Sommaire

Introduction à l'histoire de l'imaginaire

 

La laïcité croyant que l'humanité a fait une erreur à sécréter des idoles, s'imagine qu'il suffira de jeter ces idoles à la poubelle pour repartir du bon pied. Mais si l'on ne se demande pas pourquoi l'humanité forge des idoles, non seulement elle continuera d'en produire, mais les idoles nouvelles seront seulement mieux cachées que les précédentes et se laisseront moins aisément déchiffrer. Qu'était-ce que le marxisme et le nazisme comme idoles ?

Si l'Occident devait renoncer à décrypter la vie onirique de l'humanité, son destin philosophique serait à jamais bloqué. Mais il est erroné de croire que cette triste fin de l'aventure de la pensée commencée cinq siècles avant Jésus-Christ serait sans précédent. Les civilisations périssent des victoires de la technique et de la science assorties du mutisme du "connais-toi", comme il est déjà arrivé à la civilisation alexandrine. En portant la réflexion sur cette aporie fondamentale à l'attention d'une Europe qui périt dans la cécité intellectuelle inhérente à tous les polyculturalismes, l'anthropologie historique ne fait que théoriser l'universalité du mécanisme psychique qui régit les cultures et qui conduit au triomphe de l'acéphalie, quand la performance remplace la pensée et le succès la vérité.

 

Penser l'imaginaire ( 6 tomes )      Méthode pour une anthropologie historique

On ne décrypte plus un imaginaire à l'école de son propre discours . Mais si l'Europe n'explique plus le rêve par le rêve, elle ne dispose pas, pour autant, du discours de la méthode qui lui permettrait de décoder la psychologie et la politique que véhiculait le sacré.


Tome I : LES SACRIFICES

Les sacrifices sont les moteurs de tous les mythes sacrés. Il convenait d'observer leurs divers énoncés, afin de démontrer la finalité psycho-politique qui commande leurs multiples formulations ainsi que les apories proprement conceptuelles auxquelles conduisent leurs masques - car ils ne s'avouent pas dans leurs motivations et leurs finalités réelles . Le travestissement que constitue leur auto-sublimation spontanée renvoie précisément à une dimension de l'esprit humain qu'il appartient à l'anthropologie historique et critique d'éclairer.


Tome II : LES PURIFICATIONS

Les purifications constituent la finalité réelle des sacrifices et le secret de la sublimation de leur mode d'expression. Une société qui se "purifie" se fortifie à sacrifier les parties malsaines de son organisme. Si l'angélisme de l'autel ne voilait pas l'étal, la trucidation sacrificielle se trouverait réduite à l'impuissance en raison du sentiment de répulsion qui résulterait du spectacle, comme tous les pères de l'Église l'ont souligné.


Tome III : COMPRENDRE L'HISTOIRE

Ce tome étudie la structure politique proprement dite des dogmes fondamentaux , notamment de l'incarnation et de la Trinité. L'universalité d'un humanisme dont l'approfondissement parviendra à réintégrer au discours intelligible la totalité du passé onirique de l'Europe se mesure en ceci que la spectrographie psycho-politique des dogmes conduit au cœur de la politique des démocraties modernes, qui fonctionnent, en réalité, sur le modèle du mythe du cogito trinitaire et du coup d'État de l'incarnation de la vérité, donc de la substantification du symbolique.


Tome IV : LES INVENTEURS D'UN DIEU

Ce volume consacré à trois grands "commençants" - l'apôtre Jean, Luther et Nietzsche - approfondit l'analyse du politique à partir de l'étude de la Réforme, et notamment par la spectrographie des rapports catholique et protestant aux corps. Comme cette dichotomie inauguratrice de la modernité est la clé du pouvoir de type théocratique et du pouvoir de type moderne et abstrait - celui des idéalités - ce volume branche définitivement l'anthropologie historique sur la révolution du regard philosophique qui conditionne son avenir intellectuel.


Tome V : LA POÉTIQUE

A partir de Platon, de Rabelais et d'Erasme, de Cervantès, de Jean de la Croix, de Bernanos, mais aussi de Quinte-Curce, l'anthropologie historique étudie les apories qui résultent de la relation du sujet tantôt avec le pouvoir incarné, tantôt avec le pouvoir symbolique, ce qui conduit à un démontage des procédés littéraires de l'écrivain sacré, mais également à une philosophie de la liberté.


Tome VI : ESQUISSE D'UNE PHILOSOPHIE DES MÉDIATIONS

Ce volume pose les fondements d'une histoire totale, qui intègre le poétique au sacré et le sacré au poétique. Il y fallait une cybernétique et, pour ainsi dire, une informatique susceptible de rendre compte de la programmation interne de l'imaginaire humain. Cette étude des divers logiciels du monothéisme selon les confessions et selon leurs théologies respectives introduit à la formulation et à l'analyse de l'aporétique générale de la condition humaine . Celle-ci n'est pas réductrice parce qu'elle conduit à un approfondissement de la notion même de réduction. S'il était réducteur de nier l'existence de Zeus hors de la conscience du sujet , il n'y aurait plus de philosophie européenne.


CONCLUSION

Ce tome terminal tente également de fonder la théologie comparée ou comparative, qui diffère de la littérature comparée, par exemple, en ce que son satellite d'observation est le logiciel d'une aporétique générale : quand une théologie colmate une brèche en tel endroit, elle en ouvre aussitôt une autre sur un point non moins focal.

Cette problématique permet de constituer les théologies en " chambre de résonance " des impasses de la condition humaine et en instrument d'auscultation précis des apories de l'existence. La comparaison entre les diverses confessions n'est donc pas juxtaposante, mais constitue les théologies en instruments heuristiques de l'anthropologie historique.

