Retour
Sommaire
Section actualité
Contact

LES DEFIS DE LA TORTURE

IV - Les "systèmes de la liberté"

Retour à la Présentation

Parvenue à ce point de son questionnement, la problématique anthropologique observe les relations que la torture entretient avec les civilisations simiohumaines au plus secret de leur éthique religieuse et politique .

1 - La renaissance arabe
2 - La résurrection de la philosophie arabe
3 - La politique de la torture et l'avenir de la civilisation mondiale
4 - La pénitence concentrationnaire et le géant de la famine

1- La renaissance arabe

Le monde arabe précédera-t-il le Vieux Continent dans la conquête de la connaissance anthropologique du genre simiohumain ? En Occident, ce n'est déjà plus la théologie chrétienne qui limite l'audace des plongées de la raison dans l'abîme d'où remonterait une classe dirigeante armée d'une politologie spéléologique, mais tout au contraire, l'ignorance laïque . Certes, le retard intellectuel des civilisations religieuses ne saurait se trouver comblé en deux générations seulement , mais on ne découvre pas les secrets du sacré à l'écoute d'une civilisation du naufrage de sa documentation théologique.

Cette question se situe au cœur de toute réflexion sur l'avenir de la raison, tellement il s'agit désormais de conquérir la capacité de démythifier les déités verbales que les démocraties auto-sacralisées encensent sur leurs autels. L'Europe des héritiers de Descartes vit encore des récoltes de l'humanisme superficiel de la Renaissance. L'anthropologie moderne n'a assimilé ni l'évolutionnisme, ni l'inconscient simiohumain. Notre passé cultuel nous enferme encore dans l'enceinte d'une science de nous-mêmes insuffisamment désacralisée pour nous permettre de bêcher le terreau zoologique dont se nourrit notre encéphale . Notre blocage cérébral a-t-il des chances de se trouver rompu par les intellectuels iconoclastes d'un islam en rupture de ban avec les boîtes osseuses vénératrices de leurs ancêtres ? Téhéran, Bagdad, Damas, Le Caire, Rabat diagnostiqueront-ils la paralysie philosophique de l'Occident avant Paris, Londres ou Berlin ? Il arrive que le spectacle des plus grands retards dans l'évolution du cerveau simiohumain deviennent les meilleurs atouts de la progression de cet organe, parce que les contrastes les plus violents chassent parfois si subitement les nuages que les lucidités d'avant-garde s'en trouvent alertées, comme si un vent tempétueux avait nettoyé le ciel. Alors l'essor des esprits sacrilèges les détache davantage du commun que l'asepsie des savants, comme si les civilisations avaient besoin d'aller jusqu'au fond des apories qui les paralysent pour bénéficier d'un bond soudain et prodigieux des intelligences.

L'athéisme au petit pied , l'athéisme effrayé d'avance par les victoires d'un humanisme profanateur et qui percerait les secrets du cerveau semi animal , l'athéisme étriqué de l'Occident pourrait bien se trouver balayé par un philosophe arabe dont le génie blasphématoire lirait le Coran avec les yeux de Zarathoustra . Alors, un humanisme arabe d'avant-garde se mettrait en mesure d'interpréter l'axe de la torture qui relie Washington à Tel Aviv ; alors une anthropologie spectrographique permettrait à l'Islam des philosophes de filmer les idoles du langage qui défilent et gesticulent sur l'écran des encéphales occidentaux et de décoder les mutations que subit le vieux vocabulaire de la théologie biblique dans l'univers de la torture angélisée .

