Retour
Sommaire2
Section Contre la guerre américaine
Contact

 


Sur la nécessité d'une connaissance anthropologique du cerveau des dirigeants du monde

Deuxièmes explications et directives du Président de la République française au Gouvernement

 

Le Président de la République a informé le gouvernement de la révolution de la science politique qui résultera de la lecture anthropologique de l'histoire et qui fera, du continent de la pensée, celui d'une seconde Renaissance. Afin de démontrer la nécessité, pour les gouvernements de l'Europe moderne, de se tenir au courant des dernières découvertes des chercheurs français sur l'encéphale humain, il a esquissé une radiographie théopolitique du cerveau de G. W. Bush. Une Introduction à la connaissance anthropologique de l'histoire succède à l'Introduction à l'étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard, parue en 1865 .


1 - De l'irréalisme de la petitesse dans l'ordre politique
2 - La renaissance intellectuelle de l'Europe
3 - L'anthropologie moderne et la politique mondiale des théologies
4 - Qu'est-ce que la théopolitique ?
5 - La théopolitique appliquée
6 - L'avenir de l'interprétation théopolitique de l'histoire
7 - La cohésion de la nation
8 - La connaissance anthropologique de l'histoire

1 - De l'irréalisme de la petitesse dans l'ordre politique

La dernière fois, je vous ai décrit la carte du monde que vous devez apprendre à regarder, afin que le sens du réalisme en politique trouve son assise dans votre lucidité, dans votre élévation morale et dans le recul que l'esprit de logique donne à l'intelligence européenne. Aujourd'hui, je commencerai par vous donner un exemple simple et clair de la fausseté d'esprit de ceux qui se trompent de réalisme et qui chantent à tue-tête que nous perdrions les belles prébendes que nous accorderait une Amérique devenue notre maître si nous lui prêtions main-forte dans une guerre génocidaire et fondée sur un viol tartufique du droit international.

Est-ce effronterie ou sottise de prétendre que la France perdrait son prestige et son rang si elle refusait, avec toute l'Europe, de payer les dépenses militaires demesurées des États-Unis en Irak, alors que leurs propres financiers les jugent disproportionnées aux moyens de leur économie et de nature à la ruiner pour longtemps ? Vous savez que le monde extérieur a payé 80% des dépenses de la première guerre du Golfe. Telle est la vraie raison, sachez-le, pour laquelle les États-Unis demandent aujourd'hui aux pays du monde entier de porter leurs valises sur le champ de bataille et de commettre à leurs côtés, et dans l'emploi subalterne qui leur sera attribué, un crime contre l'humanité qui leur vaudrait à tous de se trouver cités à comparaître devant le Tribunal international pour complicité dans la perpétration du premier génocide pétrolier de l'histoire si ce tribunal n'était la créature des puissants !

Je vous demande de ne pas vous laisser tromper par une certaine presse française et étrangère qui brandissait déjà les représailles dont l'Amérique nous menaçait en 1962, quand nous avons tranquillement demandé à notre allié abusif de rapatrier ses troupes. Nous y avons ajouté tous nos remerciements ; mais un service, même éminent, rendu par un État à un autre ne doit jamais donner lieu, par la suite, au paiement échelonné d'une dette aussi éternelle et ineffaçable que celle de l'acquittement du paiement théologique du péché originel, qui ne sera acquitté, nous dit notre créancier des nues que le jour de la résurrection des morts.

Votre premier devoir de Ministres est de vous demander quel est le financement occulte des journalistes qui écrivent que notre influence dans le monde dépendrait de l'affichage résolu par ce gouvernement de son assujettissement perpétuel à une puissance étrangère. Pourquoi les esprits lucides sont-ils condamnés à se réfugier sur internet ? Pourquoi un John Le Carré recourt-il à la toile pour écrire : " L'accès de folie que connaît l'Amérique est, à mes yeux, le pire de tous ceux qui jalonnent son histoire : pire que le maccarthysme, pire que la baie des Cochons, et potentiellement plus catastrophique à long terme que la guerre du Vietnam ". Pourquoi écrit-il que " le colonialisme à l'ancienne est sur le point de déployer ses ailes d'acier au-dessus de nos têtes " ? *

