîner non point le feu des canons, mais l'incendie du désensorcellement des démocraties. Devenons les désenvoûteurs du monde.

Puisse notre Allemagne tourner le dos aux faux bergers qui voudraient la rendre marginale et anecdotique ; puisse notre alliance avec la Russie, que mon prédécesseur a si magistralement inaugurée en garantissant l'indépendance de notre approvisionnement futur en gaz et en pétrole sans nous assujettir aux vassaux européens de Washington , puisse notre alliance avec la Chine et l'Inde, puisse notre alliance avec la France, que nous avons si activement consolidée ces dernières années, puissent toutes ces alliances de l'avenir tracer notre chemin vers une seconde Renaissance ! Pour cela, courons des périls qui soient les nôtres.

Mesdames et Messieurs les députés des deux partis rassemblés au sein de mon gouvernement, soyons les fidèles continuateurs d'Helmut Kohl, auquel nous devons la réunification de l'Allemagne, mais également les continuateurs de Gerhardt Schröder, dont le monde ne tardera pas à reconnaître la profondeur de sa vision de l'histoire. Pour cela, je vous demande de m'aider à expliquer jour après jour au peuple allemand la clarté et la simplicité de la signification politique de l'occupation de l'Allemagne par les forces armées américaines, dont nous savons qu'elle se voudrait perpétuelle, ainsi que de la nécessité absolue de faire cesser au plus tôt un protectorat militaire d'autant plus humiliant qu'il combat un ennemi imaginaire et que son inutilité stratégique rend la démission de l'Europe des armes ridicule jusqu'à la caricature.

Tels sont, Mesdames et Messieurs les éducateurs du peuple allemand , les paroles par lesquelles je vous demande de vous souvenir de ce que la vocation et la mission de notre politique sont celles des sauveteurs de la civilisation de la pensée et que ce n'est pas un mince apostolat que celui d'un Parlement en charge du destin d'un Continent.

17 janvier 2006