Retour
Sommaire
Sommaire Philosopher
Contact

 



Résumé théorique de la simianthropologie

 

L'anthropologie critique est une simianthropologie dont l'objectif est de cerner l'animalité de l'encéphale humain , non point afin de ramener notre espèce à la zoologie, mais, au contraire, afin de préciser les traits permanents et les métamorphoses cérébrales qui ont produit un animal angélisé. Qu'en est-il des sécrétions séraphiques d'une raison rendue schizoïde par un effet de son évolution dans des mondes imaginaires ?

Cette discipline se veut cathartique, en ce qu'elle permet d'observer la transanimalité des spécimens en avance sur leur espèce - les Bouddha, les Socrate, les Jésus, les Gandhi, dont la spécificité psychique et mentale demeure une terra incognita des sciences humaines. Dans cette optique, l'anthropologie critique théorise les territoires ci-après de la simianthropologie .

1 - Par l'analyse des procédés respectifs de démonstration de l'existence physique des dieux et de leur intervention réelle dans la politique et l'histoire du singe-homme, la simianthropologie démontre la continuité de nature entre le polythéisme et le monothéisme chrétien.

2 - A ce titre, cette discipline observe comment les religions anciennes et contemporaines organisent, focalisent et mettent en scène les relations neutralisées ou tempétueuses qu'une espèce au cerveau biphasé entretient entre les exigences de sa vie fantasmée , d'une part, et celles du monde observable d'autre part. L'analyse des conflits moraux, politiques, intellectuels, artistiques ou guerriers qui éclatent entre l'autonomies que revendiquent tour à tour ou de conserve le réel simiohumain et les mondes oniriques qui l'innervent conduit non seulement au cœur des théologies, mais également des théories physiques dichotomisées et censées légitimer à la fois le statut expérimental des sciences de la nature et leur statut cérébral, donc les valeurs censées fonder l'intelligibilité de la nature sur des signifiants simiohumains.

3 - La simianthropologie observe les fondements politique simiohumains de la transsubstantiation eucharistique catholique et la reproduction de ce modèle de l'autorité politique au sein de la démocratie mondiale et américaine; elle analyse la puissance religieuse des idéalités exposées en hosties sur les autels de la liberté, de la justice et du Bien ; elle spectrographie la métamorphose de la puissance militaire du Nouveau Monde en offrande propitiatoire à un monde idéal; elle radiographie l'incarnation du ciel démocratique en un OTAN vassalisateur, mais censé sotériologique.

4 - La simianthropologie observe plus particulièrement l'animalité propre à l'homme masqué par les idéalités angélisées qui lui font une manière de seconde nature. Elle pèse l'encéphale d'une espèce déguisée de naissance et dont la sauvagerie ne s'exprime pas sur le mode naturel, mais par son défaussement sur les mondes séraphiques que charrie son langage.

5 - La simianthropologie rend compte de la généalogie psychopolitique des dieux. Elle examine les processus mentaux qui les extériorisent et les rites qui les installent au sein des cités . Elle analyse les théorisations doctrinales dont les idoles font l'objet et qui prennent la forme de théologies dogmatiques. Elle fonde la science politique sur l'examen des fonctions terrestres et célestes qu'exercent les trois dieux dits uniques; elle interprète la mise en place des édifices catéchétiques censés assurer l'audition et l'écoute des répondants et des garants sidéraux d'une espèce armée d'acteurs cosmiques . Elle observe comment ce vivant se grandit ou se rapetisse à l'école des interlocuteurs oniriques qu'il se sculpte dans le vide ; elle radiographie les fondements simianthropologues du tragique et de la peur.

6 - La simianthropologie interprète les sacrifices à l'aide desquels le singe-homme donne satisfaction à ses souverains imaginaires, leur réclame impérieusement son dû, les interpelle ou leur fait l'offrande de sa vie.

7 - La simianthropologie observe que le singe-homme et les idoles censées régir son espèce sont construits sur un modèle politique identique. Ce modèle écartèle la créature entre les châtiments qui la font trembler et les bénédictions iréniques qui diluent les divinités dans le vide et les désarriment de la politique et de l'histoire de leurs sujets. A ce titre, la simianthropologie est le scanner de l'encéphale de la science historique .

8 - La simianthropologie observe comment le singe-homme s'imagine saisir le temps et l'espace à enregistrer et à chiffrer leurs effets , comment il croit résoudre les énigmes du cosmos en se mettant à l'écoute des nombres muets qui lui paraissent donner au mystère une réplique audible, comment il construit des schémas équationnels précis qui donnent une forme mathématique à l'inconnaissable, comment il croit que l'expérience répétée sécrète ou assène l'intelligibilité des redites de l'univers. La simianthropologie rend compte de la psychophysiologie des problématiques qui rendent persuasives les démonstrations de la " rationalité " de la matière. A ce titre, elle pèse le contenu subjectif de la notion de preuve convaincante dans les sciences qui croient rendre " rationnelle " l'expérience du prophétisable - car, en général, le singe-homme ne distingue pas la preuve de l'existence d'un fait de la preuve d'un signifiant et s'imagine que les deux ordres s'épaulent l'un l'autre dans la nature - ce qui fait précisément du mythe de la transsubstantiation le moteur de son histoire. La simianthropologie est la science de la généalogie de la notion de raison construite sur le profitable et qui change le cosmos en oracle. A ce titre, la simianthropologie est la science moderne de la finitude humaine.

20 septembre 2005