Retour
Sommaire2
Section Contre la guerre américaine
Contact

 


Un exemple de lobbying américain pour la guerre en Irak

 

Les États européens qui se sont engagés aux côtés d'une puissance étrangère , les Etats-Unis bien décidés à déclarer la guerre à l'Irak en violation du droit international et en vue de déposséder ce pays de ses richesses pétrolières, ont cédé aux pressions d'un lobby, le Committe for the Liberation of Iraq , créé entre le 11 et le 17 novembre 2002 et chargé de vendre la guerre américaine.

Ce Comité est présidé par Bruce K. Jackson , Vice-Président depuis 1994 du groupe d'armement Lockheed Martin . Ce groupe industriel est spécialisé dans l'armement. Son chiffre d'affaires annuel approche de 40 milliards de dollars. Il fabrique l'avion de combat F - 16 , rival de l'avion européen, que viennent d'acquérir les Polonais, mais aussi les Hollandais et les Italiens et que suivront les autres pays de l'Est . L'organisateur de la campagne de G. Bush , Bruce K. Jackson est aussi l'un des dirigeants du lobby de l'élargissement de l'OTAN aux pays de l'est.

On n'imagine pas que l'Italie, l'Espagne, le Portugal, le Danemark et trois futurs entrants, Pologne, Hongrie et Tchéquie, se seraient subitement concertés pour mettre sur pied une offensive aussi insolite et étrangère aux usages des chancelleries que la publication d'un article co-signé dans un journal, afin d'informer le monde de leur position anti-européenne, et cela dans le secret, sans consulter, ni informer la Commission ou le Parlement européens .

Tout cela dénote l'esprit et les méthodes d'un lobbying.

Un article du Washington Times du 24 janvier 2003 annonçant l'action outre-Atlantique du Committe for the Liberation of Iraq s'achevait déjà par cette phrase :
" L'évidence augmente que la France et l'Allemagne sont en train de s'enterrer dans un grand trou. "

C'est précisément cette phrase sur l'" isolement " de la France et de l'Allemagne qui sera reprise et martelée par les radios et les télévisions le 30 janvier 2003, jour de la parution de l'article dans le Wall Street Journal et repris par plusieurs journaux européens.

Les responsables de Committe for the Liberation of Iraq pour l'Europe sont Gary J. Schmitt et Randy Scheuneman et ils viennent des milieux du renseignement (voir le site du Committe for the Liberation of Iraq (http://www.liberationiraq.org). *

Quand des démocraties européennes imposent à leur opinion publique hostile l'achat d'un génocide à la demande d'un lobby étranger , la vraie question posée est de savoir quelles sont les relations de la morale avec la politique au sein de la civilisation européenne.

Il s'agit de savoir si un pouvoir démocratique élu est légitimé à obéir à un lobby étranger ou si un État fondé sur le suffrage universel a le devoir de valider sa politique à partir d'une réflexion qui lui soit propre et qui ne saurait obéir aux méthodes d'une entreprise commerciale spécialisée dans l'art d'aguicher une clientèle.

Des renseignements complémentaires très précis figurent sur les sites http://www.dedefensa.org et http://www.legrandsoir.info dont le responsable est M. Philippe Grasset, journaliste. Il serait peu compatible avec l'éthique de la presse que le fond de cette offensive fût laissé sans examen.

* Pour plus de précision, voir "Les droits de la morale et les droits de la politique face à l'ambition d'un empire". *

31 janvier 2003