Retour
Sommaire
Sommaire Philosopher
Contact


L'Europe à la recherche d'une spiritualité

5 - Les fondements spirituels de la liberté

 

1 - Généalogie de la bipolarité du cerveau simiohumain
2 - Le naufrage de Copernic
3 - Un existentialisme déboussolé
4 - Le trépas du verbe exister du simianthrope
5 - Les fondements spirituels de la liberté

 

Dans une Europe où trois dieux uniques ont enterré leurs théologies respectives dans le gigantesque catafalque des cultures, une civilisation à la recherche d'un ciel nouveau découvre qu'elle a changé d'astronomie depuis un siècle , que Copernic a rejoint Ptolémée dans le sépulcre des cosmologies mythiques, que l'Occident voudrait conquérir le regard sur les idoles trépassées des ancêtres qui seul lui redonnerait l'élévation d'une vie spirituelle .

Mais pour cela, il faut commencer par se demander quelles sont les relations que la science moderne entretient avec le verbe exister , tellement toute foi est un existentialisme et tout existentialisme le fruit d'une représentation du monde. Comment l'humanité va-t-elle assumer les responsabilités qu'elle avait craintivement déléguées à un démiurge?

 

1 - L'existentialisme et l'astronomie
2 - Votre regard sur Dieu
3 - L'existentialisme du XXI e siècle

1 - L'existentialisme et l'astronomie

Vous devez donc trouver étrange que des existentialismes nouveaux n'aient pas fleuri depuis un demi millénaire sous les pas de Copernic, et cela sur le modèle des précédents, qui avaient jailli sous les pas de saint Augustin ; vous devez donc trouver étrange qu'ils soient nés de la mise en question de l'existence d'un démiurge maladroit à l'heure seulement où le soleil a déserté le centre de l'univers. Vous en conclurez que les philosophes ne se laissent convaincre que fort tard d'observer la condition prématurément baptisée d'humaine, puisque ces malheureux attendent que le ciel leur soit tombé sur la tête pour se mettre à l'établi. Car enfin, l'effondrement de l'empire romain valait bien la chute de l'astronomie de Ptolémée dans la minusculité. Mais n'était-ce pas déjà à l'école d'un Dieu tombé en quenouille que Job avait inventé l'existentialisme religieux ? Et n'avait-il pas suffi de lui montrer un Hercule ceignant ses reins pour le tirer de ce mauvais pas ?

C'est pourquoi l'ébranlement de l'habitat cosmique d'un artisan du cosmosavait fait subir à Descartes un traumatisme psychique tellement douloureux qu'il en est venu à douter de l'existence de son propre corps ; c'est pourquoi le même électrochoc avait convaincu Kant de faire tourner le soleil de la raison simiohumaine autour de fonctions cognitives demeurées innées depuis Aristote, mais désormais reconnues pour infirmes et qui ne pilotaient plus que l'espèce de logique aux besicles de myopes dont le cerveau de l'Occident avait fait le guichet du cosmos des phénomènes ; c'est pourquoi la même commotion cérébrale a persuadé un certain Soëren Kierkegaard de redonner aux protestants un chef plus terrifiant et plus puissant sur son trône que celui des catholiques ; c'est pourquoi le même cataclysme mental a conduit Kafka à loger le chef du vide et du plein dans un château désespérément démeublé ; c'est pourquoi la panique cérébrale de Hegel, de Marx , de Sartre les a précipités dans une mythologie du salut par l'utopie réduite à ramper parmi les contingences de l'histoire . Pour qu'un affolement général de cette envergure ait fait vaciller le cerveau des locataires tremblants de l'immensité, il faut bien que le besoin de se donner un chef, fût-il logé dans un vide qui le défie, demeure non seulement incoercible, mais congénital au simianthrope pour longtemps encore.

2 - Votre regard sur Dieu

Mais, dans le même temps, l'audace qui attend votre génération est sans pareille, parce que les trois idoles du simianthrope se sont révélées des génocidaires de forte taille et aux puissantes mâchoires . Elevez donc votre courage à observer le trio des Torquemada que bénissent leurs souterrains sanglants et dont les crocs déchirent vos morts , observez le champ des tortures que sanctifie leur éternité, observez le nectar de la sueur et des larmes dont ils s'abreuvent, observez la chair rôtie de leur créature dont le fumet monte à leur narines. Si vos trois idoles carnassières sont nées de vos mains, qui êtes-vous ? Le simianthrope serait-il terrorisé d'avoir perdu le meurtrier suprême qu'il humait en lui-même? Comment votre justice sera-t-elle administrée si la " bonté infinie " de votre bourreau est trépassée dans vos têtes et si vous demeurez orphelins de vos propres fureurs ? Le génie de Jonathan Littell serait-il de vous avoir mis face à face avec la férocité pateline de votre Dieu ? Le simianthrope aurait-il perdu l'alibi céleste de ses tyrannies ? Cet animal serait-il désormais condamné à filmer sa propre effigie divinisée dans le miroir de son histoire? Les triomphes du diable se seraient-ils pieusement cachés sous le manteau de la démocratie mondiale ? Dans ce cas, ils auraient refait surface sous la plume d'un Shakespeare de l'anthropologie critique de demain - l'auteur des Bienveillantes. Glacées d'effroi, la pensée et la littérature européennes se sont peureusement réfugiées dans l'autobiographie aseptisée qu'une Yasmina Reza attaque à la pioche. Mais vous, les existentialistes du meurtre humain, l'idole que vous avez tuée vous contraindra de vous peindre en pied dans les effigies que vous avez dressées à vos idoles . Mais si notre véritable histoire sera celle des jeux de notre espèce avec ses saintetés tueuses, comment l'oscillation du simianthrope entre ses auto-damnations et ses auto-béatifications dressera-t-elle l'oreille dans le monde qui vous appelle et que votre génération marquera de son sceau ?