Mais peu importe que les raisonneurs dont la courte vue est celle de leur propre minusculité soient frappés de cécité ou achetés. Vous êtes les ministres de la France. Sachez que le monde n'est ni si barbare, ni si sot, ni si fou que le faux réalisme des petits esprits puisse y triompher durablement? Souvenez-vous des leçons de l'histoire et mettez-vous à son échelle ; souvenez-vous qu'ils se trompent de siècle et de planète, ceux qui regardent le monde d'aujourd'hui comme si nous n'étions pas entrés dans la civilisation de l'ubiquité de l'image. Des millions d'yeux de lynx regardent Goliath s'empêtrer dans son armure.

Voyez comme les réalistes au petit pied n'ont pas de balance dans la tête, voyez comme ils croient immobiliser l'histoire avec leurs faux calculs, voyez comme ils ignorent les ressorts profonds de la politique. Ne soutiennent-ils pas que les États arabes tourneraient aussitôt casaque et que les nations civilisées du monde entier les suivraient dans leurs prosternements si l'Amérique et l'Angleterre occupaient l'Irak par la force des armes ? Certes, vous savez que les abaissements de la servitude sont à l'affût de la faiblesse des esprits. Mais vous savez également que la lucidité n'est jamais blessée à mort dans le fléchissement des volontés et la décadence des courages. Vous n'ignorez pas non plus que les plus grands historiens ont observé le théâtre de la folie du monde et que la terre entière peut offrir pour de longues périodes, le spectacle de la cécité des peuples.

Tout récemment nous avons vu l'Europe de l'Est danser de joie dans les rues parce que son nouveau maître était venu tout exprès d'au delà des mers pour la placer sous la banderole d'une alliance militaire devenue sans objet. Mais puisque la postérité vivante du Général de Gaulle vous demandera de démythifier la bombe atomique quand elle sera devenue, entre les mains des Etats-Unis, l'arme du nouveau chantage à la servitude de l'Europe, je vous demande non pas de devenir des anthropologues du XXIe siècle et d'observer en pleine connaissance de cause et les yeux grands ouverts le niveau mental de l'humanité actuelle; je vous demande seulement de vous initier suffisamment aux secrets de l'encéphale des évadés de la zoologie pour entendre sourdre des profondeurs la seconde Renaissance philosophique de l'Europe.

2 - La renaissance intellectuelle de l'Europe

Nous savons maintenant que la boîte osseuse des fuyards de la nuit est encore prise en étau entre des mondes imaginaires et le monde réel ; mais nous savons également que notre époque pilotera pour longtemps l'avenir de la connaissance de l'homme et l'avenir de l'intelligence scientifique dans le monde. Sachez que la responsabilité des élites politiques modernes est désormais liée à un devoir intellectuel nouveau, celui de se tenir informés des progrès de la connaissance critique de l'homme et de son cerveau. Au IVe siècle, saint Augustin ignorait le principe d'Archimède, découvert sept siècles auparavant. Au Moyen Âge, les hommes d'action pouvaient encore s'offrir le luxe de tout ignorer du naufrage de la science antique. Ce n'est plus le cas au début du troisième millénaire.

Vous êtes condamnés à vous tenir à l'avant-garde de la raison. Vous n'êtes plus en droit d'ignorer les découvertes que la majorité de nos intellectuels elle-même ignore encore, parce que votre responsabilité gouvernementale ne saurait s'exercer efficacement et en connaissance de cause si vous demeurez incapables d'interpréter la vision du monde d'un Président des États-Unis qui déclare tout de go que " Jésus-Christ est le plus grand philosophe " du monde pour le motif qu'il l'a guéri de l'alcoolisme à l'âge de 39 ans et qui, le jour de son entrée à la Maison Blanche a déclaré solennellement: " Bénie soit la nation dont Dieu est le Seigneur ".