2 - La résurrection de la philosophie arabe

Quelle est la complexion des idoles du langage qui, au cœur des démocraties férues de leur sainteté grammaticale , s'exercent au rituel de l'affirmation liturgique répétée selon laquelle des tortionnaires d'une piété séraphique seraient légitimés de se défendre quand leurs victimes portent sur les fonts baptismaux des démocraties leur prétention de recouvrer leurs biens par la force des armes ? Ces philosophes de l'Islam feraient remarquer à l'Occident des démocraties effrontées que si les prédateurs sont autorisés à conserver le produit de leurs larcins par le recours au meurtre démocratique , comment ce tour de main les autorise-t-il à qualifier le vrai propriétaire de barbare, de fanatique d'Allah, de terroriste, de suppôt du démon ? Il vous sera bien impossible, diraient les Descartes du Coran, de jamais guérir votre civilisation du cancer de son vocabulaire, à moins que vous ne déjouiez les pièges dans lesquels vos dévotions vous font tomber ; car le langage actuel de votre raison est truffé de vos offrandes à vos meurtres séraphiques.

Notre Discours de la méthode, diront les philosophes d'Allah, nous permet de constater que, pour l'instant, l'encéphale simiohumain est un acteur qui empoisonne en retour l'Eden dans lequel il voudrait camper et que sa semi évasion de la zoologie le scinde entre le réel et le songe, de sorte que la fraction onirique de votre boîte osseuse tombe dans les guets-apens du paradis que son discours lui tend au cœur même de son culte de l'universalité de la vérité. Telle est la généalogie de la cécité simiohumaine en général et celle de votre civilisation en particulier.

Imaginons un instant que la pensée arabe renaîtrait sur cette planète jusqu'à prendre la tête de la pensée philosophique mondiale, de sorte que ses Socrate observeraient la dichotomie dont souffre le cerveau de notre espèce et raconteraient à l'Occident l'histoire de la sphère bipolaire qui surmonte votre squelette, imaginons un instant que leur récit s'articulerait avec les péripéties du conflit israélo-palestinien dans l'arène de sa cyclothymie cérébrale; imaginons un instant que l'islam de la raison prendrait une si grande avance sur nos sorbonagres et nos sorbonicoles qu'ils prophétiseraient à coup sûr ce qui se passera sur le théâtre de la perversion du langage schizoïde de notre civilisation dichotomisée - celle dont l'alliance biblique des USA avec Israël est devenue le moteur mondial de la torture.

Alors la simianthropologie expérimentale arabe dresserait en premier lieu le constat qu'au début du IIIe millénaire, l'Europe politique se trouvait disqualifiée depuis fort longtemps sur la scène internationale du seul fait qu'elle n'avait plus d'ennemi à combattre par les armes , mais que l'Allemagne ne s'en trouvait pas moins occupée depuis plus soixante ans par quarante-huit gigantesques bases militaires américaines et que l'Italie tout entière se trouvait réduite au rang d'un porte-avions du Nouveau Monde ancré au milieu de la Méditerranée . Du reste, dirait la Renaissance arabe, huit nations du Vieux Monde s'étaient immédiatement précipitées sous la bannière du prédateur en Irak pour avoir été achetées en un tournemain par un vulgaire démarcheur de l'entreprise Loocked Martin.

--Un exemple de lobbying américain pour la guerre en Irak , 31 janvier 2003

--Les droits de la morale et les droits de la politique face à l'ambition d'un empire Discours fictif et à huis clos du Président de la République à l'Académie des sciences morales et politiques Introduction à la connaissance anthropologique de l'histoire,
1er février 2003

Il était bien évident qu'une civilisation se met hors jeu sur la scène internationale à se placer en temps de paix sous le commandement militaire de l'étranger. Mais supposons, diraient les anthropologues arabes , que le continent de Copernic et de Goethe , de Descartes et de Kant, de Sophocle et de Platon en vienne à livrer une nation entière à la torture. Il nous faudrait alors disposer d'une anthropologie en mesure de spectrographier le " corps mental " et le globe oculaire de la conscience universelle simiohumaine . Il ne s'agirait plus seulement d'enregistrer la disqualification politique d'une civilisation, mais de prendre acte de son naufrage pur et simple, donc de sa disparition sur l'échiquier mondial de l'action , tellement le désastre intérieur qui tue une culture se résume au suicide de son éthique.

