Retour
Sommaire
Contact

 

A mes lecteurs

 

Cinq ans ont passé depuis que j'ai ouvert ce site d'analyse et de mise à l'essai des instruments de réflexion d'une anthropologie historique et critique. En ce temps-là, l'Amérique se cherchait encore un ennemi mythique à l'échelle de l'univers et avait cru le trouver à l'école d'une "guerre des étoiles". Puis le 11 septembre 2001 a permis à ma recherche d'illustrer les méthodes d'une science de l'histoire fondée sur l'étude de l'encéphale onirique de l'espèce simiohumaine . Vous êtes désormais quelque cent cinquante mille lecteurs par an à suivre à mes côtés le décryptage de l'actualité politique internationale qu'appelle une discipline désormais rendue expérimentale par le cours des événements.

Aujourd'hui le recours à la torture s'est installé subrepticement au cœur de la démocratie américaine. C'est dire que la réflexion anthropologique sur l'éthique pose la question de la survie même de notre civilisation.

Dans cet esprit , j'ai commencé l'année par une réflexion anthropologique sur le cerveau schizoïde des Eglises . J'ai souligné qu'une religion progresse aussi longtemps que son clergé incarne une élite cérébrale en avance sur son époque. Le christianisme romain avait plusieurs siècles d'avance sur le paganisme et sur le Dieu-Animal du Déluge. Puis la Renaissance a déconnecté sa doctrine des progrès de la philologie, de la science historique et surtout de l'éthique : l'évangélisme originel un instant retrouvé sous la bannière de la Réforme a conduit la pensée jusqu'au début du XXe siècle, où le tour était venu pour l'Etat laïc de prendre la relève des croyances religieuses. Mais la démocratie n'a su intégrer ni Darwin, ni Freud à la marche planétaire de la raison. Un panculturalisme acéphale assure maintenant la gestion d'une planète en voie de décérébralisation. Qui prendra la relève de la "vie spirituelle" si le sorcier africain est mis à égalité avec Kant, Nietzsche ou Beethoven dans une civilisation vouée au commerce ?

Cette année sera consacrée à l'étude des sources anthropologiques de l'éthique dans la politique et dans l'histoire. Dans cet esprit, je formule trois voeux.

- Que mes lecteurs prennent encore davantage conscience de ce que, depuis Platon, la philosophie s'est fondée sur un approfondissement de la connaissance de l'histoire.

- Que mes lecteurs prennent encore davantage conscience de ce que, depuis les origines, l'approfondissement de la réflexion philosophique sur la raison est la clé de l'approfondissement de l'intelligence de l'histoire.

- Que mes lecteurs prennent encore davantage conscience de ce que le XXIe siècle sera celui de la naissance d'un regard sur "Dieu" comme personnage historique simiohumain.

2 janvier 2006