Il est ainsi démontré que l'intégration du passé religieux de l'Europe à une culture pensante ne saurait se fonder sur une raison toute faite et fabriquée d'avance par le XVIIIe siècle français et par les psychologies de l'inconscient : la raison qui fera de nouveau de l'Europe le continent de la philosophie est à inventer à chaque pas.

 

La France et l'Europe des croyances         Essai sur l'avenir philosophique de l'Occident

L'univers ne fournit plus de l'extérieur un sens objectif de l'immensité, une harmonie préétablie de la nature, une unité logique, une finalité surréelle, une vérité en soi, l'être , l'essence ou le principe d'une transcendance . Nous commençons de découvrir à quelles conditions nous sortirons du nihilisme par une mutation psychologique qui nous permettra
d'assumer notre solitude de géniteurs des valeurs dans les "espaces infinis" de Pascal.

Je ne suis pas nihiliste. Le nihilisme est précisément l'entre-deux d'une civilisation qui a perdu le langage de la croyance sans avoir trouvé celui de la raison, et qui remplace ses mythologies évanouies par le mutisme de l'intelligence. Alors l'homme devient une énigme à lui-même et tout avenir est interdit à la philosophie parce que le blocage du "connais-toi" rend impossible l'enquête anthropologique sur le messianisme marxiste ou la mythologie nazie puisque l'étude en profondeur des diverses formes du fanatisme conduirait à rendre intelligibles les identités religieuses puissantes. Mais pour cela, il ne sert à rien d'invoquer " la raison " comme si elle existait déjà . Il faut inventer entièrement les moyens de la pensée qui permettront à la civilisation occidentale de sortir d'un tragique et suicidaire no man's land.

De quelles valeurs sommes-nous les géniteurs ? Quelle est l'animalité propre à l'homme et quels critères nous permettent-ils de soutenir que nous serions déjà définitivement sortis du " règne animal " alors que les paléontologues commencent de s'apercevoir que les différences entre l'intelligence animale et l'intelligence humaine sont encore essentiellement quantitatives et que la question de définir le qualitatif se pose au cœur du transformisme ? Une recherche philosophique ainsi orientée ne peut que s'atteler à la tâche d'une réinterprétation du personnage onirique et spéculaire qu'est encore l'humanité, ce qui exige un travail méthodologique considérable et que je ne puis que préfigurer.


Mémorial de la philosophie ( 4 tomes )

L'anthropologie historique a pour vocation d'étudier les médiations fondatrices des identités collectives.

Réduire l'histoire de l'histoire de la philosophie à l'interprétation que des générations successives d'enseignants ont donnée de son passé illustre à merveille l'abîme entre la création intellectuelle et la pédagogie, parce qu'à ce compte, c'est un " corps constitué " qui est censé écrire l'histoire véritable de la pensée, à la manière dont on étudie l'histoire de la stratégie dans les écoles militaires. Du coup, l'enseignement marxisant de l'histoire de la philosophie au cours du XXe siècle fera partie de l'histoire authentique de la pensée, alors qu'il s'agit d'une simple dérive idéologique dont un corps de fonctionnaires a été affecté. Napoléon ne raconte pas l'histoire de la stratégie, il la réinvente entièrement à partir de son noyau dans les campagnes d'Alexandre.

Pour réécrire l'histoire entière de la philosophie à partir du discours de la méthode qu'inaugure l'anthropologie historique , il faut placer au cœur de l'enquête la notion psycho-politique d' intelligibilité. Les quatre volumes de mon histoire de la philosophie de Platon à Sartre constituent une réécriture entière du destin de la raison occidentale du point de vue de la notion-clé d' intelligibilité, parce que l' "intelligible" ressortit à la psycho-politique comme code et comme moyen d'expression des finalités et des motivations persuasives qui sous-tendent le compréhensible comme valeur. Attribuer un discours du sens, donc de l'intelligible, à la matière inerte est le fondement même de l'idolâtrie . Par le relais de la réécriture psychologique de l'histoire de la philosophie comme quête de l' "intelligible", l'anthropologie historique introduit à la réflexion philosophique sur les idoles, voie abandonnée depuis Bacon.

Les philosophes du passé furent tous de grands déconstructeurs de l'idole de leur temps - donc de l' "intelligible" payant en monnaie sonnante et trébuchante sur le marché. Tous se sont élevés contre la philosophie "constructiviste" de leur époque que fustigeait Husserl. Quelques philosophes authentiques se sont également voulus des "constructivistes". C'est justement sur ce modèle qu'ils ont produit la partie obsolète de leur œuvre, tel Kant dans sa Critique de la raison pratique.

Toute philosophie véritable est une déconstruction résurrectionnelle - il y a seulement des philosophes au petit pied, qui déconstruisent des minusculités et qui se font une orfèvrerie de leur déconstruction , et les philosophes cataclysmiques, qui sont les " résurrecteurs " de la pensée, comme l'écrivait Victor Hugo, parce que, plus la déconstruction est profonde, plus la victoire sur l'idole est grande en raison même de la hauteur du regard porté sur elle.

J'ai tenté d'écrire une histoire de la grandeur philosophique qui rende compte de la spécificité du génie philosophique. La sorte d'histoire de la philosophie dont auront besoin les explorateurs de l'anthropologie historique qui prendront la relève de mon modeste balisage est une histoire du souffle de la philosophie et de son feu , qui pose les jalons d'une histoire de la respiration prophétique de la philosophie.