3 - La politique de la torture et l'avenir de la civilisation mondiale

La stratégie diplomatique de l'empire américain est entièrement fondée sur la légitimation mondiale de la torture. Encore une fois, ce fait permettra-t-il à l'Occident de la raison d'approfondir suffisamment la connaissance anthropologique du genre humain pour armer la civilisation internationale d'aujourd'hui d'une science politique à la hauteur du défi concentrationnaire ?

Mariali

Pour répondre à cette question, il convient d'expliciter le paradoxe anthropologique qui fonde l'expression, contradictoire par définition, de " civilisation concentrationnaire ". Heidegger écrivait que l'expression " système de la liberté " de Schelling évoquait un carré rond, tellement un système est nécessairement incompatible avec la notion de liberté. Et pourtant, dira l'anthropologie arabe de demain, feu la civilisation européenne mettait en place une démocratie concentrationnaire, puisque la torture s'y présentait non seulement comme le bouclier de la liberté, mais comme son armure naturelle et nécessaire . Une politique construite sur de telles prémisses, disent dans les limbes les philosophes arabes à naître, n'est pas réfutable à l'école de votre culture, de votre philosophie et de votre politologies idéalistes, puisque vos idéalités déifiées sont précisément le courtisan de l'idole , donc le glaive sanglant de votre pensée concentrationnaire et de votre apologie de la torture.

Observons le cours implacable qu'a pris la civilisation dont les idéalités sont devenues les armes d'estoc et de taille depuis la création d'un Etat d'Israël fondé sur la sainte alliance qu'une démocratie prédéfinie en son essence et quintessence a scellée avec le vol et le meurtre. Un demi siècle après la signature de ce pacte, deux Etats verbalement fondés sur le culte des " droits de l'homme " et qui se proclament donc officiellement au service inconditionnel de la liberté et de la justice, ont légalisé la torture de leurs prisonniers , et cela au nom même de leurs idéaux. Les Etats-Unis d'Amérique pratiquent la torture à Guantanamo et en Irak , ainsi que dans les prisons secrètes de la CIA en Pologne et en Roumanie. De son côté Israël a étendu la torture aux enfants, et cela dans le silence de la civilisation mondiale des idéalités.

 

Mariali

Ses " systèmes de la liberté " sont donc à eux-mêmes et tout ensemble les geôles et les tiares de la civilisation démocratique. C'est pourquoi la torture des enfants se pratique dans les prisons d'Israël sous le contrôle, jugé absolutoire, d'un médecin assermenté. Les prisons dévotement mises entre les mains des Hippocrate de l'extorsion des aveux médicalisent la torture au nom des autels que les démocraties dressent en l'honneur de leur verbe ; et l'offrande de cet encens monte à leurs narines. Vous me direz que ces prêtres exercent leur saint apostolat dans des camps de concentration en miniature; mais l'élargissement de leur piété à des peuples et à leurs Etats ne date pas d'hier, puisque l'Irak a été soumis au blocus vertueux après la première guerre du Golfe. Quant à Cuba, le sort de cette île a préfiguré celui du peuple palestinien affamé par l'alliance d'Israël avec les Etats-Unis, donc sous le commandement scripturaire conjoint des premières démocraties concentrationnaires du monde. Quels sont les barreaux d'acier de la cage qu'on appelle un " système de la liberté " , sinon ses idéalités meurtrières ?

4 - La pénitence concentrationnaire et le géant de la famine

Observons les poids politiques respectifs du minuscule Etat d'Israël et de la puissante Amérique dans l'univers de la torture cultuelle des démocraties. Cet attelage serait-il celui de la mouche et du coche ? Mais c'est avec la rigueur d'un théorème de Pythagore que la démonstration a été faite de la capacité d'Israël de mobiliser l'appareil bancaire mondial aux fins d'imposer au peuple palestinien la pénitence concentrationnaire que l'on sait . Il n'est pas microscopique, le partenaire du géant de la famine dont la puissance de ses saintes écritures interdit au monde arabe tout entier de verser des fonds de secours aux affamés par le truchement des institutions internationales du prêt à intérêt .