Si vous vous tenez informés des progrès actuels de la raison européenne dans les sciences humaines, vous observerez d'un œil averti les ressorts psychopolitiques d'un chef d'État dont le style de commandement est demeuré biblique. Il est important que vous connaissiez les arcanes cérébraux du Président de la démocratie la plus puissante du monde en apparence et qui a réussi, dit-il, à mettre la main sur le créateur de l'univers, et qui se trouve informé heure par heure des opinions politiques du ciel des chrétiens , et qui sait, de science certaine, et jour après jour, que Jahvé a confié à l'Amérique le soin de sauver le monde avec des moyens aussi peu recommandables que ceux du plus grand massacreur de tous les temps, l'inégalable génocidaire du déluge.

3 - L'anthropologie moderne et la politique mondiale des théologies

La science anthropologique moderne ne réfute plus les mythes religieux, elle en radiographie les secrets. Il n'était pas nécessaire à la science politique des premiers siècles de réfuter la volonté d'un Dieu qui, selon saint Augustin, faisait flotter un vase de plomb et sombrer un morceau de bois pourri . En revanche, à l'heure de l'atome, la science politique doit décoder la théologie des chefs d'État dichotomiques dont une divinité omnisciente et omnipotente campe sans désemparer dans la moitié de leur boîte osseuse, tandis que l'autre moitié se trouve contaminée par la présence d'un créateur du cosmos. Sachez que nos anthropologues d'avant-garde sont parvenus à décrypter l'encéphale schizoïde dont l'évolution de notre espèce commence de nous libérer.

Pourquoi le Président des États-Unis évoque-t-il sa patience infinie ou son scepticisme, pourquoi gémit-il de ce sa magnanimité a atteint ses limites, pourquoi laisse-t-il tomber de ses lèvres l'expression auguste de sa fatigue, de son impatience, de sa lassitude devant les mensonges et les péchés du monde ? L'Europe de la science socratique de l'homme d'aujourd'hui et de son évolution cérébrale a décrit et répertorié le " syndrome de Jahvé ". Apprenez à reconnaître le pas et le vocabulaire d'une réplique vivante de l'idole de la Genèse. Souvenez-vous de ce qu'elle disait avant de déclencher la noyade générale de sa créature. La culture américaine d'aujourd'hui est celle de notre Moyen Âge ; mais nous radiographions désormais le manichéisme en théoriciens de l'évolution mentale de l'espèce humaine. Encore une fois, je ne vous demande pas de vous initier aux derniers travaux de notre anthropologie critique : mais si vous ignorez les ressorts psychobiologiques de l'Amérique mythologique, vous ne disposerez pas de la science politique nécessaire à la radiographie du tour oriental que ce Président donne à l'exercice du pouvoir américain.

4 - Qu'est-ce que la théopolitique ?

Savez-vous ce que Condolizza Rice, Conseillère fort écoutée du Président, a répondu à Richard Hess, du Département d'État, qui venait se renseigner sur la date du débat qui, pensait-il, allait expliciter, donc légitimer la décision de déclencher la guerre en Irak à l'aide d'arguments rationnels et en quels termes elle serait légalement déclarée à un État souverain, conformément au droit international qui régit les conflits armés ? " Ne vous tracassez pas, le Président a pris sa décision " [Don't bother, the president has made a decision].

Vous observerez que la divinité qui pilote les trois religions monothéistes n'a pas à faire valoir des arguments entachés par les exigences de rigueur de la logique de la créature. Voltaire s'en indignait - la science politique moderne a bien autre chose à faire que de perdre son temps à réfuter des dieux que les siècles engloutissent et dont aucun n'a vécu plus de deux mille ans. Comme nous ne sommes plus des enfants en bas âge, nous étudions en anthropologues le modèle oriental du pouvoir dont la Genèse nous fournit un témoin parmi d'autres. Nous savons que si le souverain mythique du cosmos est né pour prendre ses décisions dans la solitude et le secret, c'est parce que ses adorateurs trouvent leur plus grand intérêt à rendre ses vues aussi impénétrables par définition et infaillibles par nature que possible. Cela leur permet de s'illuminer eux-mêmes des reflets de la sagesse infinie de leur divinité.