3 - L'existentialisme du XXI e siècle

Je salue votre courage. Vous avez la trempe qu'il faut pour que votre lucidité d'acier vous mette à rude épreuve. Mais il y a pis. Ne devrez-vous pas vous demander , de surcroît, comment le cosmos musclé de vos ancêtres a passé à la trappe ? Se serait-il évanoui dans le néant de se trouver soudain privé du capitaine au long cours que votre imagination avait placé à sa tête ? Où sont passées les nuées de séraphins qui survolaient vos champs de bataille ? Que l'antiquité n'ait pas connu d'anges ptolémaïques est une chose ; mais un existentialisme terrifié n'aurait-il pas dû naître du coup de tonnerre de l'héliocentrisme, qui dépossédait le simianthrope de son pieux égocentrisme cosmologique ? Et que dire de la foudre de Darwin, qui livrait une espèce privée de sa fourrure aux aléas d'une autre évolution encore , celle de son identité proprement cérébrale? A quel théâtre Copernic n'aurait-il pas dû livrer un malheureux infirme que son encéphale engrangeur scindait maintenant entre sa minusculité et le vide de l'éternité ? A quel enfer nouveau Freud n'aurait-il pas dû livrer un vivant subitement suspendu dans l'immensité entre la bête qu'il quittait en tapinois et l'homme qu'il n'était sûrement pas encore devenu - sinon pourquoi nous essoufflerions-nous depuis des siècles à courir vers l'intelligence transanimale dont nous nous sentons si cruellement dépourvus que nous voudrions du moins en conquérir une pépite ?

Seuls, parmi les modernes aux mains jointes, Pascal, puis Frédéric Nietzsche le psalmiste ont tenté de nourrir de leurs complaintes un existentialisme européen que Job avait bâti sur un tragique animal et que saint Augustin avait commencé d'édulcorer de prières bien cadencées. Mais voyez comme le simianthrope rythmé se glorifie encore dans le microscopique auquel il se trouve réduit . Vous faudra-t-il devenir incantatoires et oraculaires à la suite du naufrage d'une géométrie et d'une logique multimillénaires ? Que ferez-vous de vos antennes dans feu l'univers de Copernic ? Vous avez perdu l'aurige qui tenait les rênes de l' espace et du temps sous un soleil alors stupidement immobile. Comment absoudriez-vous le simianthrope a-cosmique que la relativité d'Einstein a laissé endormi ? Est-il une question dont la grossesse soit plus inquiétante que celle de vous loger dans un univers rendu tâtonnant par le naufrage de l'espace et du temps de vos pères ? Puisque vous savez désormais que les lieux flottants dont la relativité dite " restreinte " a répandu la manne dans le vide n'enfanteront jamais de regard en mesure de les loger dans son enceinte, où fera-t-il son nid, l'aigle du cosmos dont le globe oculaire observera de l'extérieur et de haut la relativité dite générale d'un monde à quatre dimensions?

Décidément, c'est un singulier existentialisme que celui qui réfute le verbe exister du simianthrope . Mais peut-être l'Europe vassalisée par le faux dieu de l'Amérique est-elle prête à s'offrir une révolution existentielle de son humanisme manchot ; peut-être le christianisme , l'islam et le judaïsme sont-ils sur le point de rendre existentielle l'inexistence des idoles ; peut-être l'existence politique de l'Europe en appelle-t-elle à la souveraineté de la raison qui fonde la transcendance du dieu des athées, celle des vrais mystiques, qui savaient que leur existence réelle reposait sur une vérité qui ne saurait tomber dans l'espace et dans le temps. L'Europe ressuscitative demande à ses prophètes de rejeter trois idoles impuissantes à la sauver ; l'Europe en attente de sa résurrection sait que votre liberté sera transcendante à l'espace et au temps. Serez-vous les prophètes de votre liberté et lui ferez-vous prononcer une parole de justice qu'aucune oreille n'aura entendue?

le 4 octobre 2007