Nous assistons donc à la programmation minutieuse de l'effondrement d'une civilisation empoisonnée par le Caïn qui hante ses idéalités .

Mariali

Cette tragédie illustre la fatalité des mécanismes psycho politiques internes qui commanderont le déroulement inexorable des événements sur la scène du monde de demain. Pour comprendre le jeu des acteurs en représentation sur les planches de ce théâtre, il faut souligner à nouveau que, d'un côté, personne ne sera en mesure d'interdire à Israël de poursuivre son expansion territoriale sous les yeux de son Esculape de la torture et que, de l'autre, jamais les Palestiniens ne déposeront les armes. Seule une politologie secrètement ensauvagée par des idéalités séraphiques peut se trouver à ce point éloignée d'un regard d'anthropologue sur elle-même et sur le genre humain pour s'imaginer que le joug de la faim , de la maladie, des épidémies et de la mortalité infantile conduira un peuple à la capitulation sous les yeux du monde entier, à la manière dont Alesia est tombée il y a deux mille ans, c'est-à-dire sur le modèle du siège des places fortes.

On sait que l'assaut des forteresses se terminait par un bain de sang. Pourquoi les habitants de Sagonte se sont-ils jetés dans les flammes , comme les juifs se sont suicidés jusqu'au dernier à Massada, sinon parce que , de toutes façons, le glaive des assaillants ne laissait pas de survivants ? Mais l'espèce au cerveau schizoïde d'aujourd'hui exclut l'extermination pure et simple des Palestiniens par le fer et le feu et leur vente comme esclaves sur les marchés publics. Si la communauté internationale acceptait donc de recevoir la soumission en bonne et due forme de ce peuple à son prédateur sous l'égide de l'ONU, il se produirait une secousse sismique au cœur des sciences humaines assoupies de la planète, tellement la connaissance anthropologique endormie de l'espèce simiohumaine entrerait dans la brèche grande ouverte par Jonathan Littell, celle de savoir quels sont les fondements psychogénétiques de la torture. Pour ma modeste part, j'écrivais en 1988 : " Un maître des novices montrait des photographies du charnier d'Auschwitz à ses futurs moines dominicains. "Comment cela a-t-il été possible ?" s'indignaient les candidats à l'éternité. "Aussi longtemps que vous n'aurez pas compris que chacun de vous est capable de ça, vous n'aurez rien compris au christianisme." Mais alors, quelle est la sainteté de l'idole dont le sceptre n'est autre que celui de l'éternité de la torture ?

Heidegger et le nazisme Une radiographie anthropologique d'une théologie, 7 février 2006

Mais le Moyen-Age des sciences humaines qu'illustre la pseudo connaissance actuelle du simianthrope ne sera plus défendable quand le déroulement implacable du conflit israélo-palestinien aura fait de l'histoire contemporaine la table de dissection où la science politique moderne fera son apprentissage. Car l'heure n'est plus où les vaincus les plus robustes étaient livrés aux jeux du cirque. Demain, le peuple de la shoah se verra assigné à comparaître devant un tribunal mondial de la torture aux côtés de son puissant protecteur et complice. Alors la démocratie se révèlera concentrationnaire sous l'auréole de ses idéalités ; alors la civilisation mondiale se verra contrainte d'entrer dans la révolution anthropologique de sa science historique et de son savoir politique ; alors la question du statut et de la nature de l'éthique se placera au fondement de la notion de civilisation.

Mariali

C'est une étrange élection que celle du " peuple élu " . Peut-être va-t-elle subir un électrochoc ; peut-être va-t-elle changer de statut ; peut-être les élus sont-ils les visionnaires de la condition simiohumaine qu'on appelait des prophètes et qui faisaient dire à Jahvé : " Vos mains dégouttent de sang sur mes parvis ".

29 novembre 2006