Vous pensez bien qu'un masque politique construit sur ce modèle nous renseigne très exactement non seulement sur les ressorts de ses utilisateurs, mais aussi sur la psychologie des États religieux actuels, qui trouvent évidemment le plus grand avantage à calquer le style de leur autorité sur une divinité qu'ils apprêtent si habilement à leurs affaires. Pourquoi ce type de pouvoir leur est-il indispensable? Parce qu'à la question gênante : " Pourquoi l'Irak ? " que le monde entier adresse désormais à l'Amérique, ils peuvent répondre en chœur : " Pourquoi pas l'Irak ? " Telle aurait été la réponse de Jahvé à un Noé qui lui aurait effrontément demandé : " Pourquoi la Mésopotamie ? "

Vous trouverez dans les entretiens du Dieu mystérieux du Texas avec un certain Bob Woodwood la pleine confirmation de ce type astucieux de prise de décision dans l'ordre politique. " Je suis le chef, je n'ai donc pas besoin d'exposer mes motivations. Telle est la particularité du pouvoir présidentiel : ce sont les autres qui doivent s'expliquer devant moi, mais moi, je ne suis redevable à personne d'une explication. " [" I'm the commander, I do not need to explain why I say things. That's the interesting thing about being the President. Maybe somebody needs to explain to me why they say something, but I don't feel like I owe anybody an explanation.... " ]

5 - La théopolitique appliquée

Souvenez-vous du général de Gaulle, qui s'expliquait, lui, devant les Français dans des conférences de presse argumentées d' une heure et demie et qui traitait de sujets aussi difficiles à faire comprendre à la masse de ses concitoyens que l'étalon-or ou l'avenir du peuple palestinien. Le pouvoir oriental de la théologie a permis à l'Amérique de programmer secrètement la guerre contre l'Irak, et cela plus d'un an avant le 11 septembre, ce qui lui a permis d'introduire ensuite le diable et ses manigances dans la présentation de la " situation exceptionnelle " qui faisait de l'Irak la préfiguratrice et la complice du démon.

La théologie lui a également permis de réussir l'extraordinaire tour de prestidigitation de substituer purement et simplement Saddam Hussein à Ben Laden. Elle l'autorise à faire marteler par la télévision et par toute la presse que le théologien du Texas est informé, par un prodige de son omniscience naturelle, de ce que Saddam Hussein est le véritable auteur des attentats contre les tours du World Trade Center et qu'il est " le monsieur qui a voulu tuer mon papa ". Pendant ce temps Oussama Ben Laden demeure introuvable sur la terre et le Mollah Omar a pu disparaître dans le désert, sa robe blanche flottant au vent sur sa mobylette, parce que Dieu ne se soucie pas des détails .

6 - L'avenir de l'interprétation théopolitique de l'histoire

Le XVIIIe siècle n'a pas posé les fondements anthropologiques des théologies, parce que Darwin et Freud ont attendu un siècle et un siècle et demi pour paraître. Mais ce sont les arcanes de la politique américaine tout entière qui vous demeurent cachés aujourd'hui si vous ne connaissez la science politique la plus moderne, celle qui décode le cerveau biphasé de notre espèce. Voyez également la suite logique de tout cela : quant l'Amérique s'est trouvée frappée à la fois de folie et de stupeur par l'agression de Ben Laden, exploit dont les annales de la nation ne présentaient aucun précédent , l'inconscient biblique a ressurgi dans la fureur et la rage du peuple américain tout entier et Bush s'est révélé l'archétype rêvé qui cristallisait sur sa personne le retour en force du sacré jahvique, ce refuge d'une conscience collective désarçonnée et ardente à retrouver, dans une épreuve inintelligible, le nid du sacré originel.

La politique de la France moderne ne peut prendre du retard sur les connaissances scientifiques de notre siècle. La radiographie anthropologique du cerveau schizoïde de l'humanité sait pourquoi le Texan pieux est un jeune chef peu instruit, et pourquoi ses nerfs sont fragiles, et pourquoi son intelligence de la politique n'est pas à la hauteur d'une situation internationale qui appelait un Hadrien ou un Marc Aurèle à la barre de l'Amérique impériale . C'est pourquoi l'Europe de la pensée critique est désormais menacée de l'extérieur par une régression comparable à celle du Moyen Âge et par une faiblesse d'esprit dont nous n'avons réellement commencé de nous libérer qu'au XVIIIe siècle .

7 - La cohésion de la nation

Pour éviter une rechute de la civilisation européenne dans l'obscurantisme, je demande au Gouvernement de songer sans cesse à renforcer la cohésion de la nation. Depuis la Libération, c'était la gauche qui se montrait la plus portée à s'incliner devant le sceptre de l'impérialisme américain, parce que c'était la France de droite qui avait pactisé avec l'occupant et qui s'était quelquefois agenouillée devant sa puissance. Puis le Général de Gaulle a redonné à la droite la mission de redresser la fierté nationale, tandis que la gauche communiste ne se rangeait aux côtés du Général que pour se courber davantage devant un autre maître, le " petit père des peuples ", qui régnait, lui aussi, en despote oriental sur l'empire des Tsars parce que l'utopie politique est une autre forme de mythologie religieuse.

Aujourd'hui, c'est la gauche qui s'est convertie la première à un gaullisme retrouvé et actualisé, et cela non seulement afin de célébrer ses retrouvailles avec la nation, mais aussi afin de dénoncer avec des arguments nouveaux et des accents plus justes que ceux de l'évangélisme marxiste un capitalisme hypertrophié par la mondialisation de l'industrie et par la commercialisation de la culture. Veillez à ne pas redonner à la vieille droite le triste privilège de flatter les puissants du jour, veillez à ce que le peuple ne soit plus jamais seul à incarner l'esprit d'indépendance et la fierté de la France. Que cette crise scelle l'unité de la nation pour la sauvegarde du droit international.

8 - La connaissance anthropologique de l'histoire

Voyez comme les chemins de l'esprit sont ceux de la politique et comme, de nos jours, les esprits politiques ont pris de l'avance sur les intellectuels, ce qui est rarissime, mais constant dans la germination secrète des grandes époques : c'est M. Solana, ex secrétaire général de l'Otan et aujourd'hui Ministre des Affaires étrangères d'une Europe encore embryonnaire qui, le premier, a écrit dans le Financial Time que le fossé entre les États-Unis et l'Europe est de l'ordre de la pensée et que cet abîme-là ne peut être comblé, parce que nous sommes une civilisation de la raison, donc de l'esprit critique, tandis que le Nouveau Monde est demeuré une civilisation religieuse et qu'elle croit encore que les dieux se promènent en chair et en os sur la terre.

L'Europe de la pensée est l'Alexandre de la modernité. Mais les philosophes grecs qui accompagnaient les troupes du fils de Philippe avec les traités d'Aristote dans une main et la République de Platon dans l'autre n'avaient pas autant d'avance sur les dieux de Babylone que l'Europe d'aujourd'hui sur l'encéphale du reste du monde. Aussi Alexandre a-t-il pu se faire proclamer fils de Zeus dans les déserts de l'Égypte au grand dam des penseurs athéniens qu'il avait enregimentés dans son armée et qui disaient seulement qu'il fallait attendre d'être mort pour se voir élevé au rang des dieux, parce qu'ils mesuraient les périls que courait la démocratie si un dieu vivant sollicitait les suffrages des citoyens.

La raison européenne n'a pas de canons, la raison européenne ne rêve pas de " guerre des étoiles ", la raison européenne ne refuse pas les verdicts d'un tribunal international compétent pour juger les crimes de guerre, la raison européenne ne couvre pas les génocides. La religion, en revanche, glorifie la sainte solitude des souverains de la terre, parce qu'elle s'agenouille devant les génocides du ciel. N'a-t-il pas raison, M. Solana ? L'Espagne qui a peint le créateur en guerrier de sa propre folie sous les traits de don Quichotte enseigne, depuis quatre siècles, par la plume du blessé de la bataille de Lépante, que l'Europe de la pensée a rendez-vous avec un autre chevalier errant , un certain G. W. Bush, qui avance sur la terre en agitant la clochette des fous. Voyez comme la réflexion politique sur l'Europe s'ouvre d'elle-même sur la planète de la raison où l'ombre d'Alexandre nous appelle à métamorphoser ses conquêtes en victoires de l'intelligence!

Je demande à mon gouvernement de faire montre de la force d'âme qui donne à la lucidité les armes de l'espérance et au courage celles de l'esprit.

* opendemocracy.net

23 janvier 2003